Israël signe un contrat d’achat de vaccins contre le coronavirus avec Pfizer
Rechercher

Israël signe un contrat d’achat de vaccins contre le coronavirus avec Pfizer

Le ministre de la Santé a déclaré que les doses achetées permettront d'immuniser 4 millions de personnes ; la campagne de vaccination commencera en janvier 2021

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours télévisé après la signature d'un contrat avec Pfizer pour l'achat de doses du vaccin contre le coronavirus, aux quartiers généraux de l'armée à Tel Aviv, le 13 novembre 2020. (Crédit Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours télévisé après la signature d'un contrat avec Pfizer pour l'achat de doses du vaccin contre le coronavirus, aux quartiers généraux de l'armée à Tel Aviv, le 13 novembre 2020. (Crédit Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé vendredi avoir signé un accord avec le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer pour l’achat de vaccins contre le nouveau coronavirus, qui pourraient être délivrés dès début 2021.

Cette annonce intervient alors que de nouveaux signes inquiétants indiquent que la tendance des infections dans le pays pourrait être à nouveau à la hausse.

Un groupe de travail militaire a averti vendredi que la récente baisse des nouvelles contaminations s’était arrêtée.

« Si la tendance actuelle se poursuit compte tenu de l’assouplissement [des restrictions] qui a été mis en œuvre et de celles qui sont en vigueur, une nouvelle augmentation de la morbidité est attendue dans les prochains jours », a déclaré le Centre national d’information et de connaissance sur le coronavirus dans son rapport quotidien.

Le site d’information Ynet a rapporté que les données internes du ministère de la santé ont montré que le nombre de reproduction de base de la pandémie – le nombre de personnes que chaque personne infectée infecte, aussi appelé R0 – était passé à 1,0 pour la première fois depuis qu’Israël a amorcé son deuxième déconfinement à la mi-octobre.

Toute valeur de R0 supérieure à 1 signifie que la pandémie s’accroît, tandis que les valeurs inférieures à 1 indiquent qu’elle diminue.

Une telle évolution risque de faire obstacle à tout nouvel assouplissement des restrictions nationales et pourrait conduire à la reconduction de certaines restrictions.

L’accord consiste en l’achat de 8 millions de doses, qui permettront de vacciner 4 millions de personnes, sur 9 millions d’Israéliens, a indiqué le bureau d’Edelstein. Chaque personne a besoin de deux doses pour être immunisée. La campagne de vaccination commencera en janvier 2021 et se poursuivra tout au long de l’année. Le vaccin ne sera administré que s’il est validé par la FDA et le ministère de la Santé israélien.

Cette photo du 4 mai 2020, fournie par l’Université du Maryland, montre le premier patient inscrit à l’essai clinique du vaccin contre le coronavirus COVID-19 de Pfizer à l’École de médecine de l’Université du Maryland à Baltimore. (Autorisation : École de médecine de l’Université du Maryland de Médecine via AP, file)

« Nous avons signé un accord avec Pfizer pour acheter quatre millions de vaccins pour Israël », a annoncé M. Netanyahu lors d’une conférence de presse à Tel Aviv.

« C’est un grand jour pour Israël et un grand jour sur le chemin de la victoire contre le corona », a-t-il affirmé, ajoutant que les premières doses pourraient arriver début 2021, si le vaccin reçoit toutes les autorisations sanitaires des autorités américaines et israéliennes.

« C’est un grand jour pour Israël et un jour de victoire contre le coronavirus », a déclaré Netanyahu dans un discours télévisé depuis les quartiers généraux de l’armée à Tel Aviv.

Cependant, le site Ynet a précisé que l’accord n’engage pas Pfizer à fournir les vaccins, mais stipule seulement que la société en a l’intention, « selon les circonstances ». Si la transaction n’aboutit pas, l’acompte versé par Israël sera remboursé.

Le journal a ajouté qu’Israël versera 120 millions de shekels d’acompte la semaine prochaine, et 680 millions de shekels à la livraison des premiers vaccins. Pfizer fournira ensuite des centaines de milliers de vaccins chaque mois, durant l’année 2021.

Netanyahu a souligné qu’Israël avait signé des accords avec d’autres sociétés qui développent des vaccins et a déclaré que vacciner chaque Israélien était une « mission nationale ». Il a également affirmé faire pression sur les dirigeants étrangers pour s’assurer qu’Israël soit parmi les premiers à recevoir les vaccins, « pour ne pas nous retrouver en bout de file ».

Netanyahu a remercié le PDG de Pfizer, avec lequel il s’est entretenu plusieurs fois cette semaine.

Le Premier ministre a toutefois exhorté les Israéliens à continuer à se conformer aux règles sanitaires pour éviter de propager le virus.

« Si nous continuons à travailler ensemble… Nous serons parmi les premiers à sortir de la crise du coronavirus… C’est l’objectif que je vise », a-t-il dit.

Le ministre de la Santé, qui s’est exprimé après Netanyahu, a déclaré qu’il espérait que des « quantités suffisantes » du vaccin arriveront début 2021.

« Mais en attendant d’y être, il faut se conformer aux restrictions. Nous ne devons pas être complaisants. Il n’y a pas de vaccin contre la complaisance », a-t-il dit.

Albert Bourla, PDG de Pfizer, le 26 février 2019. (Crédit : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais, Archive)

Selon Pfizer et BioNTech, leur vaccin, pris en deux doses espacées de trois semaines, est « efficace à 90 % », d’après des résultats préliminaires d’un essai à grande échelle encore en cours et qui n’ont pas été détaillés. L’annonce, lundi, de tests prometteurs a suscité un immense espoir à travers le monde et en Israël.

« Nous sommes très fiers de travailler avec le gouvernement israélien et de fournir des ressources scientifiques et des moyens de production », a déclaré le docteur Miron Livneh, directeur de Pfizer en Israël. « Notre objectif commun est de faire venir un potentiel vaccin pour le peuple israélien dès que possible. »

« Notre objectif reste de créer un approvisionnement mondial d’un vaccin contre la COVID-19 sûr et efficace pour de nombreuses personnes dans le monde, aussi rapidement que possible », a déclaré Sean Marett, chef d’entreprise et directeur commercial de BioNTech.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Président de la Knesset, Yuli Edelstein, lors d’une réunion de la faction du Likud à la Knesset, le 30 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Nous allons obtenir ces vaccins comme les principaux pays du monde. La campagne commencera en janvier et augmentera de mois en mois. Et nous travaillons, et je travaille, à faire venir des vaccins d’autres sources également. Plus il y en aura, mieux ce sera », a déclaré Netanyahu dans une déclaration diffusée en direct jeudi après une réunion du cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus.

Plus tôt hier, Netanyahu avait déclaré qu’il avait échangé avec le chef de Pfizer, Albert Bourla, pendant la nuit et qu’Israël était prêt à signer un accord avec le géant pharmaceutique. L’appel faisait suite à une conversation qu’avait déjà eu mercredi soir le Premier ministre et Bourla, que Netanyahu a décrit comme « très substantielle et très concrète ».

Albert Bourla, PDG de Pfizer, le 26 février 2019. (Crédit : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais, Archive)

Après un pic de contaminations en septembre qui a vu Israël enregistrer un des taux d’infection les plus élevés au monde, les autorités ont imposé un reconfinement sur tout le territoire, permettant au nombre de nouveaux cas quotidiens de repasser sous la barre du millier.

Les restrictions ont depuis été progressivement assouplies.

Le ministère de la Santé a fait état de 817 nouveaux cas vendredi, dont 99 pendant la nuit.

Le nombre de patients dans un état grave est passé à 303, après être passé sous la barre des 300 jeudi pour la première fois en plus de trois mois.

Parmi ces patients, 133 sont sous respirateur. Sur les 8 059 cas actifs, 103 autres sont dans un état modéré et les autres ne présentent pas ou peu de symptômes.

Le ministère de la Santé a indiqué que 39 160 tests ont été effectués jeudi, dont 2,1 % sont revenus positifs.

Pays de neuf millions d’habitants, Israël a officiellement enregistré 322 463 cas, dont 2 707 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...