Rechercher

Israël va émettre des obligations à 100 ans pour financer son plan de relance

Le ministère des Finances va vendre 5 milliards de dollars de dettes à des investisseurs internationaux pour couvrir le plan de 80 milliards de shekels visant à réguler la crise

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Un garde au marché de Mahane Yehuda fermé, à Jérusalem, le 29 mars 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Un garde au marché de Mahane Yehuda fermé, à Jérusalem, le 29 mars 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Israël va émettre ses toutes premières obligations à 100 ans pour contribuer au financement d’un plan de relance massif visant à atténuer les dégâts économiques causés par la pandémie de coronavirus.

Le comptable général Rony Hizkiyahu a décidé d’émettre des obligations d’État en dollars à 10, 30 et 100 ans pour lever des dettes sur les marchés internationaux, a annoncé le ministère des Finances mardi.

L’émission d’obligations pour un montant de 5 milliards de dollars est la plus importante de l’histoire d’Israël. Les obligations à 100 ans permettront de dégager 1 milliard de dollars, 2 milliards de dollars seront vendus en obligations à 10 ans, et 2 milliards de dollars supplémentaires en obligations à 30 ans.

Le gouvernement a besoin de fonds pour financer le plan de sauvetage économique de 80 milliards de shekels et enregistrera des pertes de recettes fiscales dans les mois à venir en raison des lourdes conséquences économiques de la pandémie.

La décision d’émettre les obligations a été prise après consultation avec des organisations financières étrangères, et en tenant compte du fait que les grands investisseurs internationaux s’intéressent beaucoup à la dette de l’État d’Israël, a expliqué le ministère des Finances.

Les banques qui souscrivent à l’offre sont Barclays, Citibank, BofA Securities et Goldman Sachs.

L’État a récemment émis des obligations en dollars en janvier, vendant des obligations à 10 et 30 ans pour un total de 3 milliards de dollars. Les obligations en euros ont été émises pour la dernière fois en janvier 2019, permettant de lever 2,5 milliards d’euros en obligations à 10 et 30 ans.

L’agence de notation de crédit Moody’s classe Israël comme un pays A1 stable, S&P le note comme AA- stable et Fitch, A+ stable.

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a annoncé lundi le plan de relance économique, le plus important de l’histoire d’Israël. Il a estimé que l’activité économique reprendra progressivement après la fête de Pessah, qui débute la semaine prochaine.

Ce plan a été mis en place alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé de nouvelles mesures sanitaires d’urgence, qui auront pour conséquence de réduire l’activité des salariés en Israël à seulement 15 % des effectifs normaux, contre 30 % actuellement, obligeant ainsi davantage de travailleurs à rester chez eux.

Le taux de chômage a grimpé à 23,4 % mardi, avec plus de 800 000 Israéliens inscrits au chômage en mars à cause de la situation sanitaire.

Ce chiffre stupéfiant représente près d’un quart de la population active israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.