Rechercher

La famille d’une victime de Beer Sheva demande le retrait de la vidéo de sa mort

Laura Yitzhak était l'une des quatre victimes de l'attaque terroriste ; "s'il vous plait, aidez-moi à me reconstruire à partir de ces ruines", a imploré son mari via Facebook

Laura Yitzhak (Crédit : autorisation)
Laura Yitzhak (Crédit : autorisation)

La famille de l’une des victimes de l’attaque terroriste meurtrière de Beer Sheva en début de semaine a demandé jeudi qu’une vidéo montrant sa mort soit retirée après qu’elle a circulé en ligne.

Quatre personnes ont été tuées et deux autres blessées dans un attentat au couteau mardi. Le terroriste – Mohammad Ghaleb Abu al-Qi’an, 34 ans, de la ville bédouine de Hura dans le Néguev – a finalement été abattu par deux civils armés.

Les personnes décédées ont ensuite été nommés : Doris Yahbas, 49 ans, mère de trois enfants ; Laura Yitzhak, 43 ans, également mère de trois enfants ; le rabbin Moshe Kravitzky, père de quatre enfants ; et Menahem Yehezkel, 67 ans.

Après l’attaque, une vidéo a été partagée en ligne, principalement via WhatsApp, montrant Yitzhak confrontant l’attaquant, avant d’être poignardée et de tomber au sol.

« Cher peuple d’Israël, les nouvelles que nous avons reçues et le désastre qui s’est abattu sur nous sont pires que vous ne pouvez le comprendre », a écrit son mari Tal dans un post sur Facebook.

« J’ai une petite demande. Mes trois filles et moi-même ne voulons pas voir la vidéo dans laquelle elle s’est battue comme une lionne contre ce minable terroriste. Je demanderai à chacun de faire sa petite part et de la supprimer. Je suis ému et j’apprécie le soutien de tout le peuple d’Israël. S’il vous plaît, aidez-moi à me reconstruire à partir de ces ruines. Merci. »

Yitzhak a été inhumée à Beer Sheva mercredi. Des centaines de personnes ont assisté à ses funérailles.

« J’ai eu un coup de foudre pour toi quand nous faisions tous les deux notre service dans l’armée. » L’attaquant, a-t-il continué, « a décidé de te tuer de sang-froid sans aucune raison, de la tuer parce qu’elle était Juive ».

« Que vais-je devenir maintenant ? », a continué Tal. « C’est toi qui t’occupais de moi, de nos filles, de notre foyer. »

L’une des trois filles de la défunte, Efrat, a prononcé son éloge funèbre, expliquant : « Maman, je ne parviens pas à réaliser que tu n’es plus là. Je voudrais te remercier pour l’éducation que tu m’as donnée. Jamais je ne t’oublierai, je te promets de prendre soin des filles. Tu es une héroïne. »

Une autre de ses filles, Noa, a ajouté : « Je t’écris une lettre en ce moment, une lettre gorgée de larmes. Jamais je n’oublierai ce jour où tu es partie. Ne m’oublie pas. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...