Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Cérémonie des Oscars dans l’ombre de la guerre Israël-Hamas et de l’invasion de l’Ukraine

Des manifestations ont eu lieu autour du Dolby Theatre, ralentissant la circulation vers l'événement ; "Oppenheimer" a remporté l'Oscar du meilleur film et six autres statuettes ; "Anatomie d'une chute" a été récompensé pour son scénario

L'acteur irlandais Cillian Murphy accepte le prix du meilleur acteur dans un rôle principal pour "Oppenheimer", entouré des acteurs américains Nicolas Cage et Matthew McConaughey, de l'acteur canado-américain Brendan Fraser, de l'acteur britannique Ben Kingsley et de l'acteur américain Forest Whitaker, sur scène lors de la 96e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Patrick T. Fallon / AFP)
L'acteur irlandais Cillian Murphy accepte le prix du meilleur acteur dans un rôle principal pour "Oppenheimer", entouré des acteurs américains Nicolas Cage et Matthew McConaughey, de l'acteur canado-américain Brendan Fraser, de l'acteur britannique Ben Kingsley et de l'acteur américain Forest Whitaker, sur scène lors de la 96e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Patrick T. Fallon / AFP)

La déflagration annoncée a bien eu lieu : « Oppenheimer » a remporté dimanche l’Oscar du meilleur film ainsi que six autres statuettes, lors d’une belle soirée pour le film français « Anatomie d’une chute », récompensé pour son scénario.

Auréolé de critiques dithyrambiques et d’un casting impeccable, le portrait du père de la bombe atomique brossé par Christopher Nolan a largement dominé la soirée.

« Je ne saurais trop insister sur l’incroyable équipe que nous avons réunie pour ce film », a réagi le cinéaste, en profitant de son prix du meilleur réalisateur pour remercier tous les acteurs.

Cillian Murphy, magistral en Robert Oppenheimer, génie nucléaire pétri de contradictions et de doutes, a lui remporté l’Oscar du meilleur acteur.

« Pour le meilleur ou pour le pire, nous vivons dans le monde d’Oppenheimer » et de la bombe atomique, a observé l’Irlandais. « J’aimerais donc vraiment dédier ce prix aux artisans de la paix dans le monde entier. »

Son antagoniste à l’écran, Robert Downey Jr, qui campe un bureaucrate conservateur orchestrant l’humiliation publique du scientifique, a raflé le prix du meilleur second rôle masculin.

Le sacre du film a été complété par d’autres statuettes techniques – montage, photographie, bande originale – à la hauteur de la réputation de chef d’œuvre populaire qu’il s’est forgé depuis sa sortie en salles cet été.

Meilleur scénario pour Triet

« Anatomie d’une chute » n’a pas pu jouer les trouble-fêtes pour empêcher ce triomphe annoncé.

Ce thriller judiciaire sur la dégringolade d’un couple dysfonctionnel d’artistes, où une écrivaine ambiguë incarnée par Sandra Hüller se retrouve accusée du meurtre de son mari, a dû se contenter d’un seul Oscar sur les cinq catégories où il était nommé : celui du meilleur scénario original.

« Cela m’aidera à traverser ma crise de la quarantaine », a plaisanté la cinéaste française Justine Triet, très émue, qui côtoyait Nolan et Martin Scorsese pour sa réalisation.

« C’est une année folle », a-t-elle soufflé, aux côtés de son compagnon Arthur Harari, avec qui elle a co-écrit le script.

Son œuvre s’impose en effet comme la meilleure représentante du cinéma français à l’international depuis « Amour », Oscar du meilleur film étranger en 2013, et « The Artist », qui avait raflé cinq statuettes en 2012.

Palme d’Or à Cannes, « Anatomie d’une chute » a notamment été récompensé par deux Golden Globes et un Bafta – l’équivalent des Césars britanniques.

Emma Stone, encore sacrée

Emma Stone a été l’autre grande gagnante de la soirée. Après « La La Land » en 2017, l’actrice a raflé son deuxième Oscar de la meilleure actrice pour « Pauvres Créatures ».

Ce conte baroque de Yorgos Lanthimos a remporté quatre statuettes au total, saluant son esthétique rétrofuturiste.

Elle y incarne Bella Baxter, une suicidée ressuscitée par un scientifique foldingue, qui lui implante le cerveau du bébé qu’elle portait en elle.

L’occasion pour elle de livrer une performance joyeusement régressive, en créature qui découvre le sexe et les mille autres plaisirs de la vie, sans aucune honte, ni préjugés.

Ce rôle était « le cadeau d’une vie », a réagi l’actrice, en remerciant son réalisateur et en exprimant son admiration pour toutes ses concurrentes.

Cette catégorie était la plus serrée: Lily Gladstone, remarquable en Amérindienne empoisonnée par son mari dans « Killers of the Flower Moon », de Martin Scorsese, est donc repartie les mains vides.

Nommée pour « Anatomie d’une chute », Sandra Hüller a elle pu se consoler avec l’autre film dont elle était à l’affiche: « La Zone d’Intérêt » a remporté l’Oscar du meilleur film international pour sa chronique de la vie insouciante d’une famille de nazis juste à côté d’Auschwitz.

Gaza côtoie « Barbie »

Son réalisateur Jonathan Glazer a lancé un message de paix au Proche-Orient, actuellement miné par la guerre opposant Israël au groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Le réalisateur anglais Jonathan Glazer pose dans la salle de presse avec l’Oscar du meilleur long métrage international pour « La Zone d’Intérêt » lors de la 96e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, en Californie, le 10 mars 2024. (Crédit : Robyn BECK / AFP)

« Notre film montre comment la déshumanisation mène au pire », a déclaré le cinéaste juif.

« En ce moment, nous nous tenons ici en tant qu’hommes qui réfutent leur judéité et le fait que l’Holocauste soit détourné par une puissance occupante qui a conduit à des conflits pour tant de personnes innocentes, que ce soit les victimes du 7 octobre en Israël, ou l’attaque en cours sur Gaza, tous victimes de cette déshumanisation, comment résister ? », a poursuivi Glazer.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Des manifestants tiennent des drapeaux palestiniens près du Dolby Theatre où se déroule la 96e cérémonie des Oscars, dans le quartier d’Hollywood à Los Angeles, le10 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Etienne Laurent)

Plusieurs stars, dont Billie Eilish, Ramy Youssef et l’acteur français Swann Arlaud, ont arboré un pin’s appelant au cessez-le-feu, tandis que plusieurs petites manifestations de militants se déroulaient dans les rues de Los Angeles.

Des manifestants tiennent des affiches en soutien aux Palestiniens qui demandent un cessez-le-feu à Gaza, près du Dolby Theatre où se déroule la 96e cérémonie des Oscars, dans le quartier d’Hollywood à Los Angeles, le10 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Etienne Laurent)

Les atrocités de la guerre en Ukraine ont également été évoquées, avec l’Oscar du meilleur documentaire attribué à « 20 jours à Marioupol », sur le siège de la ville.

Le reste de la soirée a été rythmé par les nombreux clins d’oeil de l’humoriste Jimmy Kimmel au blockbuster « Barbie », roi absolu du box-office mondial l’an dernier.

Billie Eilish a interprété le titre phare du film « What Was I Made For? », Oscar de la meilleure chanson. Et Ryan Gosling a mis le feu à la salle en costume rose à paillettes, en chantant sa balade narcissique « I’m Just Ken ».

Ryan Gosling interprète « I’m Just Ken » du film « Barbie » lors de la cérémonie des Oscars, le 10 mars 2024, au Dolby Theatre à Los Angeles. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)

Parmi les autres prix majeurs, Da’Vine Joy Randolph (« Winter Break ») a été élue meilleur second rôle féminin. « Le Garçon et le Héron », du maître japonais Hayao Miyazaki, a lui remporté l’Oscar du meilleur film d’animation.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.