La Cour suprême d’Israël met fin au mariage d’une femme avec son époux accidenté et dans le coma
Rechercher

La Cour suprême d’Israël met fin au mariage d’une femme avec son époux accidenté et dans le coma

Les juges rabbiniques, qui ont tenté d’intervenir, se sont vus interdire leur appel

Un homme devant la cour rabbinique de Jérusalem, le 1er mars 2011. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Un homme devant la cour rabbinique de Jérusalem, le 1er mars 2011. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La Cour suprême israélienne a officiellement autorisé une femme de Safed à divorcer de son époux, qui est dans le coma, mettant ainsi fin à un processus d’une décennie.

Jeudi, la cour a interdit aux juges rabbiniques d’examiner un appel contre le caractère nul du mariage, après avoir imposé une injonction à son encontre en janvier.

Le grand rabbinat d’Israël, qui est responsable des tribunaux familiaux juifs, a tenté d’autoriser un examen d’une décision de 2014 de la cour rabbinique de Safed, qui, en sa capacité de tribunal de divorce, avait estimé que le mariage pouvait être dissout.

En Israël, les cours religieuses reconnues font partie du système judiciaire et sont des tribunaux aux affaires familiales.

L’époux est dans le coma depuis 2007. Il avait été grièvement blessé dans un accident de moto. Pendant des années, sa femme a tenté de divorcer car les médecins lui ont dit qu’il ne se réveillerait probablement jamais.

Dans un entretien accordé à la radio militaire, elle a déclaré qu’elle « remercie Hashem [Dieu] que ce cauchemar soit fini. » Elle a ajouté qu’elle voulait « qu’il se termine avant la fête de la liberté », en faisant référence à Pessah, qui commence cette année le 10 avril.

Avant de se voir accorder son divorce religieux, le get, l’épouse est considérée comme une « femme enchaînée », ou aguna, un terme qui fait référence aux femmes qui ne peuvent pas obtenir de divorce religieux et par conséquent ne peuvent pas se remarier légalement en Israël, ni faire reconnaître un mariage contracté dans un autre pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...