Rechercher

La Chambre internationale de Dubaï ouvre son premier bureau à Tel Aviv

Le nouveau bureau a pour objectif d'identifier les opportunités d'affaires et d'investissement en Israël et de soutenir les entreprises locales sur le marché de Dubaï et au-delà

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

La ministre de l'Économie et de l'Industrie, Orna Barbivai, rencontre un membre de la Chambre de Dubaï, en juin 2022. (Crédit: Ministère de l'Économie et de l'Industrie)
La ministre de l'Économie et de l'Industrie, Orna Barbivai, rencontre un membre de la Chambre de Dubaï, en juin 2022. (Crédit: Ministère de l'Économie et de l'Industrie)

La Chambre internationale de Dubaï, l’une des trois chambres de commerce de l’émirat, s’apprête à ouvrir un bureau de représentation à Tel-Aviv afin de faciliter le commerce et les investissements entre les communautés d’affaires d’Israël et de Dubaï.

Selon une annonce officielle publiée cette semaine, le bureau de Tel Aviv de la Chambre internationale de Dubaï identifiera les opportunités d’affaires et d’investissement en Israël et « soutiendra également les entreprises israéliennes dans leur entrée sur le marché de Dubaï et les aidera à tirer parti de l’émirat pour étendre leur portée sur les marchés du CCG [Conseil de coopération du Golfe], d’Afrique et d’Asie ».

L’annonce a été faite après une réunion lundi au siège de la Chambre entre Hamad Buamim, président et PDG de Dubai Chambers, la ministre israélienne de l’Économie et de l’Industrie Orna Barbivai, l’ambassadeur d’Israël aux EAU Amir Hayek, et d’autres représentants de l’ambassade d’Israël aux Émirats arabes unis et de Dubai Chambers.

Ce développement intervient une semaine après qu’Israël et les EAU ont signé un accord de libre-échange  exhaustif et « révolutionnaire » qui vise à renforcer les liens économiques entre les deux pays. L’Accord de partenariat économique global (APEG) couvre les régulations, les douanes, les services, le e-commerce et la protection des droits de propriété intellectuelle, entre autres.

Israël et les Émirats arabes unis ont enregistré des échanges bilatéraux d’environ 1 milliard de dollars au cours du premier trimestre de 2022. Les pays espèrent que la valeur des échanges atteindra 5 milliards de dollars en 2023-2024 et plus de mille milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

La ministère israélienne de l’Économie et de l’Industrie a déclaré que le commerce bilatéral avec les EAU en 2021 a atteint près de 900 millions de dollars (en matière de diamants, d’équipements électriques, d’électronique, de matériaux de transport, de bijoux et de minéraux).

Buamim a déclaré qu' »en étendant notre présence en Israël, nous serons bien placés pour atteindre les objectifs de l’APEG signé par les EAU et Israël, construire de nouveaux ponts entre les deux communautés d’affaires et stimuler le commerce non pétrolier pour atteindre 10 milliards de dollars par an dans les cinq prochaines années. »

Il a également déclaré qu’Israël était un marché d’importance stratégique pour Dubaï et que le pays devrait devenir l’un des 10 principaux partenaires commerciaux de Dubaï d’ici quelques années.

Barbivai a déclaré que cet accord « reflète la ferme volonté des deux pays de renforcer leurs liens économiques et de créer de nouvelles opportunités commerciales. »

Hayek a ajouté que la décision d’ouvrir un bureau de la Chambre internationale de Dubaï à Tel Aviv était « une étape importante dans la promotion de la coopération entre les deux pays et leurs communautés d’affaires. »

Dubaï pourrait servir de passerelle mondiale pour les entreprises israéliennes, a déclaré Buamim, notant que « l’accord approfondi qui a été signé entre nos deux pays accélérera les activités économiques » tout en créant des opportunités de recherche et développement, « ainsi que les nouveaux investissements dans les technologies agricoles, dans les énergies renouvelables et autres technologies de pointe – des secteurs déterminants pour nos deux pays ».

La Chambre internationale de Dubaï compte 11 bureaux internationaux répartis en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique latine. L’organisation a récemment adopté une nouvelle stratégie pour les trois prochaines années qui vise à renforcer la position de Dubaï en tant que centre d’affaires mondial et à identifier 30 marchés internationaux prioritaires « qui offrent un énorme potentiel économique », dont Israël fait partie.

Les Émirats arabes unis et Israël ont signé un accord de normalisation en 2020 dans le cadre des Accords d’Abraham, qui avaient été négociés par les États-Unis. Bahreïn, le Soudan et le Maroc avaient ensuite suivi l’exemple donné par les EAU.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...