La France enrage que des bâtiments palestiniens financés par Paris aient été rasés
Rechercher

La France enrage que des bâtiments palestiniens financés par Paris aient été rasés

Le gouvernement affirme que les démolitions par Israël de projets européens en Cisjordanie constituent « une violation du droit international »

Un abri financé par l'UE dans le village palestinien de Umm al-Khair, démoli par les autorités israéliennes le 9 août 2016 (Crédit : autorisation Guy Butavia)
Un abri financé par l'UE dans le village palestinien de Umm al-Khair, démoli par les autorités israéliennes le 9 août 2016 (Crédit : autorisation Guy Butavia)

Jeudi, la France a condamné Israël pour la démolition la semaine dernière de plusieurs structures, financées par le gouvernement français, dans un village palestinien au nord de Jérusalem.

« La France condamne la destruction par l’armée israélienne de plusieurs structures financées par la France dans le village palestinien de Nabi Samuel (Cisjordanie) le 3 août », a écrit le gouvernement français dans un communiqué.

« C’est la troisième fois que des bâtiments financés par l’aide humanitaire française sont détruits ou confisqués par les autorités israéliennes depuis le début 2016, et cela suit notamment le démantèlement d’une école en février ».

Paris s’est également joint aux Etats-Unis pour dénoncer la démolition de trois abris européenne financés par l’UE en Cisjordanie, mardi, ce qui constituerait « une violation du droit international ».

« Avec plusieurs autres projets européens détruits au sud d’Hébron, la France exprime sa profonde préoccupation face au rythme accéléré de ces démolitions et confiscations de structures humanitaires construites pour le peuple palestinien dans la zone C », s’est exprimé l’hexagone. « Nous appelons les autorités israéliennes à mettre fin à ces opérations, qui sont une violation du droit international ».

La famille palestinienne Hathaleen sur les ruines de leur abri démoli par les troupes israéliennes dans le village de Cisjordanie Umm al-Khair, au sud de Hébron le 9 août 2016 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
La famille palestinienne Hathaleen sur les ruines de leur abri démoli par les troupes israéliennes dans le village de Cisjordanie Umm al-Khair, au sud de Hébron le 9 août 2016 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Les autorités israéliennes démolissent régulièrement des maisons construites par les Palestiniens dans la zone C, faisant valoir qu’elles sont construites illégalement, sans permis et en dehors des zones prévues pour la construction palestinienne. Israël n’hésite pas à démolir des structures financées par l’UE, malgré la tension ouverte que cela provoque avec son puissant allié.

Les démolitions de mardi des trois refuges et de deux autres structures ont eu lieu dans le village palestinien de Umm al-Khair, un petit village bédouin près de l’implantation israélienne de Carmel dans les collines sud de Hébron. Ces bâtiments se trouvent dans la zone C de la Cisjordanie, qui est entièrement sous contrôle militaire israélien.

L’organisation israélienne des droits de l’Homme B’Tselem a déclaré que 27 personnes vivaient dans les structures démolies, dont 16 étaient des mineurs. Ils ont tous perdu leurs maisons au cours de démolitions précédentes dans le même village, selon son communiqué.

En avril, six maisons modulaires financées par l’UE ont été démolies à Umm al-Khair.

Les troupes israéliennes démolissent 5 abris dans le village de Cisjordanie de Umm al-Khair, au sud de Hébron, le 9 août 2016 (Wisam Hashlamoun/Flash90)
Les troupes israéliennes démolissent 5 abris dans le village de Cisjordanie de Umm al-Khair, au sud de Hébron, le 9 août 2016 (Wisam Hashlamoun/Flash90)

Le département d’Etat américain a déclaré mardi qu’il était « troublé » par les démolitions « provocatrices » d’Israël, disant que cela « pose de sérieuses questions » sur l’engagement de l’Etat juif pour la paix.

« Nous restons préoccupés par la démolition accrue des structures palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, qui a mis des dizaines de Palestiniens à la rue, y compris des enfants », a déclaré la porte-parole Elizabeth Trudeau au cours d’une conférence de presse.

« Nous pensons que cela fait partie d’un processus continu de saisies de terres, d’expansion des colonies, de légalisation des avant-postes, de déni du développement palestinien », a-t-elle déclaré. « Nous restons préoccupés qu’Israël continue ce modèle d’actions provocatrices et contre-productives, ce qui soulève de sérieuses questions sur l’engagement ultime d’Israël pour un règlement pacifique et négocié avec les Palestiniens ».

Un rapport du Quartet – les représentants des États-Unis, de l’ONU, de l’UE et de la Russie – publié début juillet a accusé Israël de saper une solution à deux Etats en rendant presque impossible pour les Palestiniens de construire dans la zone C, tout en permettant l’expansion des implantations israéliennes dans la région.

L’ambassadeur de l’UE auprès des Israéliens, Lars Faaborg-Andersen, a déclaré le 27 juillet que, depuis 2009, environ 170 structures financées par l’UE d’une valeur de 300 000 € ont été détruites ou confisquées et environ 600 structures, d’une valeur de plus de 2,3 M d’euros, ont fait l’objet d’ordres de démolition, de cessation d’activité ou d’expulsion et sont donc sous la menace de démolition.

Au cours des six premiers mois de 2016, Israël a rasé 91 maisons construites avec « le soutien de l’Union européenne », contre 70 dans l’ensemble de 2015, a-t-il dit. L’UE a investi 21 millions d’euros au cours des deux dernières années pour le développement et l’aide humanitaire pour les Palestiniens, a-t-il ajouté.

Faaborg-Andersen a déclaré que l’UE continuerait à fournir une aide aux Palestiniens dans la zone C, malgré la tension que cela génère avec Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...