Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Kherson est inondée mais une employée du JDC gère l’aide aux Juifs restés sur place

Tatiana Kovler, une assistante sociale qui a fui la montée des eaux, est en contact permanent avec ceux qui sont restés dans la ville malgré les bombardements et les inondations

Des bénévoles transportent des habitants sur un bateau pneumatique lors de l'évacuation d'une zone inondée à la suite des dommages subis par le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka à Kherson, en Ukraine, le 8 juin 2023. (Crédit : ALEKSEY FILIPPOV/ AFP)
Des bénévoles transportent des habitants sur un bateau pneumatique lors de l'évacuation d'une zone inondée à la suite des dommages subis par le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka à Kherson, en Ukraine, le 8 juin 2023. (Crédit : ALEKSEY FILIPPOV/ AFP)

Pas le temps de s’émouvoir. Le niveau de l’eau grimpait à l’intérieur de la maison de Tatiana Kovler, dans la ville verdoyante de Kherson, au sud de l’Ukraine.

« J’ai pris nos papiers, nos deux chiens et je suis sortie. L’eau montait à vue d’œil. Je n’ai pas pris le temps de réfléchir à ce que je ressentais », a raconté Mme Kovler, assistante sociale de 52 ans et membre de la communauté juive de Kherson, lors d’une interview accordée au Times of Israel depuis une chambre d’hôtel d’Odessa.

Kovler fait partie des dizaines de milliers d’Ukrainiens et de Russes qui ont fui leurs maisons le long du fleuve Dniepr à la suite des inondations causées par la rupture, la semaine dernière, d’un important barrage tenu par la Russie, dont les deux pays ennemis se rejettent mutuellement la responsabilité.

Des dizaines de résidents juifs de la région font partie des personnes évacuées, et au moins trois groupes juifs ont entrepris de s’occuper de ceux qui sont restés et de trouver d’autres logements pour ceux qui ne sont pas restés.

Pour de nombreux habitants, quitter Kherson est douloureux, car cela signifie également renoncer à leur détermination à mener la guerre jusqu’au bout, malgré les fréquents bombardements russes. Certains Juifs qui restaient dans la région avaient la possibilité d’émigrer, mais ils sont également restés, bien que la région ait été l’une des zones les plus menacées par la guerre.

« J’avais très peur pour mes chiens », a déclaré Mme Kovler à propos de Grom et Helda, deux bergers allemands qu’elle garde avec son mari, Alexey, un ingénieur en construction. Le fils des Kovler, âgé de 33 ans, vit et travaille ailleurs en Ukraine. « Ils se seraient noyés si je ne les avais pas emmenés sur la terre ferme, hors de la zone inondable. C’est ce que j’ai décidé », a déclaré Mme Kovler, se souvenant de sa fuite précipitée du 7 juin.

Des bénévoles transportent des habitants sur un bateau pneumatique lors de l’évacuation d’une zone inondée à la suite des dommages subis par le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka à Kherson, en Ukraine, le 8 juin 2023. (Crédit : ALEKSEY FILIPPOV/ AFP)

Des amis de la famille s’occupent des chiens tandis que les Kovler vivent dans une chambre d’hôtel à Odessa, payée par l’employeur de Mme Kovler, l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC). Principal fournisseur d’aide aux Juifs de l’ex-Union soviétique et d’ailleurs, le JDC emploie Mme Kovler depuis 2008 pour venir en aide aux personnes âgées et aux autres bénéficiaires de l’aide, que le JDC appelle des clients.

Depuis que la Russie a commencé son invasion de l’Ukraine en février 2022, Kherson a été l’un des endroits les plus visés en Ukraine. C’est la première grande ville occupée par la Russie et la première reprise par l’Ukraine. Des centaines de civils et de soldats sont morts dans les conflits autour de Kherson avant même la rupture du barrage. Ces derniers jours, les Russes ont recommencé à bombarder la ville, tuant plusieurs personnes.

Malgré tout, Mme Kovler est restée dans sa ville natale, même si elle aurait pu immigrer en Israël, comme l’ont fait plus de 16 000 Ukrainiens depuis février, soit cinq fois plus qu’en 2021.

Un homme pousse un bateau dans un quartier inondé après l’effondrement du barrage et de la centrale hydroélectrique de Kakhovka à Kherson, en Ukraine, le 7 juin 2023. (Crédit : AP Photo/Felipe Dana)

« Je suis restée à cause des clients », dit-elle en faisant référence aux dizaines de personnes, souvent âgées, qui dépendent du JDC pour joindre les deux bouts dans un pays où l’approvisionnement en électricité et en médicaments est fréquemment interrompu et où la pension moyenne versée par le gouvernement est inférieure à 150 dollars par mois. « Je ne pouvais pas abandonner ces personnes au moment où la situation s’aggravait. Ils ont l’habitude de venir me voir pour obtenir les solutions dont ils ont besoin pour survivre dans la dignité. Aujourd’hui, surtout, je dois les aider. J’attends de pouvoir accéder à mon domicile et de pouvoir rentrer chez moi.

Le bureau « Hesed » de Kherson – un mot qui signifie « bienveillance » en hébreu – est un centre ou un point de distribution mis en place par le JDC pour venir en aide aux Juifs nécessiteux – a été inondé. Le personnel a déménagé les dossiers et les ordinateurs à l’avance, en les stockant à la synagogue Habad locale, qui ne devrait pas être touchée par les inondations, puisqu’elle se trouve à 20 mètres au-dessus du niveau de l’eau.

Le JDC, qui recevra cette année plus de 130 millions de dollars de la Conference on Jewish Material Claims Against Germany pour sa prise en charge des survivants de la Shoah, dispose d’une trentaine de bureaux Hesed rien qu’en Ukraine, et de dizaines d’autres ailleurs dans l’ex-Union soviétique.

Des centaines de familles juives vivaient à Kherson avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Seules 150 d’entre elles sont restées, selon le rabbin Yosef Wolff, né en Israël, qui travaille au nom de la communauté de Kherson.

Le centre Habad de Kherson apporte également son aide aux non-Juifs de la ville inondée. Le rabbin Shalom Ber Stambler de Varsovie, en Pologne, a déclaré qu’il avait pris des dispositions pour que plusieurs dizaines d’autres Juifs partent pour la Pologne afin d’y trouver un hébergement temporaire.

Une zone partiellement inondée de Kherson le 6 juin 2023, suite aux dommages subis par le barrage hydroélectrique de Kakhovka. (Crédit
: Sergiy Dollar / AFP)

L’année dernière, les parents de Mme Kovler, tous deux Juifs, ont quitté Kherson pour s’installer dans la banlieue d’Odessa, considérée comme relativement sûre. Ils ont reçu une aide à Kherson et ont ensuite été transférés au bureau d’aide Hesed d’Odessa.

« Ceux qui voulaient partir, comme mes parents, l’ont fait avant les inondations », a déclaré Mme Kovler. « Ceux qui sont restés resteront aussi longtemps qu’ils le pourront. Elle estime que la détermination des habitants à rester signifie que la présence juive à Kherson perdurera.

« Si je n’y croyais pas, je n’envisagerais même pas d’y retourner. Cela n’aurait aucun sens », a déclaré Mme Kovler à propos de son projet de retour à Kherson.

À Odessa, Mme Kovler reste en contact permanent avec les bénéficiaires de l’aide dont elle a la charge. « Certaines personnes ont besoin de médicaments, d’autres de produits d’hygiène. Certains ont besoin de couches, et il y a une petite équipe dévouée qui s’occupe de tout », a-t-elle déclaré.

Des enfants ukrainiens jouent à un poste de contrôle abandonné à Kherson, dans le sud de l’Ukraine, le 23 novembre 2022. (Crédit : AP/Bernat Armangue)

Mme Kovler et son mari ne connaissent pas l’étendue des dégâts causés à leur maison, qui n’est actuellement accessible que par bateau. Il est possible qu’elle soit irréparable. Ils n’ont pas non plus récupéré leurs biens. « Je n’arrête pas de penser : pourquoi n’ai-je pas pris ceci, pourquoi n’ai-je pas pris cela ? Mais ensuite, je me rappelle que j’ai ce qui est vraiment important : mon mari, mes chiens et le soutien du JDC et de la communauté », a déclaré Mme Kovler, la voix tremblante d’émotion.

Pour ce qui est de l’avenir, Mme Kovler est presque certaine que sa prochaine étape sera de retourner à Kherson dès qu’elle pourra le faire en toute sécurité. « Il se peut que nous restions à Odessa, mais 99 % d’entre nous retourneront à Kherson. C’est là que nous vivons, c’est là que nous avons nos responsabilités. Et si notre maison est détruite, ce n’est pas grave. Nous la reconstruirons. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.