Rechercher

Jets de pierre en Cisjordanie: Itamar Ben Gvir dégaine une arme sur des Palestiniens

Le député d’extrême droite a regretté que les soldats ne puissent riposter aux jets de pierre en faisant usage de leur arme

Le député Itamar Ben Gvir dans le quartier de Sheikh-Jarrah, à Jérusalem-Est, le 20 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Itamar Ben Gvir dans le quartier de Sheikh-Jarrah, à Jérusalem-Est, le 20 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député d’extrême-droite Itamar Ben Gvir a ouvert le feu dimanche matin sur un groupe de Palestiniens qui jetaient des pierres sur des véhicules israéliens en circulation sur la route 60, à proximité du camp de réfugiés d’al-Aroub, en Cisjordanie, selon les médias israéliens.

Ben Gvir a écrit sur Twitter qu’il avait été « obligé de sortir son arme pour éloigner » des Palestiniens qui jetaient des pierres jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre.

Ni l’armée, ni la police n’ont confirmé l’incident.

Le député du Parti sionisme religieux a affirmé avoir rencontré « des dizaines de terroristes » qui jetaient des pierres sur des voitures appartenant à des Juifs. Ben Gvir a ajouté que deux soldats de l’armée qui étaient présents sur les lieux lui avaient dit qu’ils n’étaient pas autorisés à ouvrir le feu sur les Palestiniens et qu’ils attendaient des renforts.

« N’avons-nous pas dit que nous avons changé les règles d’engagement ? Nous devons cesser d’abandonner nos soldats ! », a écrit Ben Gvir sur Twitter.

Le député faisait référence à une décision prise au mois de décembre par l’armée israélienne qui autorise les soldats à tirer sur les Palestiniens qui jettent des pierres ou des cocktails Molotov sur les voitures, même si les attaquants ne posent plus de menace immédiate. Tsahal avait noté, à ce moment-là, que les militaires favorisaient toutefois l’option d’une arrestation sans coup de feu.

Photo d’illustration : Des manifestants palestiniens jettent des pierres à des soldats israéliens dans le village de Kobar, en Cisjordanie, le 22 juillet 2017. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Il n’y aurait pas eu de blessés. Certains médias ont indiqué que les Palestiniens avaient commencé à se disperser avant que Ben Gvir ne sorte son arme.

Quelques heures auparavant, deux policiers avaient été blessés au cours d’une attaque au couteau à Jérusalem. L’agresseur a été abattu.

Suite à cet incident, Ben Gvir a réclamé les démissions du chef de la police, Kobi Shabtai, et du ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev.

Ben Gvir fait actuellement l’objet d’une enquête concernant un incident survenu l’année dernière. Le député avait sorti une arme à feu pendant une altercation avec des gardiens arabes de la sécurité pour une place de parking.

Il a été interrogé le mois dernier en lien avec cet incident. Les législateurs de la coalition et des partis d’opposition ont appelé à des investigations plus approfondies sur les circonstances de l’incident, et notamment sur le droit de Ben Gvir à porter une arme.

Connu pour sa rhétorique anti-arabe, Ben Gvir a un certain nombre d’antécédents en termes d’accrochages avec la justice, avec les Arabes et avec les autres députés. Avant d’entrer à la Knesset, cet ultra-nationaliste était un avocat qui représentait les terroristes juifs présumés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...