La Haute Cour saisie suite aux limitations des manifestations par la Knesset
Rechercher

La Haute Cour saisie suite aux limitations des manifestations par la Knesset

La nouvelle loi limitant les manifestations contre Netanyahu fait l'objet d'actions en justice ; un éminent manifestant anti-gouvernement dit avoir été harcelé à son domicile

Des personnes protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 26 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des personnes protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 26 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une plainte a été déposée devant la Cour suprême de justice mercredi et plusieurs critiques ont réagi avec indignation après l’adoption par la Knesset d’une loi limitant les protestations publiques pendant le confinement.

La nouvelle législation donne au gouvernement le pouvoir d’interdire tout déplacement de plus d’un kilomètre de son domicile pour assister à une manifestation, et de limiter les rassemblements en plein air à un maximum de 20 personnes, ce qui a pour effet de museler les grandes manifestations hebdomadaires devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La plainte auprès de la Cour suprême a été déposée par le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, un groupe de surveillance, dans l’espoir que la Cour suprême gèlera la législation, en attendant le contrôle judiciaire, et finira par l’annuler, selon la Douzième chaîne.

Dans la procédure, l’organisation a fait valoir que la nouvelle loi paralysait « l’un des droits fondamentaux dans une démocratie » et insiste sur le fait que « les préoccupations de santé ne constituent pas la base de l’amendement à la loi », selon la chaîne.

Le tribunal a décidé que le gouvernement avait jusqu’au 7 octobre pour répondre à la plainte.

Le fondateur du Mouvement pour la qualité du gouvernement en Israël, Eliad Shraga (droite) attend que les juges de la Cour suprême entrant dans la pièce pour une audience sur le recours déposés contre l’accord de coalition, le 4 mai 2020. (Oren Ben Hakoon / POOL)

Dans la version finale de la loi, en vertu d’une « urgence spéciale coronavirus » déclarée par le gouvernement, le cabinet peut restreindre les protestations, les prières et les cérémonies religieuses pendant une semaine, avec la possibilité de la prolonger de deux semaines supplémentaires si l’urgence persiste.

Les fonctionnaires ont précédemment déclaré qu’en vertu des règles, les manifestations devant la résidence du Premier ministre seraient limitées à 2 000 au total, la zone de protestation de la Place de Paris pouvant accueillir 100 capsules de 20 personnes. Seuls ceux qui vivent à moins d’un kilomètre pourraient y assister.

Ce nombre est bien inférieur aux 10 000 à 20 000 personnes qui se sont présentées chaque semaine devant la résidence du Premier ministre pour manifester contre Netanyahu, qui est jugé dans trois affaires de corruption.

Mais cette mesure s’est heurtée à une vive opposition de la part des critiques qui affirment qu’elle sape le caractère démocratique d’Israël et sert les intérêts politiques de Netanyahu, en utilisant le virus comme couverture.

Le militant israélien de gauche et ancien général de l’armée de l’air Amir Haskel tient une conférence de presse à Tel Aviv, le 28 juin 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Amir Haskel, ancien général de Tsahal et leader d’un mouvement de gauche exigeant la démission de Netanyahu, a déclaré que les partisans du Premier ministre l’avaient harcelé chez lui mardi soir.

« Netanyahu et ses partisans ne me briseront pas », a-t-il déclaré sur Twitter.

Les députés de l’opposition se sont également fortement opposés à ce plan.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...