Kakhol lavan : l’offre de Netanyahu est une « manœuvre politique »
Rechercher

Kakhol lavan : l’offre de Netanyahu est une « manœuvre politique »

Benny Gantz a officiellement rejeté l'offre du chef du Likud et a dit souhaiter être le prochain Premier ministre, à la tête d'une gouvernement large et progressiste

Le leader de Kakhol lavan, le député Benny Gantz, prend la parole lors d'une conférence de la 12e chaîne de télévision à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)
Le leader de Kakhol lavan, le député Benny Gantz, prend la parole lors d'une conférence de la 12e chaîne de télévision à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Les responsables du parti Kakhol lavan ont rejeté jeudi la proposition de Netanyahu à la formation d’un « gouvernement d’unité » qui inclurait les partis religieux de droite, dans la réponse officielle du parti centriste.

Le Premier ministre a appelé Gantz à rejoindre un gouvernement d’unité qui inclurait ces partis, faisant pression pour qu’il renonce à la formation d’un gouvernement d’unité « laïc », qui exclut d’office les partis ultra-orthodoxes et les partis religieux.

Benny Gantz, rival de Benjamin Netanyahu aux législatives israéliennes, a affirmé vouloir être le Premier ministre d’un futur gouvernement d’union nationale afin de faire sortir le pays de l’impasse politique.

« J’ai l’intention de former un gouvernement d’unité large et progressiste, sous ma direction », a déclaré Gantz dans un communiqué diffusé avant une réunion avec les cadres de sa formation. la première depuis les élections. parti Kakhol lavan. « Nous écouterons tout le monde mais n’accepterons pas qu’on nous dicte des choses. »

« Le parti Kakhol lavan a gagné et à l’heure où je vous parle nous avons 33 sièges alors que Netanyahu n’a pas obtenu la majorité suffisante pour former une coalition comme il l’espérait », a fait valoir l’ancien chef de l’état-major de l’armée israélienne, dont le parti a obtenu deux sièges de plus que le Likud.

« Pour faire un gouvernement d’unité, il ne suffit pas d’arriver avec un bloc politique et des manœuvres, mais plutôt avec de l’honnêteté, de la diplomatie, de la responsabilité et du sérieux », a déclaré Gantz en référence à l’accord signé quelques heures plus tôt entre le Likud, Shas, Yamina et Yahadout HaTorah.

Les chefs des partis de droite se sont engagés à entrer dans les négociations pour une coalition en tant que bloc uni, sous l’égide de Netanyahu.

Deux jours après les législatives, les résultats encore provisoires créditent le Likud de Netanyahu de 31 sièges sur les 120 de la Knesset, contre 33 pour le parti Kahol Lavan de Gantz.

En ajoutant leurs alliés respectifs et potentiels, des partis religieux et/ou très marqués à droite pour M. Netanyahu, et des formations à gauche ou arabes pour M. Gantz, le compteur tombe à 56 députés dans chaque camp, sous la barre des 61 sièges nécessaires pour obtenir une majorité au Parlement.

L’AFP a contribué à cet article.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...