La famille du soldat « fière » de sa retenue lors de l’échauffourée
Rechercher

La famille du soldat « fière » de sa retenue lors de l’échauffourée

Selon le père, la bagarre avec les femmes et les enfants palestiniens aurait pu « finir d'une façon très différente »

La députée du Likud, Miri Regev, lors d'une conférence politique à l'université de Tel-Aviv, le 18 janvier 2015 (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH 90)
La députée du Likud, Miri Regev, lors d'une conférence politique à l'université de Tel-Aviv, le 18 janvier 2015 (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH 90)

Le père d’un soldat israélien qui a été attaqué en Cisjordanie, en essayant d’arrêter un enfant a déclaré dimanche qu’il était fier de la retenue de son fils, alors même que la famille de l’enfant a accusé le soldat de faire usage de trop de force.
 
Une vidéo du soldat attaqué vendredi par des femmes et des enfants palestiniens près du village de Nabi Saleh a recueilli environ deux millions de vues sur Facebook et les autres réseaux sociaux.

Dans la vidéo, le soldat semble maîtriser avec force le garçon, dont le bras est dans le plâtre. Et à plusieurs reprises, il étouffe l’enfant et appuie sa tête contre un rocher pour le calmer. Les activistes prétendent que le garçon est âgé de 12 ans.

Un groupe de femmes et d’enfants commencent à s’en prendre au soldat et le frappant à plusieurs reprises, alors qu’il maintient le garçon. À un moment donné, une fille lui mord la main.

« Nous sommes très fiers de ce que nous avons vu, fier de la retenue dont il a fait preuve, parce que, sans doute, si [les] femmes avaient été blessées, cela se serait terminé d’une façon très différente », a déclaré Arnon, le père du soldat à la radio militaire.

Le père a critiqué ceux qui mettent en doute les actions de son fils. « Il est facile d’être confortablement assis dans son salon et de juger les soldats », a-t-il dit.

https://youtu.be/pvJNYjzm9jk

La mère et la sœur de l’enfant faisaient partie d’un groupe vu en train de frapper le soldat dans la vidéo. Elles ont défendu leurs actions dans une interview diffusée dimanche sur la Deuxième chaîne israélienne, affirmant que le soldat avait fait usage de trop de force sur un enfant qui a le bras dans le plâtre.

« Je ne peux pas rester là et voir mon frère près de la mort », a déclaré la soeur du garçon, A’hd Tamimi. « Bien sûr, je vais l’aider. Le soldat a fait usage de beaucoup trop de force. C’est un jeune enfant avec un bras cassé, qu’est-il capable de faire ?  »

« Je suis une mère. Si un soldat attaque un jeune enfant et est en train de lui faire quelque chose, je ferais tout pour le libérer des mains du soldat, » a ajouté la mère du garçon.

Le garçon lui-même a dit à la télévision palestinienne que « j’ai commencé à fuir le soldat. À la fin, il m’a attrapé et m’a jeté sur le sol, me frappant moi et mon bras. Il a frappé ma tête sur le rocher ».

Des manifestants dans le village de Nabi Saleh en Cisjordanie face à des tirs de gaz lacrymogène après avoir jeté des pierres sur les soldats de Tsahal (Photo: Eric Cortellessa / Times of Israel)
Des manifestants dans le village de Nabi Saleh en Cisjordanie face à des tirs de gaz lacrymogène après avoir jeté des pierres sur les soldats de Tsahal (Photo: Eric Cortellessa / Times of Israel)

La ministre de la Culture Miri Regev, du Likud, a critiqué le règlement militaire, disant que les instructions actuelles laissent les soldats sans défense, avec leurs « mains attachées au dos. »

Elle a appelé le ministre de la Défense Moshe Yaalon à changer les instructions concernant l’ouverture du feu, et a affirmé que les règles actuelles sont « honteuses », selon la Deuxième chaîne.

« Toute personne qui tente de nuire à des citoyens israéliens et à des soldats des Tsahal doit savoir qu’elle est responsable de sa propre vie. Nous devons établir immédiatement qu’un soldat qui est attaqué est autorisé à répondre par le feu – c’est tout, » a dit Regev.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...