Israéliens arrêtés aux Philippines: le sommet de l’iceberg d’une fraude globale?
Rechercher

Israéliens arrêtés aux Philippines: le sommet de l’iceberg d’une fraude globale?

Les forces de l'ordre chargées de l'application de la loi en Israël n'ont toujours pas inculpé un seul opérateur d'une industrie qui a volé des milliards

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Le call-center d'IBD Marketing Inc avant le raid mené le 6 juin par la police des Philippines (Capture d'écran : Facebook)
Le call-center d'IBD Marketing Inc avant le raid mené le 6 juin par la police des Philippines (Capture d'écran : Facebook)

Au moins huit Israéliens soupçonnés d’une escroquerie en ligne à hauteur de plusieurs millions de dollars sont encore actuellement détenus aux Philippines, après un refus d’octroi de mise en liberté provisoire de la part du département de la Justice philippin, selon les médias locaux.

Le raid mené la semaine dernière, qui a entraîné les arrestations de presque 500 personnes dans trois bureaux adjacents, a fait les gros titres dans le monde entier et notamment en Israël. Mais le call-center dans lequel la police des Philippines a effectué ce coup de filet n’est qu’un seul parmi des centaines de bureaux, chauffés à bloc, qui opèrent dans le monde entier dans le cadre d’un fléau global qui – au désarroi et à l’incompréhension croissante des instances internationales chargées de l’application de la loi – est encore largement ignoré par les autorités israéliennes.

Les Israéliens, aux Philippines, ont été appréhendés aux côtés de leurs 474 employés philippins lors d’un raid spectaculaire mené par les forces de l’ordre dans leur centre d’appel situé dans la Clark Freeport Zone de Pampanga, mercredi dernier.

Les suspects philippins ont été libérés mais les Israéliens, qui auraient géré le call-center ciblant des victimes à l’étranger à travers des escroqueries dans le domaine de l’investissement en ligne, sont restés derrière les barreaux.

Les Israéliens Noa Hofman et Gal Manobla figureraient parmi les suspects dans une enquête ouverte par la police des Philippines sur un call-center frauduleux. La police a fait un raid à IBD Marketing Inc. le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Facebook)

Six des Israéliens actuellement incarcérés ont été identifiés par les médias philippins comme étant Ishay Shaulov, Ohad Elias, Ran Peled, Eliav Lugassi, Idan Hadad Yehuda et David Freifeld.

Lors d’une conférence de presse, jeudi dernier, où huit ressortissants israéliens suspects, portant des menottes, ont été présentés aux journalistes, la police a précisé les noms de quatre d’entre eux, deux hommes et deux femmes. Il s’agissait de Shaulov, Gal Manobla, Noa Hofman et Natali Grin. Le lieu où se trouvent ces trois derniers reste inconnu.

Natali Grin, parmi les suspects présumés dans une enquête de la police des Philippines sur un call-center frauduleux dirigé les par des Israéliens. La police a fait un raid à IBD Marketing Inc. le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Facebook)

Le groupe de lutte contre la cyber-crimininalité aux Philippines a ainsi mené un raid dans les bureaux d’une entreprise connue sous le nom d’International Branding Development Marketing Inc., qui occupe trois immeubles. La compagnie opérerait depuis deux ans et demi.

Selon la police des Philippines, IBD Marketing a servi de call-center pour un site de trading en ligne appelé FTOCapital.com. Les opérateurs tentaient de persuader les investisseurs de placer leur argent dans les Bitcoins.

Ils utilisaient de fausses identités et affirmaient être basés à Londres.

ACG ACCOMPLISHMENT

VIDEO: Media briefing with PNP Chief Police Director General Oscar Albayalde on Anti-Cybercrime Group accomplishment

Posted by Philippine National Police on Thursday, 7 June 2018

Un grand nombre de suspects, ainsi que d’autres employés des bureaux qui n’ont pas été arrêtés lors de l’opération, sont d’anciens employés du secteur des options binaires, comme le révèlent leurs profils sur LinkedIn et d’autres publications en ligne. En particulier, plusieurs employés de la compagnie des Philippines travaillaient auparavant en Israël au sein des sociétés Delta P.D. Media Ltd. et/ou Gal Media Trade Ltd., deux compagnies israéliennes étroitement liées qui exploitaient les sites internet d’options binaires de FMTrader.com et d’Itrader.co.il.

Delta P.D. Media Ltd. et Gal Media Trade Ltd. ont été deux parmi des centaines d’entreprises spécialisées dans les options binaires ayant opéré en Israël ces dernières années avant que cette industrie entière ne soit déclarée comme illégale par la Knesset au mois d’octobre 2017. Le secteur des options binaires, largement frauduleuses, aurait volé des milliards de dollars par an à des victimes du monde entier et il aurait employé plus de 10 000 personnes avant son interdiction.

L’Israélien Ohad Elias, parmi les suspects présumés dans une enquête de la police des Philippines sur un call-center frauduleux dirigé les par des Israéliens. La police a fait un raid à IBD Marketing Inc. le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Facebook)

En résultat des failles contenues dans la législation adoptée à la Knesset, de nombreux opérateurs du secteur des options binaires ont changé le produit financier qu’ils offraient en Forex ou en crypto-devises et ils continuent aujourd’hui à travailler autant qu’auparavant. Ces dernières années, des entreprises israéliennes d’options binaires ont ouvert de nouveaux call-centers à l’étranger – et notamment aux Philippines, à Panama, en Pologne, en Albanie, en Bulgarie, en Ukraine, à Chypre et en Serbie.

Alors que le call-center philippin dont les employés ont été arrêtés aurait fonctionné depuis deux ans et demi, il a connu un afflux d’Israéliens en 2017-2018. Les documents du gouvernement philippin montrent que ce sont des douzaines de ressortissants israéliens qui ont demandé des permis pour travailler au sein d’IBD Marketing Inc.

Parmi les premiers à le faire, selon les documents, Reut Maruma et son époux David Elfassi, qui dans le passé était un important cadre chez Gal Media Trade. Autre employé d’IBD Marketing Inc. qui avait également travaillé chez Delta P.D. Media en Israël, Adi Sasportas, gestionnaire des systèmes d’information, révèlent les papiers officiels. Plusieurs personnes engagées au centre d’appel des Philippines ont appelé leur lieu de travail, sur leurs profils LinkedIn et ailleurs, « DPD Media ».

L’Israélien Eliav Lugassi, parmi les suspects présumés dans une enquête de la police des Philippines sur un call-center frauduleux dirigé les par des Israéliens. La police a fait un raid à IBD Marketing Inc. le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Facebook)

Le Times of Israel s’est entretenu avec un citoyen de Nouvelle-Zélande, Des Cox, qui a perdu près de 300 000 dollars – la totalité de ses économies accumulées pour sa retraite – au profit d’un site appelé FMFX à la fin de l’année 2017. FMFX est exploité par une entreprise basée à Bélize, FM Marketing Ltd, qui dirigeait également le site d’options binaires FMTrader.

L’épouse de Cox indique penser que FMFX pourrait avoir opéré depuis le call-center d’IBD Marketing Inc, la majorité des courtiers auxquels son époux s’était adressé ayant l’accent philippin et parce qu’une victime présumée de FTOCapital qui s’était exprimée lors de la conférence de presse de la police avait décrit des processus d’action remarquablement similaires à ce qu’il a vécu.

« Ils utilisaient TeamViewer et continuaient à regarder l’argent sur nos comptes bancaires », explique Cox, se référant à un programme informatique qui permet à un individu de prendre le contrôle à distance d’un ordinateur.

L’Israélien David Freifeld, parmi les suspects présumés dans une enquête de la police des Philippines sur un call-center frauduleux dirigé les par des Israéliens. La police a fait un raid à IBD Marketing Inc. le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Facebook)

Cox recherche actuellement d’autres personnes estimant avoir été flouées par les individus qui se cachent derrière FMFX, avec l’espoir de lancer des poursuites judiciaires conjointes en Israël.

Au mois de novembre 2016, la police israélienne avait mené une opération dans les bureaux d’Itrader (Gal Media Trade) au sein de l’Etat juif et avait arrêté son directeur-général et ses commerciaux lors de l’une des rares actions de police menées à l’encontre de l’industrie des options binaires à ce jour.

Le 4 juin de cette année, un an et demi après le raid initial, l’Autorité israélienne des Titres a transféré le dossier au bureau du procureur de l’Etat. Ce dernier va examiner les preuves et décider de l’inculpation de sept suspects : Ido Fishman, président et directeur-général de la société ; Daniel Swartz, manager des ventes à Gal Media Trade Ltd., qui exploite itrader.co.il et vice-directeur général d’une autre compagnie dirigée par Fishman; Naor Noah, chef de la rétention ; Jonathan Tourjman, chef d’équipe et Itzhak Babler, Itam Durab et Maor Jerby, trois employés qui ont travaillé comme « coach » de trading et qui sont accusés d’avoir offert des titres sans autorisation et de fraude aggravée. Le Times of Israel s’est tourné vers Fishman pour une éventuelle réponse à ces accusations, une démarche restée sans suite.

Si les procureurs israéliens décidaient d’inculper ces sept opérateurs issus de l’industrie des options binaires, cela serait une première. Durant les dix longues années où les sociétés largement frauduleuses du secteur ont opéré, il n’y a eu qu’une poignée d’arrestations et pas une seule poursuite judiciaire à l’encontre des options binaires et autres escroqueries aux investissements.

Le Times of Israel a appris que les gouvernements étrangers avaient demandé de l’aide à l’Autorité des Titres et à la police israélienne dans leurs enquêtes contre l’arnaque présumée aux options binaires commise à l’encontre de leurs citoyens. Ils semblent avoir reçu constamment une réponse lente et peu coopérative, même après que l’industrie a été mise hors-la-loi au sein de l’Etat juif.

Les autorités chargées de l’application de la loi dans des pays à la fois partenaires commerciaux et alliés d’Israël se sont heurtés à l’indifférence, a-t-il été confié au Times of Israel, lorsqu’elles ont tenté d’obtenir des informations ou une aide au cours de leurs enquêtes sur les opérateurs israéliens des secteurs des options binaires et du Forex.

Les raids philippins ont eu lieu après que trois Australiens et un sud-Africain ont cherché l’aide de la police locale, disant que l’entreprise les avait amenés à investir près de deux millions de dollars.

Le chef de la police des Philippines, Oscar Albayalde, a indiqué aux journalistes que l’entreprise, selon les estimations, rentrait des dépôts d’approximativement un million de dollars par jour.

La police, en Pologne, a mené des raids dans plusieurs sociétés d’options binaires et de Forex dirigées par des israéliens au cours de l’année passée. En Albanie, l’Autorité de contrôle financier a récemment demandé l’aide des services de renseignements de l’Etat, de la police et de l’administration anti-blanchiment d’argent pour combattre les call-centers qui procèdent à des escroqueries contre des cibles à l’étranger dans le domaine des investissements.

Un responsable du gouvernement albanais, Erion Brace, a estimé qu’il y avait environ 80 centres d’appels dans le pays. Les médias albanais et le registre des entreprises du pays révèlent qu’un nombre significatif de ces bureaux sont dirigés par des Israéliens et des Israélo-géorgiens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...