Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Déterminé à la faire adopter, Netanyahu explique la « réforme judiciaire »

"Journée nationale de paralysie" : blocages et perturbations du nord au sud d'Israël ; Gallant a demandé à Netanyahu d'arrêter le processus législatif de la refonte judiciaire mais ce dernier a refusé

  • Une grande affiche, où l'on lit "ce n'est pas un rêve, c'est un coup d'État", placée sur une statue de Theodor Herzl dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. Herzl est connu pour avoir dit « Si vous le voulez, ce n'est pas un rêve. » en référence à la création de l'État d'Israël. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
    Une grande affiche, où l'on lit "ce n'est pas un rêve, c'est un coup d'État", placée sur une statue de Theodor Herzl dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. Herzl est connu pour avoir dit « Si vous le voulez, ce n'est pas un rêve. » en référence à la création de l'État d'Israël. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
  • Des réservistes bloquent la route 1 pour protester contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, 1er mars 2023 (Crédit : Brothers in Arms)
    Des réservistes bloquent la route 1 pour protester contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, 1er mars 2023 (Crédit : Brothers in Arms)
  • Des manifestants contre la refonte judiciaire à Tel-Aviv, le 23 mars 2023 (Crédit : Autorisation)
    Des manifestants contre la refonte judiciaire à Tel-Aviv, le 23 mars 2023 (Crédit : Autorisation)
  • Les employés de la high-tech protestant contre la refonte judiciaire du gouvernement "le temps presse pour la high-tech israélienne", à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Les employés de la high-tech protestant contre la refonte judiciaire du gouvernement "le temps presse pour la high-tech israélienne", à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • De jeunes hommes juifs ultra-orthodoxes dansent alors qu'une manifestation contre la refonte judiciaire se déroule devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    De jeunes hommes juifs ultra-orthodoxes dansent alors qu'une manifestation contre la refonte judiciaire se déroule devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec le ministre de l'Éducation, Yoav Kisch, à la Knesset, le 22 mars 2023. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, s'entretenant avec le ministre de l'Éducation, Yoav Kisch, à la Knesset, le 22 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Un convoi de motos arborant des drapeaux israéliens dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
    Un convoi de motos arborant des drapeaux israéliens dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
  • Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des Israéliens manifestent contre la refonte judiciaire devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Des Israéliens manifestent contre la refonte judiciaire devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des haredim devant le domicile d'Aryeh Deri alors que des manifestants contre la refonte judiciaire se sont rassemblés aussi à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Des haredim devant le domicile d'Aryeh Deri alors que des manifestants contre la refonte judiciaire se sont rassemblés aussi à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des Israéliens manifestent contre la refonte judiciaire devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Des Israéliens manifestent contre la refonte judiciaire devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod en brûlant des pneus sur la chaussée lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod en brûlant des pneus sur la chaussée lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Un Israélien brandit un drapeau d'Israël lors d'une manifestation contre les membres de la coalition et la refonte judiciaire prévue à Airport City, le 22 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    Un Israélien brandit un drapeau d'Israël lors d'une manifestation contre les membres de la coalition et la refonte judiciaire prévue à Airport City, le 22 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des Israéliens protestent contre les membres de la coalition et la refonte judiciaire prévue à Airport City, le 22 mars 2023. Une pancarte montre le ministre de l'Agriculture, Avi Dichter. (Crédit : Flash90)
    Des Israéliens protestent contre les membres de la coalition et la refonte judiciaire prévue à Airport City, le 22 mars 2023. Une pancarte montre le ministre de l'Agriculture, Avi Dichter. (Crédit : Flash90)

Netanyahu déterminé à faire avancer la réforme

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est engagé jeudi soir à « calmer les esprits » et à « rétablir l’unité » afin d’éviter une « scission dans la nation », après des semaines de manifestations populaires contre le projet de réforme du système judiciaire porté par son gouvernement.

En dépit d’un accord sur un conflit d’intérêts lié à ses procès, Netanyahu a annoncé qu’il entrait « en scène » et qu’il était déterminé à faire avancer la réforme, mais qu’il ferait tout pour « parvenir à une solution » acceptable tant pour les défenseurs du projet que pour ses détracteurs.

Gallant renonce à s’adresser à la nation après que Netanyahu l’a convoqué

Après avoir été convoqué à une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant renonce à faire une déclaration.

On s’attendait à ce que Gallant appelle à l’arrêt de la législation sur la refonte judiciaire.

« Le ministre de la Défense Yoav Gallant a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu ce soir et lui a présenté l’impact des processus législatifs sur Tsahal et l’establishment de la défense », a déclaré le bureau de Gallant dans un communiqué après la réunion.

« A la demande du Premier ministre et au vu de sa déclaration prévue ce soir, le ministre de la Défense retarde sa déclaration à ce stade », indique le communiqué.

Degel Hatorah soutiendra Netanyahu dans ses décisions

Moshe Gafni, député du parti Yahadout HaTorah, à la Knesset, à Jérusalem, le 18 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)
Moshe Gafni, député du parti Yahadout HaTorah, à la Knesset, à Jérusalem, le 18 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

La faction Degel Hatorah – qui fait partie du parti Yahadout HaTorah – a déclaré qu’elle soutiendrait toute décision prise par le Premier ministre Benjamin Netanyahu concernant la refonte judiciaire.

Le parti affirme que s’il soutient la refonte judiciaire, il soutiendrait également les efforts pour parvenir à un consensus national.

« Degel Torah, en tant que parti qui s’est conduit avec une responsabilité publique depuis sa fondation, ne sera pas un obstacle pour que le Premier ministre mène les actions nécessaires pour parvenir à des ententes et des accords aussi largement que possible, ce qui réduira l’ampleur des flammes et empêchera la poursuite de la fracture dans la nation », indique le communiqué.

Le chef du Shin Bet met en garde Netanyahu sur une situation « très sombre »

Ronen Bar, chef du Shin Bet, le 6 novembre 2022. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Ronen Bar, chef du Shin Bet, le 6 novembre 2022. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu et l’a averti qu’Israël se dirige vers un endroit très dangereux, rapportent les médias en hébreu.

« La combinaison des menaces à la sécurité et de la situation sociale dans le contexte de la législation [de révision judiciaire] emmène Israël dans un endroit dangereux », a déclaré Bar à la Douzième chaîne, citant Bar.

Le site d’information Ynet indique que Bar a présenté à Netanyahu « une image très sombre » des conséquences de la réforme.

Petah Tikva: La police disperse une manifestation contre les élus HaTzionout HaDatit

Des manifestants d'une organisation LGBTQ se joignent aux manifestants anti-gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Des manifestants d'une organisation LGBTQ se joignent aux manifestants anti-gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

La police a dispersé une importante manifestation devant un hôtel de Petah Tikva où des membres du parti HaTzionout HaDatit organisaient un événement.

Des centaines de personnes se sont rassemblées à l’extérieur du site, beaucoup brandissant des drapeaux LGBTQ.

Le chef du parti, et actuel ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a ouvertement adopté des positions homophobes, se disant être « un fier homophobe ».

Bnei Brak : Des manifestants « équipés » expriment leurs griefs contre les haredim

Des manifestants anti-gouvernement portant une Déclaration d'Indépendance géante alors qu'ils défilent à Bnei Brak le 23 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Des manifestants anti-gouvernement portant une Déclaration d'Indépendance géante alors qu'ils défilent à Bnei Brak le 23 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Portant une version géante de la Déclaration d’Indépendance, les manifestants anti-refonte judiciaire de Bnei Brak scandent « dé-mo-cra-tie », klaxonnent et bloquent les principales artères de la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak.

Les contre-manifestations comprennent des groupes locaux ad hoc, une banderole souhaitant la bienvenue aux « Tel-Aviviens » à Bnei Brak et une « unité mobile de diffusion du judaïsme » du mouvement hassidique Habad Loubavitch, équipée de haut-parleurs diffusant de la musique à thème religieux.

En plus de soutenir les valeurs démocratiques libérales, de nombreux manifestants soulignent également les différences culturelles avec leurs voisins haredim.

Craignant une escalade de la violence à Bnei Brak, les organisateurs de la manifestation ont distribué des casques de chantier à plusieurs participants.

« Ils sont là au cas où ils nous lanceraient à nouveau des objets, comme des œufs ou des pierres », a expliqué Roni Golan, 63 ans.

Golan a fait le court trajet depuis Tel Aviv pour protester contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, mais aussi pour envoyer un message sur ce qu’il décrit comme « des griefs » à l’encontre des citoyens haredim.

Il est venu à Bnei Brak « pour expliquer aux religieux que leurs dirigeants les maintiennent dans la pauvreté et les empêchent de recevoir une éducation qui leur permette d’entrer sur le marché du travail ».

L’été dernier, les dirigeants haredim ont conclu un accord avec l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu pour augmenter le financement de leur système d’éducation particulier, sans ajouter les matières du tronc commun, jugées essentielles à l’insertion professionnelle, telles que l’anglais, les mathématiques et les sciences.

La déclaration de Netanyahu repoussée à 20h40 en raison d’une réunion avec Gallant

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

La prise de parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu est repoussée à 20h40 en raison d’une réunion avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, selon son bureau.

Netanyahu a convoqué Gallant après l’annonce de sa propre déclaration, dans laquelle il était prévu qu’il demande l’arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

Il n’a pas encore été confirmé si Gallant prendra la parole.

Des jeunes haredim confrontent des manifestants de Bnei Brak

Des jeunes haredim affrontant des manifestants anti-gouvernement, à Bnei Brak, le 23 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Des jeunes haredim affrontant des manifestants anti-gouvernement, à Bnei Brak, le 23 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Bien que plusieurs rabbins aient explicitement demandé aux jeunes de s’abstenir de pénétrer dans les zones de manifestations, plusieurs jeunes haredim se sont rassemblés en marge de la manifestation contre le remaniement judiciaire qui a lieu en ce moment à Bnei Brak.

Avraham, 16 ans, a expliqué que même s’il n’est pas au fait de tous les détails techniques du débat, il est venu contre-manifester dans le cadre d’une déclaration sociale.

« Je ne comprends pas la réforme, je sais juste qu’ils sont venus ici parce qu’ils sont contre nous », a-t-il dit en montrant du doigt la masse de centaines de manifestants qui l’entouraient.

« L’un d’entre eux m’a dit que je mangeais gratuitement », a-t-il ajouté, précisant qu’un manifestant a utilisé une expression selon laquelle la communauté haredi d’Israël n’assume pas sa juste part du fardeau économique et sécuritaire de l’État.

« Pourquoi pensent-ils ainsi ? », a-t-il répondu lorsqu’on lui a demandé ce qu’il ressentait.

Son ami Yisrael, également âgé de 16 ans, a affirmé qu’il soutient le droit des manifestants à manifester dans leur communauté, mais a ajouté : « Tout comme ils viennent à nous, nous pouvons venir à eux ».

« C’est ça l’égalité dont ils parlent, n’est-ce pas ? »

Otzma Yehudit : « Gallant trahit la droite et apaise les terroristes »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, s’entretenant avec le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir après un vote de la Knesset, à Jérusalem, le 15 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, s’entretenant avec le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir après un vote de la Knesset, à Jérusalem, le 15 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti d’extrême-droite Otzma Yehudit a lancé une attaque cinglante contre le ministre de la Défense Yoav Gallant, alors qu’il avait prévu de demander au gouvernement de suspendre le processus législatif de la réforme du système judiciaire.

« Gallant s’est retiré du camp de la droite. Il est question d’un ministre élu grâce aux votes de la droite, mais qui, dans la pratique, mène une politique différente », a fustigé le parti dans un communiqué.

« Gallant est responsable de l’absence de réponse à Gaza, de la politique d’apaisement concernant le terrorisme, des détentions administratives contre les militants de droite, et il s’avère aujourd’hui qu’il est également aux côtés de ceux qui veulent arrêter les actions du gouvernement et empêcher la droite de mettre en œuvre ses politiques », a indiqué le communiqué.

« Les citoyens ont élu un gouvernement de droite pour mettre en œuvre des politiques de droite et nous devons poursuivre le processus législatif de la réforme judiciaire. »

La déclaration de Gallant remise en question suite à la convocation de Netanyahu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant, à la Knesset le 9 janvier 2018. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant, à la Knesset le 9 janvier 2018. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Selon certaines informations, il est peu probable que le ministre de la Défense Yoav Gallant fasse la déclaration qui avait été annoncée et dans laquelle il devait appeler à l’arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

Gallant devait faire sa déclaration depuis Tel Aviv, mais il est, en ce moment, en route vers Jérusalem après avoir été convoqué par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a rapporté la Douzième chaîne.

Dans les heures qui ont suivi l’annonce de ses projets, Gallant a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des membres de la coalition, certains appelant même à sa démission.

Les manifestants en route vers Bnei Brak ; des rabbins appellent à la prudence

La police repousse les partisans du député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah) lors d’une manifestation anti-réforme devant son domicile dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 14 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
La police repousse les partisans du député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah) lors d’une manifestation anti-réforme devant son domicile dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 14 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Des manifestants cherchant à faire pression sur les membres ultra-orthodoxes du gouvernement contre les projets de la coalition visant à radicalement remanier le système judiciaire ont entamé leur manifestation en direction du quartier religieux de Bnei Brak, où réside le député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah).

Plusieurs rabbins ultra-orthodoxes ont ordonné aux étudiants en yeshiva et aux étudiants religieux de rester à l’écart de la zone de manifestation, afin d’éviter les altercations avec les manifestants majoritairement laïcs.

La semaine dernière, des contre-manifestants ultra-orthodoxes ont jeté des œufs sur les manifestants pro-démocratie qui se trouvaient devant le domicile de Gafni. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Isaac Herzog ont tous deux lancé des appels à l’apaisement avant la manifestation de ce soir à Bnei Brak.

Netanyahu convoque le ministre de la Défense dans son bureau

Le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une visite près de la frontière avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 16 mars 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une visite près de la frontière avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 16 mars 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué le ministre de la Défense Yoav Gallant dans son bureau.

Gallant doit faire une déclaration plus tard dans la soirée, au cours de laquelle il devrait demander l’arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

Peu après, Netanyahu fera également une déclaration à la nation.

La nouvelle des projets de Gallant a suscité une réaction brutale au sein du Likud, plusieurs ministres lui demandant de démissionner.

Selon les médias israéliens, Netanyahu devrait exhorter Gallant à ne pas s’opposer publiquement à la réforme du système judiciaire.

Gantz s’est entretenu avec des députés du gouvernement, dont Yoav Gallant

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, le député Benny Gantz s’exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 20 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, le député Benny Gantz s’exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 20 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Un responsable du bureau du chef du parti d’opposition HaMahane HaMamlaht, Benny Gantz, a déclaré qu’il avait eu des entretiens avec des députés de la coalition du Likud et des partis ultra-orthodoxes, y compris avec le ministre de la Défense Yoav Gallant.

« Les discussions n’ont pas porté sur les détails de la réforme du système judiciaire, mais ont eu pour but d’éviter des dommages fatals à la démocratie et une guerre civile, et de maintenir la sécurité du pays et de son économie », a déclaré le responsable.

Gantz les a informés que l’arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire était essentiel pour mettre fin à la crise.

Des manifestants inquiets s’expriment contre la refonte

Des canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : JH/Times of Israel)
Des canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : JH/Times of Israel)

« Ayalon [la principale autoroute urbaine de la métropole, NDLR] n’a jamais été autant bloquée, [les manifestants] ont réussi à la bloquer dans les deux sens, plusieurs fois, pendant des périodes beaucoup plus longues que précédemment », s’est félicité Nadav Golander, 37 ans, qui travaille dans la publicité.

« Si le vote sur la [composition de la commission chargée de la] désignation des juges passe la semaine prochaine [au Parlement], c’est le début de la dictature », a-t-il ajouté.

Noam Tal Goren, une serveuse de 22 ans, se dit elle aussi inquiète pour la démocratie israélienne.

« Les lois qu’ils essayent de passer, les changements dans le système judiciaire, les changements dans les lois fondamentales, c’est quelque chose que je ne peux pas accepter, pas dans mon pays, un pays démocratique », dit-elle à l’AFP en marge de la manifestation de Tel-Aviv.

Shlomo Karhi: un compromis sur la réforme pourrait causer la chute du gouvernement

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le ministre des Communications Shlomo Karhi lors d'une discussion et d'un vote à la Knesset, à Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec le ministre des Communications Shlomo Karhi lors d'une discussion et d'un vote à la Knesset, à Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans une déclaration, le ministre des Communications, Shlomo Karhi, s’est sans surprise dit « fermement opposé » à tout compromis ou arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

« Un tel retrait [honteux] de nos engagements conduira à l’intensification de la protestation, à l’arrêt de toute initiative que nous voudrions promouvoir dans quelque domaine que ce soit, et finalement, à Dieu ne plaise, à la dissolution du gouvernement et à l’avènement d’un nouveau gouvernement de chaos – qui serait le pire que nous ayons jamais vu », a-t-il déclaré.

Une élue du Likud demande à ses collègues réfractaires à la refonte de démissionner

La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, réagissant lors d'une session plénière pour le 74e anniversaire de la Knesset, dans la salle d'assemblée de la Knesset, à Jérusalem, le 6 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, réagissant lors d'une session plénière pour le 74e anniversaire de la Knesset, dans la salle d'assemblée de la Knesset, à Jérusalem, le 6 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, a exhorté tous ses collègues du Likud qui soutiennent l’arrêt du processus législatif de la réforme du système judiciaire de démissionner.

Ses commentaires ont été faits peu après que la Douzième chaîne a annoncé que le ministre de la Défense, Yoav Gallant, lancera un tel appel dans une déclaration à la nation, ce soir. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait s’exprimer peu après.

« Tous les députés du Likud qui ont l’intention de bloquer le projet de loi sont invités à démissionner. De préférence aujourd’hui, et encore mieux si c’est maintenant », a-t-elle écrit sur Twitter.

Selon Distel Atbaryan, soutenir l’arrêt de la réforme reviendrait à trahir le mandat que le Likud a reçu de ses électeurs.

Le Shas : « Nous soutiendrons la décision de Netanyahu », quelle qu’elle soit

Aryeh Deri et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de faction du Shas à la Knesset, à Jérusalem, le 23 janvier 2023. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Aryeh Deri et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de faction du Shas à la Knesset, à Jérusalem, le 23 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Shas a publié une déclaration dans laquelle il affirme qu’il soutiendra toute décision prise par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La déclaration indique que le chef du parti, Aryeh Deri, a consulté les chefs spirituels du Shas. « Il a été décidé que le Shas soutiendrait toute décision de Netanyahu et du Likud. »

Cette déclaration a été faite alors que Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant ont annoncé qu’ils feraient tous deux des déclarations à la nation ce soir. Selon la Douzième chaîne, Gallant devrait appeler à l’arrêt immédiat du processus législatif de la réforme du système judiciaire.

Sara Netanyahu appelle à un « large accord au sein du peuple d’Israël »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu embrassant son épouse Sara, après qu'elle a été extraite d'un salon de coiffure encerclé par des manifestants, sur une photo qu'il a diffusée via Twitter le 2 mars 2023. (Crédit : Twitter)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu embrassant son épouse Sara, après qu'elle a été extraite d'un salon de coiffure encerclé par des manifestants, sur une photo qu'il a diffusée via Twitter le 2 mars 2023. (Crédit : Twitter)

L’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara, a fait une rare déclaration publique dans laquelle elle appelle toutes les parties au sein du peuple d’Israël à « calmer le jeu et à travailler ensemble pour parvenir à un large accord ».

Dans sa déclaration, elle a évoqué ce qu’elle appelle « le siège violent du salon de coiffure de Tel Aviv », lors duquel elle a été bloquée pendant plusieurs heures au début du mois, après que des centaines de manifestants contre le gouvernement se sont rassemblés à l’extérieur. La police a été appelée sur les lieux pour éloigner les manifestants.

Netanyahu affirme que, depuis lors, la violence et l’incitation contre les membres du gouvernement n’ont cessé de croître.

« J’appelle les dirigeants de l’opposition, dont la plupart se sont abstenus de condamner l’incident grave dont j’ai été victime à Tel-Aviv, à dénoncer la violence à mon encontre et à l’encontre des personnalités publiques avant qu’il ne soit trop tard », a-t-elle déclaré.

Elle a également appelé les forces de l’ordre à agir avec « tous les moyens » contre ceux qui enfreignent la loi, bien qu’elle ait souligné qu’un « petit groupe d’anarchistes violents » ne représente pas l’ensemble des manifestants pro-démocratie.

Elle a affirmé que la plupart des Israéliens, y compris elle-même, souhaitent « le dialogue, l’unité et le compromis ».

Sara Netanyahu est largement considérée comme exerçant une immense influence sur son mari, qui fera une déclaration à la nation ce soir, à 20h.

Cour: Netanyahu doit répondre au recours contre la loi le protégeant de la récusation

À gauche : La Procureure générale Gali Baharav-Miara lors de la cérémonie d'accueil qui lui a été réservée, à Jérusalem, le 8 février 2022. À droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 11 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel ; Olivier Fitoussi/Flash90)
À gauche : La Procureure générale Gali Baharav-Miara lors de la cérémonie d'accueil qui lui a été réservée, à Jérusalem, le 8 février 2022. À droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 11 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel ; Olivier Fitoussi/Flash90)

La Haute Cour de justice exige que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la procureure générale Gali Baharav-Miara, en tant que représentante du gouvernement, soumettent une réponse à un recours déposé par l’ONG Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël contre la loi adoptée la nuit dernière qui empêchera la Cour d’ordonner la destitution de Netanyahu.

La Cour n’a cependant pas émis d’ordonnance provisoire gelant la mise en œuvre de la loi, ce qui signifie qu’elle entrera en vigueur immédiatement.

La loi a été adoptée en raison des préoccupations exprimées par la coalition, qui craignait que les requêtes déposées à la Cour ne l’amènent à ordonner à Baharav-Miara de demander au Premier ministre de se récuser pour avoir violé un accord sur les conflits d’intérêts.

Cet accord, mis à jour en janvier, oblige Netanyahu à ne pas s’impliquer dans le processus législatif de la réforme du système judiciaire en raison de son procès pénal en cours pour corruption et du conflit d’intérêts qu’il a à cet égard.

L’ONG a affirmé dans son recours que la loi, un amendement à la Loi fondamentale : Le gouvernement, est conçue pour le bénéfice d’un seul individu, Netanyahu, et « sape le système de gouvernement israélien où le pouvoir judiciaire équilibre et contrôle l’exécutif et le législatif » et conduira à une « dictature ».

Netanyahu et Baharav-Miara ont jusqu’au 24 avril pour répondre au recours.

Netanyahu et Gallant prendront la parole ce soir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant ont tous deux annoncé qu’ils feraient des déclarations ce soir.

Netanyahu s’exprimera à 20h depuis le Bureau du Premier ministre.

L’annonce a été faite seulement quelques minutes après que Gallant a déclaré qu’il ferait également une déclaration.

La Douzième chaîne a rapporté que Gallant devrait demander l’arrêt immédiat du processus législatif sur la réforme judiciaire qui a déclenché de nombreuses manifestations contre le gouvernement.

Plus tôt, Ynet a rapporté que Gallant avait averti Netanyahu que la réforme portait gravement atteinte à Tsahal et à la dissuasion militaire d’Israël, ainsi qu’aux liens avec les principaux alliés, notamment les États-Unis.

Netanyahu retarde son vol vers le Royaume-Uni à 4h du matin

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le point d'embarquer pour Rome, à l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le point d'embarquer pour Rome, à l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu quittera Israël pour Londres à 4h du matin vendredi, a indiqué son bureau.

Le Premier ministre n’aura donc que peu de temps pour se rendre à des réunions prévues avec des responsables britanniques, dont le Premier ministre Rishi Sunak et la ministre de l’Intérieur Suella Braverman.

Le Bureau de Netanyahu a précisé que son départ est tardif en raison d’un long programme de votes et d’activités législatives à la Knesset aujourd’hui.

Il devrait rentrer en Israël tôt dimanche matin.

Herzog appelle à la retenue avant la manifestation de Bnei Brak

Le président Isaac Herzog prononçant un discours à la nation au sujet de la réforme du système judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023. (Crédit : GPO)
Le président Isaac Herzog prononçant un discours à la nation au sujet de la réforme du système judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023. (Crédit : GPO)

Le président Isaac Herzog a déclaré qu’il avait engagé des discussions pour « prévenir la violence et réduire les flammes » avant une grande manifestation pro-démocratie prévue dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak.

Herzog affirme qu’il s’est entretenu avec un large éventail de personnes de tous bords.

« L’importance du droit de manifester et de protester est incontestable, car il s’agit d’un élément démocratique fondamental et nécessaire », indique un communiqué de Herzog, qui ajoute qu’il « implore chacun de faire preuve de responsabilité et d’éviter tout aspect susceptible d’inciter à une haine sans fondement et d’aggraver le grave clivage dans lequel nous nous trouvons ».

Des manifestations sont prévues dans la banlieue ultra-orthodoxe, où habitent plusieurs membres de la coalition de la Knesset, ce qui fait craindre qu’elles ne déclenchent un conflit avec la population locale, dont beaucoup soutiennent les partis de la coalition à l’origine de la législation judiciaire largement controversée.

Auparavant, des dizaines d’hommes et de garçons haredi se sont rassemblés pour danser devant les manifestants qui protestaient devant le domicile du chef du Shas, Aryeh Deri, à Jérusalem.

De jeunes hommes juifs ultra-orthodoxes dansent alors qu’une manifestation contre la refonte judiciaire se déroule devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

La police ouvre Ayalon dans un sens après plus de deux heures et demie d’attente

La police israélienne utilise des canons à eau pour disperser des Israéliens qui manifestent contre la réforme le système judiciaire à Tel Aviv, Israël, jeudi 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
La police israélienne utilise des canons à eau pour disperser des Israéliens qui manifestent contre la réforme le système judiciaire à Tel Aviv, Israël, jeudi 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Une importante délégation de la police, comprenant des policiers à cheval, des canons à eau et des agents de la police des frontières, est parvenue à évacuer l’autoroute Ayalon de Tel Aviv, envahie de manifestants qui ont bloqué les principales autoroutes pendant plus de deux heures.

Cependant, après cinq minutes, les manifestants sont revenus sur la route et ont bloqué la chaussée en direction du sud.

La circulation vers le nord reste ouverte.

La police a trainé des dizaines de manifestants hors de la route et arrête plusieurs d’entre eux.

Des policiers arrêtent un manifestant israélien contre la refonte du système judiciaire à Tel Aviv, Israël, jeudi 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

« Avant, nous étions patients, maintenant nous le sommes moins », déclare un officier supérieur à la Douzième chaîne.

La police montée et des canons à eau utilisés pour évacuer l’autoroute Ayalon

La police montée a été déployée avec un canon à eau pour tenter de dégager l’autoroute Ayalon à Tel-Aviv.

La police a prévenu les centaines de manifestants qui ont fermé l’artère principale dans les deux sens qu’elle ferait usage de la force s’ils ne se dispersaient pas.

Les manifestants agitent des drapeaux, chantent et refusent de partir.

Des cavaliers tentent de contenir les manifestants tandis que des jets d’eau à haute pression sont utilisés pour tenter de repousser les autres sur une bretelle de sortie.

Netanyahu appelle à l’action après qu’un manifestant a tenté de frapper Dichter

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé à la police et aux procureurs de prendre des mesures plus fermes contre les manifestations violentes après qu’un manifestant a tenté de frapper le ministre de l’Agriculture Avi Dichter avec le mât d’un drapeau.

« Je condamne fermement l’attaque du ministre Dichter par un militant de gauche et j’exige que les dirigeants de l’opposition mettent immédiatement fin à l’anarchie, à la violence et à l’incitation à l’égard des élus », a déclaré Netanyahu sur Twitter.

« J’exige que la police et le bureau du procureur prennent des mesures immédiates et fermes contre quiconque porte la main sur des élus avant qu’il ne soit trop tard », a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt, un manifestant a été filmé en train d’agiter un drapeau et d’essayer de le coller au visage de Dichter alors qu’il quittait un événement.

Ce dernier n’a pas été blessé.

 

Barak, Michaeli critiquent la brève arrestation de Shikma Bressler

Shikma Bressler, l’une des chefs de file du mouvement de protestation contre la loi de réforme judiciaire du gouvernement, est arrêtée puis relâchée par la police lors d’une manifestation au carrefour Binyamina, ce qui a conduit les chefs de file de l’opposition à l’accuser d' »arrestations politiques ».

La vidéo de l’arrestation de Bressler révèle qu’elle a été conduite par la police vers un véhicule de patrouille sous les cris de « Honte » poussés par les manifestants.

Bressler et d’autres personnes, dont des travailleurs de la société de technologie de défense Rafael, manifestaient au carrefour et l’ont bloqué pendant près d’une heure.

Elle a été libérée peu de temps après son arrestation et a déclaré à une foule de sympathisants devant le poste de police de Zevulun à Haïfa que « notre tâche est de veiller à ce qu’Israël reste une démocratie ».

Bressler, physicienne et chercheuse à l’Institut Weizmann des sciences, a été l’une des principales voix des manifestations pro-démocratie.

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a tweeté que son arrestation était un exemple de « dictature en action ».

La chef du parti travailliste, Merav Michaeli, a quant à elle tweeté : « Dans un pays normal, Shikma Bressler se verrait décerner le prix Israël. Dans l’État de Netanyahu et de Ben Gvir, elle est arrêtée comme une criminelle de droit commun. [C’est la] Hongrie et la Pologne sous stéroïdes. Un gouvernement de la honte, la démocratie l’emportera sur vous ».

Canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent Ayalon

Des canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : JH/Times of Israel)
Des canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : JH/Times of Israel)

La police utilise des canons à eau contre les manifestants pro-démocratie qui bloquent l’autoroute Ayalon à Tel Aviv.

Il n’y a pas d’informations faisant état de blessés.

La police montée est également amenée à intervenir pour tenter de dégager la voie de circulation.

26 détenus à Tel-Aviv pour troubles à l’ordre public ; L’autoroute Ayalon bloquée

Affrontements entre la police et des Israéliens protestant contre la refonte judiciaire, Tel Aviv, 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
Affrontements entre la police et des Israéliens protestant contre la refonte judiciaire, Tel Aviv, 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

La police affirme avoir détenu ou arrêté 26 personnes pour troubles à l’ordre public à Tel-Aviv.

Environ 30 manifestants bloquent l’autoroute Ayalon près du pont Yehudit, selon la police.

Un certain nombre de personnes ont été arrêtées plus tôt dans la journée lors de manifestations à l’échangeur de Kfar Hayarok et près de Raanana.

Des canons à eau contre des manifestants pro-démocratie à Haïfa

La police utilise un canon à eau contre les manifestations pro-démocratie à Haïfa, le 23 mars 2023 (Crédit : Police israélienne)
La police utilise un canon à eau contre les manifestations pro-démocratie à Haïfa, le 23 mars 2023 (Crédit : Police israélienne)

La police utilise des canons à eau contre des manifestants pro-démocratie dans la ville de Haïfa, dans le nord du pays.

On ne sait pas pourquoi ils ont été déployés. Il n’y a pas d’informations faisant état de blessés.

La police a déclaré avoir utilisé le canon pour dégager une route bloquée par des manifestants. Douze personnes ont été arrêtées.

Une équipe de Kan était à l’antenne pendant que les canons à eau étaient utilisés.

Cette méthode controversée a été utilisée à plusieurs reprises contre des manifestants anti-refonte judiciaire du gouvernement.

Regev demande à ce qu’il n’y ait pas de manifestations à Yom Haatsmaout, Lapid refuse

Le chef du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 30 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 30 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef de l’opposition Yair Lapid refuse la demande de la ministre des Transports Miri Regev qui appelle à ce que Yom Haatsmaout [la journée de l’indépendance d’Israël] soit exempt de manifestations.

« Nous ne prétendrons pas que nous célébrons ensemble et que tout va bien alors que le gouvernement déchire le peuple d’Israël et efface la démocratie, et nous ne resterons pas les bras croisés et assisterons à une autre flatterie embarrassante pour la famille Netanyahu », a déclaré Lapid.

Le député de l’opposition Chili Tropper avait appelé mercredi les législateurs de la coalition à convenir que Yom Hazikaron, marqué la veille de Yom Haatsmaout, devrait être exempt de manifestations.

Selon le site d’information Walla, le parti de Hamakhane Hamamlakhti du député Benny Gantz a accepté la demande tandis que le ministre de l’Économie Nir Barkat tentait de recruter des signataires du parti au pouvoir du Likud.

Toutefois, Regev, qui est en charge de la principale cérémonie de Yom Haatsmaout, a refusé de signer à moins que l’accord n’inclut aussi Yom Haatsmaout.

Yom Hazikaron, qui doit commencer le soir du 24 avril, voit de larges pans du public israélien visiter les tombes d’êtres chers qui ont été tués au combat. De nombreuses cérémonies à travers le pays comportent des discours de ministres.

« Ce n’est pas pour ça qu’Amir est mort, un pays en ruine »

Des familles endeuillées manifestent contre la refonte judiciaire du gouvernement, devant le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des familles endeuillées manifestent contre la refonte judiciaire du gouvernement, devant le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des dizaines de membres de familles de militaires endeuillés manifestent devant le ministère de la Défense à Tel-Aviv.

Gavriella Zimmerman, dont le fils Amir a été tué en 2004, dit qu’elle sentait qu’elle n’avait pas d’autre choix que de protester.

« En tant que mère endeuillée, il est difficile d’agiter le drapeau, mais j’ai l’impression d’être au bord du gouffre – un petit pas et nous tomberons et nous ne reviendrons plus », a-t-elle déclaré au site d’information Walla.

« Ce n’est pas pour ça qu’Amir est mort, un pays en ruine », dit-elle.

Plusieurs arrestations signalées dans différentes villes

L’une des leaders du mouvement de protestation, Shikma Bressler, a été arrêtée lors d’un rassemblement organisé par des centaines de travailleurs de l’entreprise de défense Rafael sur la route 4 dans le nord du pays.

Selon la police, deux personnes ont été arrêtées pour troubles au carrefour Hakfar Hayarok, au nord de Tel-Aviv, et cinq autres ont été détenues à Raanana.

Des Israéliens protestent contre les membres de la coalition et la refonte judiciaire prévue à Airport City, le 22 mars 2023. Une pancarte montre le ministre de l’Agriculture, Avi Dichter. (Crédit : Flash90)

Deux autres personnes ont été arrêtées lors d’une convention qui se tenait dans le parc d’activités voisin d’Airport City, à laquelle assistaient le ministre de l’Agriculture Avi Dichter et le ministre de l’Économie Nir Barkat. Les militants ont perturbé le discours de Dichter. Selon les informations de la Douzième chaîne, le ministre a dû quitter le centre des congrès par une sortie arrière.

L’entrée du port d’Ashdod bloquée

Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod en brûlant des pneus sur la chaussée lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
Des Israéliens bloquent l'entrée du port d'Ashdod en brûlant des pneus sur la chaussée lors d'une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Au port d’Ashdod, des manifestants ont mis le feu à des pneus pour bloquer l’entrée, et un certain nombre de carrefours et d’autoroutes ont été bloqués à travers le pays alors que les enfants et les parents se rassemblaient.

Des Israéliens bloquent l’entrée du port d’Ashdod lors d’une manifestation contre la refonte judiciaire, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Des pompiers ont été vus en train d’éteindre les flammes.

Rishon Lezion: Un homme arrêté, soupçonné d’avoir attaqué un manifestant de 80 ans

Un homme a été arrêté à Rishon Lezion, soupçonné d’avoir attaqué un manifestant âgé de 80 ans et d’avoir menacé d’autres personnes.

La victime a reçu des soins médicaux sur place.

La Déclaration d’indépendance déployée sur les remparts de Jérusalem

Des militants ont déployé une copie de la Déclaration d’indépendance d’Israël et des drapeaux israéliens sur les côtés des murs de la Vieille Ville de Jérusalem.

Manifestation de parents avec leurs enfants à Tel Aviv

Manifestation de parents et de leurs enfants au carrefour Namir/Rokah à Tel Aviv

Manifestation de réservistes au domicile de Yoav Kisch

Yoav Kisch, député du Likud, dans une interview accordée à la Douzième chaîne, le 2 novembre 2022. (Crédit : Douzième chaîne)
Yoav Kisch, député du Likud, dans une interview accordée à la Douzième chaîne, le 2 novembre 2022. (Crédit : Douzième chaîne)

Un deuxième groupe de réservistes militaires s’est réuni au domicile du ministre de l’Éducation Yoav Kisch à Ramat Gan.

Kisch est un ancien pilote de l’armée de l’air.

Avec une banderole indiquant « N’abandonne pas la démocratie », un homme en tenue de vol était suspendu au flanc d’un arbre empêtré dans un parachute, telle une représentation d’un pilote abandonné.

Des militants ont aussi manifesté en scandant des slogans.

Des réservistes manifestent alors que des haredim dansent devant le domicile de Deri

Des haredim devant le domicile d'Aryeh Deri alors que des manifestants contre la refonte judiciaire se sont rassemblés aussi à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)
Des haredim devant le domicile d'Aryeh Deri alors que des manifestants contre la refonte judiciaire se sont rassemblés aussi à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Les réservistes se sont rassemblés devant le domicile du chef du Shas, Aryeh Deri, à Jérusalem.

Des Israéliens manifestent contre la refonte judiciaire devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Deri, un allié clé du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est le bénéficiaire d’un projet de loi de la Knesset. Ce texte lui permettra de reprendre ses fonctions ministérielles bien que la Haute Cour de justice ait jugé que sa position au sein du cabinet était « extrêmement déraisonnable » en raison de ses multiples condamnations criminelles.

En réponse, des dizaines d’hommes et de garçons Haredi se sont rassemblés pour danser devant les manifestants.

De jeunes hommes juifs ultra-orthodoxes dansent alors qu’une manifestation contre la refonte judiciaire se déroule devant le domicile du chef du parti Shas Aryeh Deri à Jérusalem, le 23 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Des bannières sur la statue d’Herzl surplombant Herzliya

Une grande affiche, où l'on lit "ce n'est pas un rêve, c'est un coup d'État", placée sur une statue de Theodor Herzl dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. Herzl est connu pour avoir dit « Si vous le voulez, ce n'est pas un rêve. » en référence à la création de l'État d'Israël. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Une grande affiche, où l'on lit "ce n'est pas un rêve, c'est un coup d'État", placée sur une statue de Theodor Herzl dans le cadre d'une manifestation contre la refonte judiciaire, à Herzliya, le 23 mars 2023. Herzl est connu pour avoir dit « Si vous le voulez, ce n'est pas un rêve. » en référence à la création de l'État d'Israël. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Dans la nuit, un groupe de réservistes de Tsahal a dévoilé des banderoles sur la statue de Theodor Herzl, le fondateur du sionisme moderne, à l’entrée de la ville côtière d’Herzliya.

Les bannières, un clin d’œil à la célèbre phrase de Herzl, disaient : « Si vous le voulez, la démocratie gagnera » et « Ce n’est pas un rêve, c’est un coup d’État », faisant référence à l’affaiblissement prévu du système judiciaire par le gouvernement.

Nouvelle journée de manifestations contre la refonte judiciaire

Les travailleurs de la high-tech protestent contre la refonte judiciaire du gouvernement "le temps presse pour la high-tech israélienne", à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Les travailleurs de la high-tech protestent contre la refonte judiciaire du gouvernement "le temps presse pour la high-tech israélienne", à Tel Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les organisateurs de la manifestation ont entamé jeudi matin une nouvelle journée de manifestations contre la refonte judiciaire du gouvernement, avec des dizaines de grands rassemblements qui devraient attirer jusqu’à un demi-million de personnes dans les rues des grandes villes, sur les autoroutes et devant les maisons des membres de la coalition.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.