Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Jonathan Glazer refuse d’utiliser sa « judéité » et la Shoah pour justifier la guerre à Gaza

Le réalisateur du film primé sur la Shoah "La Zone d'Intérêt" déplore "l'occupation" et la "déshumanisation" en Israël et à Gaza ; des célébrités portent des pin's appelant à un cessez-le-feu

James Wilson, de gauche à droite, Leonard Blavatnik et Jonathan Glazer acceptant le prix du meilleur film international pour "The Zone of Interest" lors de la cérémonie des Oscars, au Dolby Theatre de Los Angeles, le 10 mars 2024. (Crédit : Chris Pizzello/AP)
James Wilson, de gauche à droite, Leonard Blavatnik et Jonathan Glazer acceptant le prix du meilleur film international pour "The Zone of Interest" lors de la cérémonie des Oscars, au Dolby Theatre de Los Angeles, le 10 mars 2024. (Crédit : Chris Pizzello/AP)

Comme prévu, « Oppenheimer », le biopic du physicien nucléaire juif J. Robert Oppenheimer, a raflé plusieurs Oscars dimanche, dont celui du meilleur film, dans une année inhabituellement riche en nominations juives.

Toutefois, le moment juif le plus commenté de la soirée a été celui de Jonathan Glazer, scénariste et réalisateur du drame cérébral sur la Shoah « La Zone d’Intérêt », qui a profité de son discours de remerciement pour commenter la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Aux côtés des producteurs James Wilson et Len Blavatnik lors de son discours de remerciement pour le meilleur film international, Glazer, qui est Juif et qui est venu en Israël dans le cadre d’un programme de cinq mois lorsqu’il était étudiant à la Jewish Free School de Londres, a dénoncé le contrôle israélien sur les Territoires palestiniens, qui, selon lui, a conduit à une « déshumanisation » qui a touché à la fois les Israéliens et les Palestiniens.

« Notre film montre le pire de la déshumanisation. Elle a façonné notre passé et notre présent », a déclaré Glazer.

« En ce moment même, nous nous tenons ici en tant qu’hommes qui réfutent leur judéité et le fait que la Shoah soit détournée par une occupation qui a conduit à un conflit pour tant d’innocents, qu’il s’agisse des victimes du 7 octobre en Israël ou de l’attaque en cours sur Gaza », a-t-il poursuivi sous les applaudissements et les acclamations.

« Toutes les victimes de cette déshumanisation. Comment résister ? », a-t-il ajouté, sous de nouveaux applaudissements.

La référence de Glazer à la guerre d’Israël à Gaza a été faite après que des manifestants pro-palestiniens ont bloqué la circulation autour du Dolby Theatre au début de la cérémonie des Oscars.

Lors d’un précédent discours de remise de prix, le mois dernier, Wilson avait critiqué « les innocents tués à Gaza », estimant que les gens devraient regarder la situation en face, plutôt que de se cacher derrière « les murs que nous construisons dans nos vies et que nous choisissons de ne pas regarder derrière », dans une allusion à la représentation, dans le film, des nazis et de leurs familles, qui ignorent délibérément le meurtre des Juifs juste au-delà de leurs jardins.

Blavatnik, quant à lui, est l’un des nombreux donateurs importants qui ont suspendu leur soutien à l’université de Harvard en raison de sa réaction aux atrocités commises par le Hamas le 7 octobre.

Les propos de Glazer ont suscité toute une série de réactions, dont des félicitations de la part des critiques d’Israël qui pensaient à tort qu’il avait qualifié les actions d’Israël à Gaza « d’Holocauste », et des critiques de la part d’éminentes voix juives qui ont mal interprété ses commentaires en disant qu’il rejetait sa propre identité juive, plutôt que de rejeter l’utilisation de la Shoah pour justifier « l’occupation ».

Manifestants pro-palestiniens et anti-Israël près du Dolby Theatre lors de la 96e cérémonie des Oscars, à Los Angeles, en Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Ringo Chui/AFP)

Un fondateur de IfNotNow, un groupe juif d’extrême-gauche qui a accusé Israël de « génocide » et appelé à un cessez-le-feu, a déclaré que le discours de Glazer témoignait du désaccord croissant entre les Juifs à l’égard d’Israël. « De plus en plus de Juifs affirment clairement que leurs valeurs juives les amènent à s’exprimer contre Israël », a écrit Yonah Liberman sur X.

Glazer, qui a été le premier à évoquer le conflit sur scène, a conclu en dédiant son Oscar à un résistant polonais dont l’histoire est racontée dans le film. Il n’a pas spécifiquement appelé à un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Jonathan Glazer pose avec le prix du meilleur film international pour « The Zone of Interest » dans la salle de presse des Oscars, au Dolby Theatre de Los Angeles, le 10 mars 2024. (Crédit : Jordan Strauss/Invision/AP)

Mais plusieurs célébrités présentes à la cérémonie de remise des prix, dont la musicienne Billie Eilish, la réalisatrice Ava DuVernay et les acteurs Mark Ruffalo, Mahershala Ali et Ramy Youssef, portaient des pin’s rouges en faveur d’un cessez-le-feu, dans ce qui est considéré comme une manifestation de soutien aux Palestiniens.

« C’est vraiment inspirant de voir que tant d’artistes ici se sont ralliés à la cause et portent ces pin’s », a déclaré Youssef, qui est arabo-américain et l’un des leaders du mouvement Artists for Ceasefire, sur le tapis rouge avant le spectacle. (Youssef s’est rendu en Israël pour tourner son récent spectacle autobiographique).

Finneas O’Connell et Billie Eilish posant dans la salle de presse avec le prix de la meilleure chanson originale pour « What Was I Made For ? » de « Barbie », aux Oscars, au Dolby Theatre, à Los Angeles, le 10 mars 2024. (Crédit : Jordan Strauss/Invision/AP)

Dans un communiqué, Artists for Ceasefire a déclaré qu’il exhortait le président américain Joe Biden et le Congrès à « appeler à une désescalade et à un cessez-le-feu immédiats à Gaza et en Israël avant qu’une autre vie ne soit perdue ».

Elle demande « la fin des bombardements sur Gaza et la libération des otages en toute sécurité ».

La déclaration mentionne que « plus de 30 000 personnes ont été tuées au cours des cinq derniers mois », citant le bilan non vérifié du ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, qui ne fait pas de distinction entre les terroristes et les civils non-combattants. Le communiqué indique également qu’un enfant « est tué toutes les dix minutes à Gaza » et cite l’UNICEF pour décrire la grave crise humanitaire qui sévit à Gaza, où l’acheminement de l’aide aurait été considérablement réduit au cours des combats.

La déclaration ne mentionne pas spécifiquement l’événement qui a conduit à la guerre : l’assaut du 7 octobre du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël, qui a tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils, au milieu d’atrocités horribles, notamment des viols collectifs généralisés, des tortures et des mutilations de victimes, dont des enfants. Les milliers de terroristes qui ont fait irruption en Israël depuis Gaza ce jour-là ont également enlevé 253 otages de tous âges qui ont été emmenés de force dans l’enclave palestinienne.

Israël a répondu à l’attaque par une opération militaire visant à renverser le régime de Gaza, à anéantir le groupe terroriste et à libérer les otages, dont plus de la moitié sont toujours retenus en captivité, des dizaines d’entre eux n’étant plus en vie.

Selon un décompte de la BBC, seul le producteur de films israélo-américain Avi Arad a été vu portant un pin’s en ruban jaune en signe de solidarité avec les otages.

Le producteur de films israélo-américain Avi Arad, portant un ruban jaune en signe de solidarité avec les otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, assistant à la 96e cérémonie annuelle des Oscars, au Dolby Theatre, à Hollywood, en Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Frederic J. Brown/AFP)

Les rubans jaunes, sponsorisés par Bring Them Home, un groupe de défense des otages israéliens, ont été portés par une poignée d’autres célébrités lors d’événements précédents. J. Smith-Cameron et John Ortiz ont tous deux porté un pin’s en forme de ruban jaune lors des Golden Globes au début de l’année.

Milo Machado-Graner et Swann Arlaud, vedettes du film « Anatomie d’une chute », portaient tous deux un pin’s représentant le drapeau palestinien lors de la cérémonie des Oscars.

Par ailleurs, une publicité financée par Robert Kraft pour sensibiliser à l’antisémitisme a également été diffusée pendant la cérémonie.

Toutefois, le sort des otages a fait l’objet d’une attention particulière lors de la soirée organisée par Elton John à l’occasion de la remise des Oscars à Los Angeles, à laquelle participait l’otage libérée Mia Schem. Mia avait été enlevée le 7 octobre lors du festival Supernova, où des terroristes du Hamas avaient massacré 364 personnes.

L’otage libérée Mia Schem (à gauche) assistant à la 32e soirée de visionnage des Oscars de la Fondation Elton John AIDS à West Hollywood, en Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Monica Schipper/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via AFP)

Mia portait une robe blanche ornée d’un large ruban de strass jaune afin de sensibiliser le public aux otages toujours détenus à Gaza. Elle a assisté à la 32e soirée annuelle de visionnage des Oscars de la Fondation Elton John pour le SIDA.

Mia, tatoueuse, portait encore un plâtre au bras droit, blessée par balle lors de l’attaque du Hamas. Elle a été opérée alors qu’elle était détenue à Gaza et a été libérée lors de la trêve d’une semaine fin novembre.

Mia, sa mère et son frère sont aux États-Unis pour parler des otages encore aux mains des terroristes à Gaza. Ils se sont rendus à New York, à Toronto et à Washington, où elle a assisté au discours sur l’état de l’Union prononcé par le président américain Joe Biden.

Le film le plus primé de la soirée est « Oppenheimer », basé sur la vie du « père de la bombe atomique », qui a remporté huit Oscars au total, dont celui du meilleur réalisateur pour Christopher Nolan. L’acteur principal Cillian Murphy et l’acteur secondaire Robert Downey Jr. ont également été récompensés, ce dernier pour son rôle de Lewis Strauss, le véritable rival politique juif d’Oppenheimer. Le film fait une large place au judaïsme de son sujet, et notamment à ses efforts pour recruter des scientifiques juifs exilés de l’Europe occupée par les nazis.

« Oppenheimer » et « La Zone d’Intérêt » font partie d’un nombre inhabituellement élevé de nominations juives cette année. Dans la catégorie du meilleur film, on trouve également « Barbie », la comédie musicale à succès qui met en scène l’inventrice juive de la poupée, Ruth Handler (elle a remporté un Oscar, celui de la meilleure chanson), et « Maestro », le biopic de Bradley Cooper sur le chef d’orchestre et compositeur juif Leonard Bernstein (qui a suscité la controverse en raison de son maquillage, mais qui est reparti les mains vides).

Outre l’Oscar du meilleur film international, « La Zone d’Intérêt » a également remporté l’Oscar du meilleur son. L’approche déroutante du film en matière de conception sonore a permis d’intégrer à la bande sonore le bruit des camps de la mort d’Auschwitz, tout en mettant l’accent sur la vie de la famille nazie dont le patriarche était chargé de superviser ces camps.

Une poignée de lauréats juifs ont également été récompensés au cours de la soirée. L’un d’eux est Arthur Harari, le co-scénariste du film français « Anatomie d’une chute », qui a remporté le prix du meilleur scénario original aux côtés de Justine Triet, sa compagne de vie et d’écriture. Harari est d’origine séfarade. Les membres de l’équipe de création de ce film portaient des pin’s du drapeau palestinien lors de la cérémonie.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.