Rechercher

La Lettonie vote la loi sur la restitution, mais affirme ne pas être en faute

46 millions de dollars seront versés à la communauté juive sur une période de 10 ans, mais le gouvernement letton nie toute responsabilité dans la Shoah

Un homme se tient à l'intérieur du musée du ghetto de Riga, à Riga, en Lettonie, le 11 janvier 2014. (Fishman/Ullstein via Getty Images)
Un homme se tient à l'intérieur du musée du ghetto de Riga, à Riga, en Lettonie, le 11 janvier 2014. (Fishman/Ullstein via Getty Images)

Le Parlement letton a voté le versement de 46 millions de dollars à la communauté juive du pays pour les biens qui lui ont été volés pendant la Shoah par des personnes sans héritiers légaux survivants.

La loi sur la restitution des biens volés pendant la Shoah, adoptée la semaine dernière par la Saeima, le parlement letton, à Riga, stipule que le pays n’est pas responsable de la Shoah ou du vol, qui, selon la loi, a été perpétré par les nazis, puis par les communistes qui les ont remplacés au pouvoir en Lettonie. Plutôt que de parler de réparations, la loi fait référence au paiement comme une forme de « compensation de bonne volonté », selon l’agence de presse LETA. La compensation votée la semaine dernière sera payée par tranches annuelles de 4,6 millions de dollars du budget de l’État à la communauté juive jusqu’en 2032.

Depuis 1992, les groupes juifs font pression pour obtenir la restitution des biens appartenant à la communauté en Lettonie. Les demandes de restitution de biens privés ont été largement rejetées en Lettonie, selon l’Organisation mondiale de restitution des biens juifs.

Sur les 70 000 Juifs qui vivaient dans l’actuelle Lettonie lorsque les Allemands ont envahi le pays en 1941, seuls 200 ont survécu, selon Yad Vashem. Les locaux, y compris la police lettone, ont joué un rôle clé dans le génocide, selon le musée, en formant des groupes armés pour attaquer les Juifs locaux, soupçonnés de collaborer avec les communistes.

Comme dans d’autres pays d’Europe de l’Est, le gouvernement letton a protesté contre les affirmations selon lesquelles ses prédécesseurs et sa population étaient partiellement responsables de la Shoah. De nombreux Lettons considèrent leur pays, malgré un soutien marqué aux nazis pendant les années de guerre, comme une victime de l’occupation d’Adolf Hitler.

Des centaines de Lettons ont servi dans des bataillons spéciaux de la force militaire d’élite SS des nazis. Les vétérans de cette unité organisent des marches annuelles à Riga, qui sont les seules marches de vétérans SS au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...