La frappe de la base aérienne en Syrie aurait visé un dépôt d’armes du Hezbollah
Rechercher

La frappe de la base aérienne en Syrie aurait visé un dépôt d’armes du Hezbollah

Les médias syriens confirment que des missiles ont été tirés sur l'aérodrome près de Homs, qui aurait également été touché par Tsahal le 10 mai

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La base aérienne militaire d'al-Qusayr dans l'ouest de la Syrie. (Google Earth)
La base aérienne militaire d'al-Qusayr dans l'ouest de la Syrie. (Google Earth)

Une base aérienne militaire dans l’ouest de la Syrie a été bombardée jeudi soir, déclenchant de grosses explosions, qui ont été entendues dans toute la région, ont rapporté les médias d’Etat.

Les cibles de l’attaque étaient des dépôts de munitions appartenant au groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran, situé sur une base aérienne au sud de la ville de Homs, selon le groupe de surveillance de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé en Grande-Bretagne, qui a également déclaré que les frappes avaient très probablement été menées par Israël.

« Six missiles ont été tirés sur l’aéroport militaire de Dabaa et ses environs dans le secteur ouest de la province de Homs, ciblant les entrepôts d’armes du Hezbollah libanais », a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire, à l’AFP.

L’Observatoire a désigné Israël comme l’auteur probable. « Les missiles auraient été tirés par Israël », a dit Rahmane.

L’armée israélienne a refusé de commenter l’attaque.

La base aérienne de Dabaa, également connue sous le nom de base aérienne d’Al-Qusayr, et les environs sont connus pour être un bastion du Hezbollah et des milices soutenues par l’Iran. Il aurait également été frappé par Israël lors d’escarmouches contre les forces syriennes et iraniennes le 10 mai.

Une source militaire a fait savoir aux médias d’État que l’attaque de missiles a été interceptée. C’est une revendication courante de SANA, même si le média reconnaît par la suite que les frappes ont atteint leur cible.

« L’un de nos aéroports militaires dans la région centrale a été la cible d’une attaque de missiles. Nos défenses aériennes ont répondu à l’agression et l’ont empêchée d’atteindre son objectif », a déclaré la source à SANA.

Des comptes rendus contradictoires ont été faits sur le nombre exact de missiles tirés sur la base aérienne syrienne. Divers organes de presse syriens et libanais ont indiqué que ce chiffre se situait entre deux et huit.

La source militaire n’a pas désigné le responsable présumé de l’attaque, bien que certains médias syriens aient supposé que c’était Israël, qui a mené des frappes aériennes répétées dans le pays ces dernières années, surtout au cours des derniers mois.

Plus tôt dans la nuit de jeudi, les médias libanais ont rapporté que des avions de combat israéliens traversaient l’espace aérien du pays.

Les médias syriens ont rapporté que des missiles antiaériens S-200 ont été tirés pendant l’attaque de la base aérienne.

Mercredi, un haut responsable de l’armée de l’air israélienne a lancé un avertissement sévère à la Syrie, indiquant que si ses systèmes de défense aérienne tiraient sur les avions israéliens, ils seraient pris pour cible en retour.

« Toutes les batteries qui tirent sur les avions israéliens seront détruites. Toutes les batteries qui ne tirent pas sur nous ne seront pas détruites », a déclaré l’officier supérieur aux journalistes, parlant sous couvert de l’anonymat.

L’attaque aérienne de jeudi soir est survenue deux semaines après une importante escarmouche entre Israël, l’Iran et la Syrie. Le 10 mai, la Force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran a lancé 32 roquettes sur la ligne défensive avancée d’Israël sur la frontière du plateau du Golan, a indiqué Israël. Quatre d’entre eux ont été abattus ; les autres n’ont pas atteint le territoire israélien. En réponse, dans les deux heures qui ont suivi, des avions de combat israéliens ont tiré des douzaines de missiles sur des cibles iraniennes en Syrie et détruit un certain nombre de systèmes de défense aérienne syriens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...