Rechercher

Le chauffard arrêté suite à la mort d’un enfant de 12 ans avait des antécédents

Selon des informations, Eran Azoulay, 45 ans, avait dû répondre à des accusations de conduite en état d'ivresse en 2015 et avait écopé d'une amende pour le même délit en 2014

La scène où un garçon de 12 ans a été tué lorsqu'il a été percuté par une voiture sur la route 4 alors qu'il roulait durant le erev Yom Kippour, le 15 septembre 2021. (Crédit : Magen David Adom)
La scène où un garçon de 12 ans a été tué lorsqu'il a été percuté par une voiture sur la route 4 alors qu'il roulait durant le erev Yom Kippour, le 15 septembre 2021. (Crédit : Magen David Adom)

Le chauffard soupçonné d’avoir tué un enfant de 12 ans dans un accident de la circulation survenu pendant Yom Kippour – il aurait été en état d’ivresse – avait été condamné en 2015 pour conduite en état d’ébriété, ont fait savoir des informations parues dans la presse israélienne vendredi.

Eran Azoulay, 45 ans, un résident de Beer Yaakov, restera en détention au moins jusqu’à dimanche. Selon la police, il avait deux fois la quantité d’alcool légale dans le sang juste après l’accident.

Il est soupçonné d’avoir tué Barak Khoury, 12 ans, qui habitait Ramat Gan. L’enfant faisait du vélo sur la Route 4, à proximité de la ville de Givat Shmuel, dans le centre du pays, quand il a été renversé par le véhicule d’Azoulay, mercredi soir.

Les Israéliens profitent souvent des routes et autoroutes généralement désertes pendant la fête de Yom Kippour, remplissant les rues laissées à la disposition des seuls piétons et amateurs de bicyclette.

Selon des informations parues dans la presse israélienne, vendredi, Azoulay avait été condamné pour conduite en état d’ébriété en 2015. Il avait écopé d’une amende pour le même délit un an auparavant.

Khoury devait célébrer sa bar-mitsva dans un mois environ.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital Beilinson, situé à Petah Tikva, dans un état critique, où les médecins ont ensuite constaté son décès.

Les ambulanciers ont déclaré dans un communiqué que le garçon portait un casque et un équipement de protection quand il a été percuté.

Neta Shafir, également âgée de 12 ans, a déclaré qu’elle avait rencontré Khoury quelques instants plus tôt alors qu’ils faisaient du vélo et qu’elle avait été témoin de l’accident mortel.

« Je me suis arrêtée à côté de lui, nous avons discuté un peu et je suis tombée amoureuse de lui. Un garçon adorable », a-t-elle écrit dans une publication sur Facebook.

« Soudain, une voiture est arrivée à une vitesse folle. Elle n’a pas essayé de se déplacer sur le côté, n’a pas essayé de freiner. Elle s’est juste dirigée vers nous. J’ai crié d’horreur et j’ai couru sur le côté [de la route]. J’espérais que le garçon s’enfuirait aussi. Mais après une fraction de seconde, j’ai entendu l’horrible boum de la collision », a écrit la jeune fille.

« La route était pleine de débris. Le vélo a été frappé et a volé quelques dizaines de mètres plus loin. Et le gentil garçon, avec qui je n’ai parlé qu’une seconde, a volé encore plus loin et a perdu connaissance », a écrit Shafir.

Dans un autre incident, un garçon de 11 ans a été gravement blessé après avoir été heurté par un véhicule alors qu’il roulait sur l’autoroute Ayalon près de la ville de Kfar Shmaryahu, également dans le centre du pays.

Selon la presse, le garçon est toujours dans un état instable à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv.

Les médecins ont déclaré que le conducteur de 52 ans qui a percuté le garçon avait été emmené à l’hôpital avec des blessures légères.

Une ambulance dans une rue vide à Jérusalem le jour de Yom Kippour, le 16 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

Par ailleurs, un motard de 21 ans a été tué dans un accident alors qu’il circulait près de l’échangeur de Kabri, dans le nord du pays.

Les ambulanciers du service d’urgence du Magen David Adom ont soigné 2 583 personnes dans le pays pendant Yom Kippour, a indiqué le service d’urgence dans un communiqué.

226 personnes ont été blessées en faisant du vélo, du skate, de la trottinette ou du skateboard. Cinq d’entre elles se trouvaient dans un état modéré.

Le service d’urgence a déclaré que 239 personnes avaient reçu un traitement après s’être évanouies, s’être retrouvées déshydratées ou parce qu’elles se sont senties mal en raison du jeûne.

Les ambulanciers ont emmené 1 838 patients à l’hôpital, dont 135 femmes enceintes.

En outre, huit bébés ont été mis au monde, à Jérusalem, dans les villes centrales d’Elad, de Bnei Brak et de Tel Aviv, dans le village d’Ein al-Asad au nord et dans les implantations de Barkan, Beitar Illit et Modi’in Illit en Cisjordanie.

Des Israéliens sur les routes vides de Jérusalem le jour de Yom Kippour, le 16 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

Bien que les tests de dépistage au coronavirus aient été interrompus pour Yom Kippour dans la majeure partie du pays, des échantillons ont été prélevés pour être testés dans les villes arabes.

Le jour du Grand pardon est marqué par le jeûne et la prière pour les Juifs religieux, tandis que les Israéliens laïcs profitent des routes et autoroutes désertes, remplissant les rues en masse pendant la fête.

À l’approche du coucher du soleil mercredi, toutes les émissions de radio et de télévision locales se sont progressivement tues. Les transports publics ont également été interrompus, les bus et les trains stoppant leurs trajets et l’espace aérien israélien étant fermé aux vols.

Pour les ambulanciers, Yom Kippour est l’un des jours les plus chargés de l’année, avec des centaines de médecins, d’auxiliaires médicaux, d’ambulances et de volontaires supplémentaires déployés dans tout le pays. Les hôpitaux travaillaient uniquement avec des équipes médicales d’urgence limitées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...