La justice décidera si un tableau spolié de Pissarro pourra rester en France
Rechercher

La justice décidera si un tableau spolié de Pissarro pourra rester en France

L’œuvre, détenue par un musée américain, est actuellement exposée au musée d’Orsay ; Léone Meyer, fille du collectionneur spolié, se bat depuis des années pour la récupérer

"Bergère rentrant des moutons", Camille Pissarro, 1886. (Crédit : Domaine public/Wikimedia Commons)
"Bergère rentrant des moutons", Camille Pissarro, 1886. (Crédit : Domaine public/Wikimedia Commons)

Léone Meyer, fille adoptive de Raoul Meyer, un homme d’affaires juif qui vivait à Paris durant l’occupation nazie, dirigeant des Galeries Lafayette de 1944 à 1970, tente de récupérer depuis plusieurs années un tableau spolié à son grand-père, « Bergère rentrant des moutons », peint par Camille Pissarro en 1886.

L’œuvre, détenue par le musée Fred Jones Jr. de l’Université d’Oklahoma, est actuellement exposée au musée d’Orsay, à Paris. À partir du 8 décembre prochain, la justice française décidera si le tableau peut rester en France, ou s’il doit être retourné aux Etats-Unis.

Raoul Meyer, n’a de cesse rassemblé, au cours de sa vie, un grand nombre de peintures issues du mouvement impressionniste français. Sa collection avait été saisie par les nazis pendant l’occupation.

Au sortir de la guerre, il avait tenté de récupérer ses tableaux volés. En 1953, il va jusqu’à poursuivre le marchand d’art suisse Christoph Bernoulli, qui avait acheté le tableau de Camille Pissarro.

Un juge suisse a rejeté l’action judiciaire, car une période de cinq ans pour de telles poursuites s’était écoulée. Le musée américain cite le jugement suisse pour justifier son droit à l’œuvre.

La peinture a changé de mains plusieurs fois avant d’avoir été remise au musée d’Oklahoma par un don des collectionneurs Aaron et Clara Weitzenhoffer.

Léone Meyer avait déposé plainte à la cour fédérale de district à New York en 2014. Un règlement amiable avait finalement été trouvé en février 2016 : l’Université reconnaissait la propriété des Meyer, et le tableau devait être exposé dans un musée français – Orsay –, pendant cinq ans, puis être déplacé tous les trois ans entre Paris et l’Oklaoma. Une clause prévoyait également que Léone Meyer lègue de son vivant la toile à un musée français, qui devait respecter les voyages du tableau entre la France et les Etats-Unis.

Alors que Léone Meyer voudrait en faire don au musée d’Orsay, celui-ci refuse, arguant que les voyages prévus sont compliqués à mettre en place et pourraient dégrader la toile.

Si une solution n’est pas trouvée de son vivant, le tableau sera transféré à son décès de manière permanente au programme d’art américain dans les ambassades américaines, comme le prévoit l’accord de 2016.

Mais suite à un récent jugement, en juillet dernier, concernant un autre Pissarro également volé sous l’Occupation, la vente de « La Bergère rentrant ses moutons » au collectionneur suisse dans les années 1950 ainsi que son legs par les Weitzenhoffer pourraient être déclarés nulles au nom de la jurisprudence. Et revenir donc pleinement de droit à la famille Meyer en cas de nouveau jugement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...