Israël sera l’un des premiers pays à recevoir le vaccin, promet Moderna
Rechercher

Israël sera l’un des premiers pays à recevoir le vaccin, promet Moderna

"Nous y sommes presque", a assuré le médecin en chef de la firme, qui est israélien ; les premières doses arriveront en Israël au début de l'année prochaine

Le médecin-chef de Moderna, le docteur Tal Zaks (Capture d'écran YouTube)
Le médecin-chef de Moderna, le docteur Tal Zaks (Capture d'écran YouTube)

Le directeur de Moderna Israël a annoncé lundi qu’Israël ferait partie des premiers pays à recevoir les doses du vaccin contre le coronavirus, quelques heures après que la firme américaine a déclaré que son vaccin contre la Covid-19 était efficace à 94,5 %.

Le docteur Tal Zaks, qui s’exprimait aux micros des Douzième et Treizième chaînes, a prédit que les premières doses arriveront en Israël au début de l’année prochaine. « Nous y sommes presque », a-t-il dit.

Zaks a précisé que les résultats finaux tomberont dans les semaines à venir.

« L’approvisionnement d’Israël devrait provenir de la première livraison de la chaîne de production européenne établie en Suisse », a-t-il indiqué à la Douzième chaîne. « J’espère que cela se produira début 2021. »

« Je ne peux pas donner de chiffre exact, mais je peux vous assurer que nous mettons tout en œuvre pour fournir Israël en vaccins, comme promis », a ajouté Zaks. « Israël fait partie des premiers pays à avoir signé avec nous. Nous remplirons notre part de l’accord. »

Les médias ont déclaré qu’Israël avait acheté 1 à 2 millions de doses auprès de Moderna. Zaks, dont la mère vit à Raanana, espère être en mesure de voyager prochainement pour lui rendre visite. Il a ajouté que ces doses suffiront « pour une proportion significative » de la population.

Selon la Treizième chaîne, des responsables israéliens ont regretté que le gouvernement n’ait pas acheté davantage de doses auprès de Moderna. Le reportage indique que les équipes médicales, les personnes à risques et les femmes enceintes seront parmi les premières à être vaccinées.

La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi dans un communiqué que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5 % pour réduire le risque de contracter la maladie, similaire à l’efficacité de 90 % annoncée la semaine dernière par l’alliance Pfizer/BioNTech.

Si les vaccins sont approuvés par l’Agence américaine des médicaments (FDA), la rapidité de développement serait une prouesse scientifique, moins d’un an après la sortie probable du virus de Chine.

L’infirmière Carolyn Grausgruber administre au volontaire Wade Bardo une injection du vaccin développé par Moderna, dans le cadre d’un essai clinique, à New York, le 27 juillet 2020. (Crédit : AP Photo/Hans Pennink)

En juin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé qu’Israël avait signé un accord avec Moderna sur un futur vaccin contre la COVID-19, sans toutefois spécifier le nombre de doses achetées ni les aspects financiers de l’accord. Israël a versé 405 millions de shekels à la firme de biotechnologie américaine, selon Haaretz.

La semaine dernière, Israël a également signé un accord avec Pfizer pour son vaccin.

Netanyahu a déclaré que l’annonce de Moderna était « une excellente nouvelle pour l’État d’Israël », ajoutant que l’objectif du gouvernement était « de faire venir un maximum de vaccins d’un maximum de sources au maximum de citoyens possibles ».

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a également salué l’annonce dans un communiqué.

« Moderna a été le premier fabricant de vaccin avec qui le ministère de la Santé a signé un accord il y a quelques mois », a-t-il dit. « L’annonce par la compagnie est une excellente nouvelle pour le peuple israélien. Les mesures prises par le ministère de la Santé au cours des derniers mois prouvent son efficacité et son succès dans la localisation, la négociation de contrats et l’achat des principaux vaccins sur le marché. »

« Mais il y a encore du chemin à parcourir et nous ne devons pas être complaisants », a averti Edelstein.

Un panneau marque l’entrée de Moderna, le 18 mai 2020, à Cambridge, dans le Massachussetts (Crédit : AP Photo/ Bill Sikes)

L’essai du vaccin de Moderna, réalisé avec le National Institutes of Health a déterminé que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94,5 % entre le groupe placebo et le groupe vacciné du grand essai clinique en cours aux Etats-Unis, selon l’analyse des tout premiers cas : en l’occurrence, 90 participants du groupe placebo ont attrapé la Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné.

L’essai se poursuit, et Moderna a reconnu que le taux de protection pourrait changer à mesure que d’autres infections sont détectées et ajoutées aux calculs. De plus, il est trop tôt pour savoir combien de temps dure la protection. Ces deux mises en garde s’appliquent également au vaccin de Pfizer.

Mais les observateurs indépendants de Moderna ont rapporté d’autres informations prometteuses : aucun malade grave du Covid-19 n’a été enregistré parmi les personnes vaccinées, contre 11 dans le groupe placebo, selon le communiqué de BioNtech, et peu d’effets indésirables ont été observés.

Selon Moderna, environ 9 à 10 % des personnes vaccinées ont eu des effets secondaires après la seconde dose tels que fatigue, courbatures, ou rougeur autour du point d’injection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...