Jihad islamique : L’Iranien Soleimani avait donné des « ordres directs » à Gaza
Rechercher

Jihad islamique : L’Iranien Soleimani avait donné des « ordres directs » à Gaza

Le général assassiné a été à l'origine de la livraison "complexe" de missiles iraniens utilisés pour attaquer Tel Aviv, a dit un officiel du groupe terroriste palestinien

Les membres palestiniens des Brigades  Al-Quds, aile militaire du Jihad islamique palestinien, défilent avec une réplique de roquette sur un camion durant une parade, le 4 octobre 2018 (Crédit :  AP Photo/Adel Hana)
Les membres palestiniens des Brigades Al-Quds, aile militaire du Jihad islamique palestinien, défilent avec une réplique de roquette sur un camion durant une parade, le 4 octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

Un haut responsable du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique a indiqué que l’organisation avait reçu des « ordres directs » de feu le commandant des forces al-Quds, Qassem Soleimani, jusqu’à l’assassinat de ce dernier dans une frappe aérienne américaine, l’année dernière – et que les roquettes qui avaient été livrées par les Iraniens avaient été utilisées lors d’attaques contre l’Etat juif.

S’exprimant durant un entretien avec la chaîne de télévision iranienne al-Alam TV, le secrétaire-général du Jihad islamique palestinien, Ziyad al-Nakhaleh, a déclaré que « rien n’est arrivé à Gaza sans que Soleimani ait lui-même donné des ordres et supervisé directement les choses », selon une traduction qui a été fournie, cette semaine, par MEMRI (Middle East Media Research Institute).

Soleimani a également livré des efforts pour approvisionner le Jihad islamique palestinien en armes et et missiles modernes, et notamment ceux qui ont été utilisés pour attaquer le pôle économique et technologique de l’Etat juif, Tel Aviv.

« Cela a été presque miraculeux. Cela a coûté très cher au point de vue de la technologie, de la sécurité et des capacités », a déclaré al-Nakhaleh qui a ajouté que « tout ce que je peux dire, c’est que les missiles que [Soleimani] est parvenu à livrer dans le bande de Gaza ont été les mêmes qui ont été utilisés pour attaquer Tel Aviv. Je peux dire que Hajj Qassem a joué un rôle déterminant dans le fait que les Palestiniens ont finalement osé s’attaquer à la capitale de l’entité sioniste ».

Ziad Nakhala of Palestinian Islamic Jihad (Capture d’écran : Twitter/MEMRI TV)

Le chef du Jihad islamique a expliqué que Soleimani avait personnellement supervisé et géré le transport des missiles au court « d’opérations complexes » depuis la Syrie vers le Soudan et vers la bande de Gaza, ajoutant qu’il s’était personnellement rendu au Soudan pour s’assurer que les livraisons avaient été bien faites.

En 2009, trois frappes aériennes avaient détruit un convoi de camions à l’ouest du Soudan qui avaient été soupçonnés de transporter des missiles iraniens à longue-portée dans la bande de Gaza. Selon certaines informations, une explosion mystérieuse survenue dans une usine d’armement à Khartoum, en 2012 – elle avait fait quatre morts – avait été le résultat d’une frappe aérienne israélienne visant un dépôt d’armement destiné aux groupes terroristes de Gaza. En 2014, une importante explosion était survenue dans un entrepôt soudanais de munitions destinées aux groupes terroristes de l’enclave côtière au cours d’une attaque israélienne présumée.

La fabrication locale de roquettes dans la bande de Gaza aurait, elle aussi, été l’idée de Soleimani, a ajouté al-Nakhaleh. « Cela a été une initiative très importante qui, sans aucun doute, a renforcé la résistance palestinienne », a-t-il affirmé.

Il a poursuivi en disant que « si [Soleimani] n’a pas lui-même formé les Palestiniens, il a indubitablement donné ses instructions aux experts qui supervisaient ces questions ».

Les forces al-Quds, qui étaient placées sous l’autorité de Soleimani jusqu’à son assassinat au mois de janvier 2020, sont l’une des cinq branches des Gardiens de la révolution islamique.

Les Gardiens de la révolution islamique ont été inscrits sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis.

Un policier du Hamas à Gaza monte la garde pendant une cérémonie de deuil pour le commandant militaire iranien Qasem Soleimani (portrait) tué dans la capitale irakienne de Bagdad lors d’une frappe, la veille. Photo prise le 4 janvier 2020 (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Le Hamas, le Jihad islamique palestinien et plusieurs autres organisations terroristes plus modestes ont organisé un exercice militaire conjoint au mois de décembre, au cours duquel plusieurs roquettes ont été tirées vers la mer pour transmettre un « message clair à l’ennemi sioniste ».

Mardi, les terroristes palestiniens, à Gaza, ont lancé une roquette vers l’Etat juif. Les militaires israéliens n’ont pas précisé où le projectile s’était abattu, mais des informations parues dans les médias, en Israël, ont indiqué qu’il était retombé dans un champ situé à proximité du Kibboutz Nahal Oz, sur la frontière avec Gaza.

Cet incident est survenu vingt-quatre heures après le lancement de deux roquettes émanant de l’enclave côtière en direction d’Ashdod, une ville du sud d’Israël. Elles se sont abîmées en mer au large du rivage. Les avions israéliens, en réponse, ont bombardé des sites où le groupe terroriste du Hamas creusait des tunnels souterrains dans le sud de Gaza, a annoncé Tsahal.

Même s’il est impossible de préciser pour le moment le nom du groupe terroriste responsable du lancement des roquettes, lundi et mardi, l’armée israélienne a attribué cette responsabilité au Hamas dans la mesure où l’organisation dirige de facto l’enclave.

Le Hamas est à la tête de Gaza depuis 2007, lorsque le groupe a expulsé du territoire son adversaire, le Fatah, lors d’un coup d’état sanglant. L’Etat juif a combattu trois guerres contre les groupes terroristes de la bande depuis la prise de contrôle du Hamas, et des dizaines d’échanges de tir de moindre ampleur ont eu lieu entre les deux parties.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...