Le gouvernement promet 80 milliards de shekels pour soutenir l’économie
Rechercher

Le gouvernement promet 80 milliards de shekels pour soutenir l’économie

Annonçant sa retraite, le ministre des Finances débloque une enveloppe de 60 milliards pour les entreprises et d'autres affectés par l'épidémie ; des manifestants réclament plus

Un propriétaire de restaurant devant des magasins fermés dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 30 mars 2020 (Crédit :  Olivier Fitoussi/Flash90)
Un propriétaire de restaurant devant des magasins fermés dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 30 mars 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a annoncé, lundi, la mise en place d’une enveloppe d’aide économique d’un montant de 80 milliards de shekels – c’est la plus importante de toute l’histoire d’Israël – disant qu’il estimait que les activités économiques reprendraient petit à petit après la fête de Pessah, le mois prochain.

« Nous ne laisserons pas l’économie s’effondrer », a promis Moshe Kahlon alors qu’il détaillait les initiatives qui seront prises pour renforcer l’économie et venir en aide à ceux ayant perdu leur emploi ou dont l’entreprise se trouve menacée par la pandémie de coronavirus.

L’Agence pour l’emploi a indiqué, mardi, que plus de 800 000 Israéliens s’étaient inscrits à ses services depuis le début du mois de mars, faisant grimper le taux national des demandeurs d’emploi à 23,4 %.

« Je sais que, malheureusement, cela ne remettra pas les choses en place. Mais nous parlons pourtant du plan le plus important jamais mis en œuvre de l’histoire de l’économie israélienne », a commenté Moshe Kahlon.

Le marché de Mahane Yehuda, vide, à Jérusalem, le 29 mars 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Ce plan survient alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu vient d’instaurer de nouvelles directives d’urgence qui appellent les entreprises à réduire leurs effectifs présents sur place à seulement 15 % de leur niveau habituel, contre 30 % lors de la première salve de mesures – ce qui va obliger davantage de travailleurs à rester chez eux.

Les responsables du ministère des Finances avaient résisté à l’idée d’un blocage total de la circulation des citoyens, mettant en garde Netanyahu contre les conséquences dures d’une telle réglementation pour l’économie. Le ministère s’est opposé aux responsables du ministère de la Santé qui, depuis des semaines, réclament des mesures plus strictes.

Environ 5 000 indépendants et patrons de petites entreprises ont manifesté à Jérusalem, quelques heures avant l’annonce du plan, disant que les propositions n’empêcheraient pas la chute de leurs PME et que les aides prévues pour les travailleurs indépendants ne couvriraient pas les dépenses d’un grand nombre, entraînant des difficultés financières massives.

Des auto-entrepreneurs et gérants de petites entreprises manifestent à Jérusalem, le 30 mars 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

La police a finalement dispersé les manifestants après que ces derniers ont échoué à maintenir la distance réglementaire de deux mètres entre eux en raison du nombre important de personnes présentes lors du mouvement de protestation, a fait savoir le journal financier Globes.

La première série de mesures annoncée par Moshe Kahlon lundi était le déblocage d’une somme de 20,6 milliards de shekels destinée à élargir le nombre d’Israéliens éligibles à la sécurité sociale.

Parmi les mesures prises dans le cadre de cette enveloppe, un plan permettant aux personnes âgées de 67 ans et plus et ayant perdu leur emploi suite à la pandémie de recevoir une subvention d’un montant maximal de 4 000 shekels, en plus des pensions d’État des mois de mars et avril.

Des agents de police israéliens font fermer les magasins au marché Carmel à Tel Aviv, le 22 mars 2020 (Crédit :Avshalom Sassoni/Flash90)

Moshe Kahlon a annoncé des subventions d’un montant total de 3 milliards de shekels qui permettront des paiements mensuels allant jusqu’à 6 000 shekels, ce mois-ci, et jusqu’à 8 000 shekels, le mois prochain, en direction des indépendants âgés de 28 ans et plus répondant à des critères prédéfinis, selon les revenus imposables de leur activité et de leur foyer. Ces critères n’ont pas encore été précisés.

De plus, la période de temps travaillée avant qu’un individu puisse s’inscrire au chômage pour toucher des allocations a été réduite d’un an à six mois, et un programme à hauteur de 200 millions de shekels permettra d’accorder une formation aux employés ayant perdu leur travail.

Moshe Kahlon a annoncé que dans la deuxième partie du plan, 11 milliards de shekels seront été alloués au renforcement du système de santé et à la réponse civique au virus.

Les membres de l’équipe médicale de l’hôpital Barzilay, dans la ville d’Ashkelon, au sud d’Israël, portent des équipements de protection, alors qu’ils manipulent un échantillon de test de Coronavirus le 29 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Cette somme ira aux dépenses nécessaires pour l’acquisition de 20 millions de tests de dépistage d’ici la fin de l’année ; à l’achat de respirateurs, de masques, d’équipements de protection et autres matériels médicaux ; à l’augmentation de l’inventaire médicamenteux du pays ; aux coûts induits par les personnels médicaux supplémentaires ; aux coûts des complexes d’isolement installés dans les hôtels et dans les hôpitaux ; à l’augmentation du nombre de lits hospitaliers pour les malades du coronavirus et au renforcement des laboratoires et des services d’urgence.

Moshe Kahlon, ministre des Finances, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une cérémonie de lancement d’un programme de construction de milliers de logements à Beit Shemesh, le 3 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

De plus, les fonds serviront également à protéger les populations vulnérables et à les aider à rester confinées via la création d’une infrastructure qui sera chargée de leur apporter les produits alimentaires nécessaires à leur subsistance.

La troisième partie du plan prévoit 40,7 milliards de shekels pour des subventions aux entreprises – avec notamment des réductions de leur taux d’imposition et une période blanche de trois mois au cours de laquelle les firmes n’auront pas à s’acquitter des impôts municipaux, ni de leurs factures d’eau et d’électricité, si elles ont été affectées par la pandémie. Il y aura également des solutions de financement et une aide élargie pour les petites et moyennes entreprises par le biais du fonds d’emprunt de l’État.

De plus, certaines licences et autorisations seront prolongées de manière automatique, et de nouvelles régulations coûtant au secteur entrepreneurial seront suspendues, a ajouté Moshe Kahlon, sans donner de détails.

Une vue générale des magasins fermés sur Jaffa Road, dans le centre de Jérusalem, le 26 mars 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans la quatrième partie du plan, 7,7 milliards de shekels ont été alloués à l’accélération de l’économie par le biais de projets d’infrastructure et de programmes permettant de la stimuler en améliorant l’accès en ligne aux ressources numériques, et notamment à l’enseignement.

Le programme annoncé lundi est une extension d’un montant de 70 milliards de shekels à un plan initial de 10 milliards de shekels – avec 2 milliards de shekels en direction du système de santé et des besoins civiques et 8 milliards de shekels sous forme de prêts pour les petites et moyennes entreprises.

Le ministre des Finances a également officiellement annoncé qu’il quitterait la politique lorsqu’un nouveau gouvernement sera intronisé. Son départ était attendu, et il n’est plus député à la Knesset puisqu’il ne s’est pas porté candidat aux élections législatives du 2 mars.

Moshe Kahlon avait été pendant longtemps député du Likud avant de quitter le parti et de mettre en place la formation Koulanou à l’occasion des élections de 2015. Il était devenu ensuite ministre des Finances. Koulanou avait été absorbé par le Likud après un résultat médiocre lors du tout premier scrutin d’avril 2019, qui a été suivi de deux autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...