La menace électorale de Netanyahu est une tactique d’intimidation calculée
Rechercher
Analyse

La menace électorale de Netanyahu est une tactique d’intimidation calculée

Avec l'économie en crise et son bloc de droite qui s'effiloche, le Premier ministre ne veut pas d'élection risquée. Mais la menace doit être crédible - alors que la campagne débute

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite une base du Commandement du front intérieur de l'armée israélienne à Ramle, le 4 août 2020. (Yossi Aloni/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite une base du Commandement du front intérieur de l'armée israélienne à Ramle, le 4 août 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu semble plonger tête baissée vers de nouvelles élections – tout en prenant des mesures pour les éviter. La combinaison de ces deux facteurs a conduit à de nombreuses prises de bec, les Israéliens essayant de comprendre à quoi ils sont destinés.

L’argument selon lequel Netanyahu tente de forcer la chute de son gouvernement d’union est facile à faire valoir. La principale preuve : les violations en série par le Premier ministre de l’accord de coalition qu’il a signé avec le leader de Kakhol lavan, Benny Gantz, il y a tout juste 84 jours. Par exemple, l’accord stipule que les parties adopteront une loi budgétaire de deux ans qui permettra à la coalition de tenir bon jusqu’à la fin de 2021 – date à laquelle Gantz, selon l’accord, occupera le poste de Premier ministre – sans aucun combat budgétaire déstabilisant. M. Netanyahu insiste maintenant sur un budget d’un an seulement pour 2020, ce qui lui donne une clause échappatoire de l’accord sous la forme du renversement du gouvernement si un budget séparé pour 2021 n’est pas adopté d’ici mars. Ce n’est pas la raison qu’il a invoquée pour justifier ce changement, bien sûr. Il affirme que les incertitudes engendrées par la pandémie rendent impossible l’élaboration d’un budget 2021 pour l’instant.

Le mois dernier, l’argument de Netanyahu selon lequel un budget d’un an permettrait une meilleure politique semblait crédible. Les fonctionnaires du ministère des Finances et de la Banque d’Israël ont tous soutenu l’idée. Mais au fil des semaines, il est devenu de plus en plus évident que leur soutien ne venait pas du fait qu’ils pensaient que c’était une meilleure politique, mais parce qu’ils croyaient que Netanyahu était capable d’aller aux nouvelles élections sans adopter le moindre budget – et pas de budget pourrait être désastreux pour le pays. Le budget 2020 actuel fonctionne sur les chiffres de 2019, puisque c’est le dernier cadre budgétaire approuvé par la Knesset. Cela signifie que le budget d’environ 400 milliards de NIS (100 milliards d’euros) est inférieur d’environ 15 milliards de NIS (3,75 milliards de dollars) aux besoins de dépenses, et ce sans compter les sommes énormes que la pandémie a déjà coûtées, avec les dépenses de relance, les compensations pour les salaires perdus et les fermetures d’entreprises, et les pertes de recettes fiscales.

C’est une chose d’avoir un déficit à court terme, même énorme, pour faire face à une pandémie qui n’arrive qu’une fois par siècle, a affirmé le comptable général du gouvernement, Roni Hizkiyahu, selon les comptes-rendus des journaux économiques israéliens. C’est une autre paire de manches que de voir le gouvernement se montrer politiquement incapable de gérer ses dépenses liées à la pandémie dans le cadre de lois budgétaires organisées. Les créanciers internationaux et les agences de prêt peuvent pardonner les premiers, mais ils tireront de ces dernières des conclusions désastreuses sur les perspectives d’avenir d’Israël.

Sous la direction du ministre des Finances Israel Katz, le département des budgets du Trésor n’a rédigé qu’un budget annuel, dans un acte de bras de fer politique qui oblige Gantz à choisir entre approuver le budget que Netanyahu veut – et qui donne à Netanyahu une rampe de sortie en mars sans que Gantz ne devienne Premier ministre – ou forcer le pays à attendre des semaines supplémentaires jusqu’à ce qu’un budget de deux ans puisse être élaboré.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), avec le ministre de la Défense Benny Gantz (en arrière-plan), lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool Photo via AP)

En d’autres termes, Netanyahu a violé un élément clé de son accord de coalition avec Gantz pour des raisons politiques, et non sur ordre des responsables financiers. Selon Hizkiyahu et d’autres, Netanyahu tient en fait l’économie de la nation en otage, croyant que Gantz acceptera soit un budget d’un an afin d’éviter de nouveaux dommages à l’économie israélienne, soit tiendra bon. Quoi qu’il en soit, Netanyahu tient son excuse pour convoquer des élections anticipées.

Il y a eu d’autres violations de l’accord, comme le refus persistant de Netanyahu de soumettre les procédures du cabinet stipulées dans l’accord à un vote du cabinet – les procédures qui garantissent que tout vote du cabinet doit avoir l’accord des deux parties avant d’aller de l’avant. Mais de telles violations ne sont rien en comparaison du tournant budgétaire de Netanyahu et de l’impasse qu’il a provoquée. Si les raisons invoquées par Netanyahu pour justifier sa demande de budget d’un an ne sont pas purement matérielles – et il n’a présenté aucun argument sérieux pour refuser d’adopter un budget 2021 comme convenu – alors il joue un jeu politique avec une économie fragile et en crise.

Une crise inattendue

Il faut bien le dire : Benny Gantz ne croyait pas que Netanyahu tiendrait sa parole. Il a déclaré lors de la signature de l’accord en mai et continue d’insister aujourd’hui sur le fait qu’il a mis fin à l’impasse dans laquelle se trouvaient les trois élections qui avaient duré un an parce qu’il pensait que c’était bon pour le pays, qu’il pensait que la pandémie avait tout changé et, comme il l’a dit, « s’il s’avère que j’ai été un pigeon » pour avoir fait confiance à Netanyahu, « alors ce n’est pas grave ».

Mais Gantz avait aussi de bonnes raisons de croire que Netanyahu n’essaierait pas de renverser le gouvernement à ce stade.

Le Premier ministre est bien placé dans les sondages, mais pas suffisamment pour qu’une autre élection se déroule sans risque.

Le président du parti Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, (au centre), le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, à la Knesset, le 4 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Un sondage de la Treizième chaîne à la fin de la semaine dernière, reflétant la plupart des sondages des derniers jours, a donné au parti Likud de Netanyahu 29 sièges, soit 11 de moins qu’un mois plus tôt. Le parti de droite Yamina, qui entretient avec Netanyahu une relation d’amour-haine digne d’un feuilleton, a obtenu l’un de ses meilleurs résultats à ce jour : 19 sièges, ce qui marque une forte augmentation du soutien à un parti qui n’a remporté que six sièges lors des élections de mars. Au total, le bloc de droite – Haredi, dont Netanyahu a besoin pour gagner la prochaine élection, a remporté 63 sièges lors de ce sondage – une nette victoire si les chiffres se confirment le jour de l’élection, et un pari terrible par rapport à la situation qui prévalait trois mois auparavant.

Et puis, il y a aussi le fait que de simples calculs arithmétiques montrent que Yamina a obtenu une partie de son nouveau soutien auprès des électeurs centristes ; s’il rejoint le Likud pour se présenter comme un « bloc » de droite, comme il l’a fait lors des deux dernières élections, il est probable qu’il se débarrassera de ces partisans et, avec eux, de la faible majorité de la droite.

Est-il logique que Netanyahu fasse pression pour des élections alors que la victoire est si incertaine ?

Raccourcis

Il ne s’agit donc peut-être pas du tout de nouvelles élections, mais plutôt d’une échappatoire plus facile à son carcan d’unité. Peut-être cherche-t-il à terrifier les petites factions de l’alliance Kakhol lavan de Gantz, comme la faction de Derech Eretz, composée de deux hommes, ou les deux ministres du gouvernement du Parti travailliste, avec la perspective d’une élection afin de les amener à abandonner Gantz et à rejoindre un gouvernement de droite sans nouvelles élections. Les deux factions seraient éliminées par les urnes, selon tous les sondages effectués depuis la formation du gouvernement. Les politiciens confrontés à un tel constat, a pu imaginer Netanyahu, pourraient être tentés de quitter le navire.

Yoaz Hendel, le ministre des Communications de Derech Eretz, a confirmé publiquement qu’il avait été approché à propos d’une telle démarche, en disant : « Ils m’ont tout offert » pour abandonner Gantz.

Yoaz Hendel (G) et Benny Gantz (D) à la Knesset, le 13 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/ Flash90)

Les journaux du week-end ont affirmé que deux ministres de Kakhol lavan, Pnina Tamano-Shata et Omer Yankelevich, avaient chacun rencontré personnellement Netanyahu la semaine dernière. Il s’agissait d’une étrange fuite, démentie par la suite par les deux ministres, qui semblait provenir du Likud.

Si Netanyahu essayait vraiment d’éloigner les députés de Gantz, pourquoi le ferait-il d’une manière si manifestement destinée à être rendue publique, où elle mettrait les députés concernés dans l’embarras et ne ferait que rendre plus difficile leur éloignement de Gantz ?

Jeux d’argent

Ensuite, il y a les partis ultra-orthodoxes, qui se sont mis en colère contre les jeux politiques de Netanyahu.

Le Shas et Yahadout HaTorah sont désespérés de faire adopter un budget d’État. Les établissements d’enseignement Haredi sont aux prises avec un manque à gagner de centaines de millions de shekels parce qu’aucune loi sur le budget de l’État n’a été adoptée pour une année fiscale déjà écoulée aux deux tiers. Une nouvelle élection retarderait les choses non seulement jusqu’au jour des élections de novembre, mais aussi jusqu’à ce que la prochaine Knesset choisisse un Premier ministre, qui négociera alors une coalition, fera prêter serment à un gouvernement et rédigera et adoptera avec succès une loi sur le budget de l’État. Même si la nouvelle élection se termine par une victoire claire et nette, contrairement aux trois dernières, il faudra attendre mars ou avril au plus tôt pour qu’un budget soit adopté, les yeshivas israéliennes se ruinant et perdant des étudiants pendant ce temps.

La semaine dernière, les experts pensaient avoir enfin trouvé l’arme fatale des intentions de Netanyahu : il a proposé aux partis ultra-orthodoxes de verser des centaines de millions de shekels aux yeshivot dans le cadre d’une mesure distincte, en dehors du budget de l’État.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (au centre), le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à gauche) et le député Moshe Gafni (Torah VeYahadout) à la troisième conférence du parti Shas à l’hôtel Ramada, à Jérusalem le 16 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Jusqu’à présent, les Haredim ont été les plus ardents défenseurs de Gantz contre les machinations de Netanyahu, ne serait-ce que pour éviter de nouvelles élections et forcer les deux parties à faire des compromis sur le budget.

Mais libérés de leur dépendance vis-à-vis du budget de l’Etat, a apparemment calculé Netanyahu, les partis Haredi auraient la marge de manœuvre politique nécessaire pour se joindre à lui pour faire tomber le gouvernement.

Il y a juste un problème : tout cela semble assez intelligent en théorie, mais est impossible en pratique. Netanyahu n’a probablement pas les voix nécessaires à la Knesset pour transférer de vastes sommes aux institutions Haredi sans loi de finances. Pourquoi le parti de Kakhol lavan de Gantz voterait-il pour affaiblir sa propre main ? Pourquoi la Liste arabe unie ou le laïc Yisrael Beytenu ou Yesh Atid soutiendraient le mouvement ? Ou le Meretz de gauche ? Ou Yamina, de droite (mais dans l’opposition et pas exactement pro-Haredi) ?

Netanyahu joue avec les partis Haredi, tout comme il joue avec Derekh Eretz et les ministres Yankelevich et Tamano-Shata.

Les partis Haredi ont besoin d’une loi de finances, comme il le sait bien ; il comprend aussi que leur base en est venue à considérer Netanyahu comme le chef de leur camp. Les électeurs du Shas préfèrent massivement Netanyahu à Gantz, de sorte que l’influence du leader du Shas, Aryeh Deri, sur Netanyahu – surtout, ironiquement, si une nouvelle élection est prévue – est extrêmement limitée. De plus, les institutions Haredi ne pouvaient pas accepter un mandat dans l’opposition. Les partis Haredi ne peuvent pas risquer d’abandonner Netanyahu et de voir le laïc Yisrael Beytenu et le sioniste-religieux Yamina prendre leur place et voter contre les fonds de l’État dont ils dépendent.

Avigdor Liberman (G), le leader de Yisrael Beytenu, s’entretient avec Yair Lapid, le numéro 2 de Kakhol lavan, à la cafétéria de la Knesset, le 3 octobre 2019. (Raoul Wootliff/Times of Israel)

Les politiciens Haredi se sentent en colère, piégés et légèrement maltraités par le Premier ministre.

Retour au bord du gouffre

Ensuite, il y a le fait étrange qu’à chaque fois qu’une élection aurait été inévitable au fur et à mesure que la crise se développait ces dernières semaines, Netanyahu s’est éloigné du bord du gouffre.

Mercredi dernier, Yamina a proposé un projet de loi pour légiférer sur une « clause de contournement », le rêve de la droite depuis longtemps recherché d’une loi qui permet à la Knesset de voter pour annuler une décision de la Cour suprême de justice. De nombreux députés du Likud se sont prononcés en faveur de ce projet de loi, mais ont ensuite reçu l’ordre de le rejeter.

Le président de la faction du Likud, le député Miki Zohar, a expliqué avant le vote qu’à son grand regret – « je suis triste de dire que mon point de vue n’a pas été adopté » – le Likud ne votera pas sur le projet de loi, mais serait absent de la séance plénière.

La décision, a dit M. Zohar, est intervenue « après que des discussions et des éclaircissements ont révélé qu’un vote en faveur du projet de loi aurait entraîné des élections avec une certitude absolue », a-t-il déclaré.

Le député Likud Miki Zohar lors d’une réunion de la commission des arrangements à la Knesset à Jérusalem, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Les Haredim étaient également absents, non par amour pour la Cour suprême, mais en raison d’un besoin désespéré de stabilité politique et de l’adoption d’un budget d’État.

Pourtant, ils n’ont pas eu besoin de se donner la peine. Le projet de loi de contournement a été rejeté par 71 voix contre 5. Autrement dit, il n’aurait pas été adopté même si toute la droite avait tenu bon et voté en sa faveur. En effet, de nombreux députés de droite confieront plus tard aux journalistes qu’ils étaient heureux d’être absents car eux aussi s’opposaient à la mesure.

On peut supposer, en d’autres termes, que le projet de loi n’aurait pas « déclenché des élections avec une certitude absolue », comme l’a affirmé M. Zohar, pour la simple raison qu’il n’aurait pas pu être adopté.

Le grand geste du Likud, qui semble tenir compte des sentiments de Kakhol lavan, avait un motif plus tactique : un autre vote était à l’ordre du jour mercredi, la proposition de Yesh Atid d’établir une enquête parlementaire sur la dite « affaire des sous-marins », une enquête de corruption dans laquelle Netanyahu n’est pas un suspect, mais qui a piégé certains de ses principaux confidents. Après que le Likud a abandonné le projet de loi de contournement, Kakhol lavan s’est absenté lors du vote sur l’affaire des sous-marins.

Fait révélateur, ce même jour, Gantz a rencontré les députés Haredi et a promis de soutenir une version du projet de loi militaire qu’ils préféraient, une version qui exclurait la grande majorité des jeunes ultra-orthodoxes du service militaire – « mais seulement si le gouvernement survit ».

À l’offre d’argent de Netanyahu, Gantz avait répondu par l’offre de régler une fois pour toutes la question du service militaire des religieux.

Des milliers de haredim organisent un rassemblement de prière sur la place Shabbat à Jérusalem pour s’opposer au projet du gouvernement de lancer la conscription des étudiants de yeshiva pour leur service militaire et national, le 25 Juin, 2012. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’augmentation des coûts

Jeudi, les partis Haredi ont envoyé une lettre à Netanyahu et Gantz pour demander l’arrêt de ces jeux. « Nous ne coopérerons à aucune tentative d’organiser des élections anticipées, et nous ferons tout ce qu’il faut pour empêcher des élections », ont-ils écrit.

Les partenaires les plus proches de Netanyahu ne veulent pas d’élections. Netanyahu risque une nouvelle impasse électorale s’il impose son point de vue. Le Likud va certainement se réduire et le bloc de droite, effiloché et déchiré par un conflit avec un Yamina en plein essor, est dans la marge d’erreur d’un autre échec de la coalition. Le gouvernement actuel a été formé parce que Netanyahu a convaincu Gantz que l’urgence du coronavirus justifiait de mettre de côté les intérêts politiques et de se rallier à la cause nationale au moment où le pays en avait besoin. Mais la façon dont il a traité Gantz depuis la formation du nouveau gouvernement garantit qu’il n’y aura pas, après la course de novembre, un autre candidat qui fera passer l’urgence du virus avant ses propres intérêts politiques, puisque personne ne croira que Netanyahu ferait de même. (Dans l’esprit des politiciens, bien sûr, il n’y a pas de différence entre l’intérêt public et leurs intérêts politiques ; cette croyance est presque une condition préalable au succès de la politique).

Netanyahu est toujours en tête du classement, mais ses chances diminuent, en grande partie à cause de son propre comportement.

C’est dans cet état, alors qu’il a poussé à plusieurs reprises le système politique jusqu’au bord du gouffre mais en prenant bien soin de ne pas le laisser s’effondrer, que Netanyahu a inauguré la nouvelle semaine dimanche – et a montré que l’impasse politique a peu de chances de se terminer bientôt, même si elle entraîne des coûts terribles pour l’économie israélienne et une population qui souffre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s’entretient avec le député David Amsalem, alors président de la coalition, lors d’une réunion de la faction du parti du Likud à la Knesset, le 19 novembre 2018. (Miriam Alster/Flash90/File)

Dimanche matin, le ministre du Likud, David Amsalem, a informé le ministre de la Justice, Avi Nissenkorn, de Kakhol lavan, qu’il annulait la réunion prévue de la commission législative du cabinet en raison des tensions – et, sans le vouloir, gelait un projet de loi destiné à garantir que les couples dont le mariage a été annulé à cause du virus puissent récupérer leurs acomptes.

Ce ne sont pas seulement les couples qui se transforment en dommages collatéraux dans l’impasse Netanyahu-Gantz. Le projet de loi sur le budget de l’État dans son ensemble n’avance pas – un fait qui a suscité une consternation croissante au sein du ministère des Finances quant à la possibilité que la cote de crédit d’Israël en souffre, a conduit plusieurs hauts fonctionnaires du Trésor, dont le comptable général et le responsable adjoint du budget, à annoncer leur démission, et a suscité une rare réprimande de la part du gouverneur de la Banque d’Israël.

La nouvelle norme

Dimanche soir, Derech Eretz a annoncé qu’il avait trouvé une solution au problème budgétaire : choisir une attitude attentiste en adoptant une loi qui retarde de 100 jours – jusqu’au 3 décembre pour être exact – l’échéance budgétaire du 25 août et qui donne à Netanyahu et à Gantz le temps d’arranger les choses.

Netanyahu, a déclaré le parti, « a acquiescé » à l’idée. Tout comme Gantz. Avec leur soutien, le projet de loi n’a pas besoin de la période standard de deux semaines de « dépôt », et peut être soumis au premier des quatre votes en plénière dès mercredi.

Netanyahu cherche-t-il maintenant à éviter des élections ?

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors du conseil de cabinet hebdomadaire à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Menahem Kahana/AFP)

Même certains des partisans du Premier ministre n’ont pas pu s’empêcher de remarquer que le vote pour éviter les élections arrivera en plénière le même jour qu’un autre petit projet de loi, proposé par Yesh Atid, qui interdirait à quelqu’un ayant des inculpations pénales en suspens de se présenter au poste de Premier ministre – un projet de loi que Gantz aurait soutenu si la coalition venait de s’effondrer.

Bienvenue dans la nouvelle normalité, dans la campagne permanente de déstabilisation de Netanyahu.

Au cours des deux dernières semaines, Netanyahu a prononcé des discours enflammés à la Knesset sur les « anarchistes » et les conspirations de gauche, a rendu visite aux militants du Likud et aux vendeurs de falafels dans tout le pays, a lancé le robot Facebook de sa campagne électorale qui informe ses partisans des activités de la campagne par le biais de chats automatisés et – ce qui est le plus spectaculaire – a versé des milliers de shekels à presque toutes les familles israéliennes dans un cadeau de « relance » précipité qui a coûté quelque 6 milliards de NIS en dépenses déficitaires et a été critiqué même par le ministère des Finances.

Pourtant, rien de tout cela ne signifie qu’il plonge tête baissée vers des élections. Même si l’on pouvait lire dans ses pensées, cela ne résoudrait probablement pas l’énigme de ses intentions. C’est parce que Netanyahu lui-même n’est pas bloqué dans une seule direction. Il se prépare pour les élections, mais pas parce qu’il souhaite que les Israéliens dévastés économiquement, confrontés à un taux de chômage de 21 % et à l’économie qui connaît la plus forte contraction de l’histoire du pays, se rendent aux urnes à l’automne. Il ne court pas après une élection, mais il fait peser la menace d’une élection sur le système politique afin de démoraliser Gantz, de maintenir son emprise sur la loyauté des partis Haredi et, de manière générale, de tenter de convaincre le reste du système politique qu’il est la variable folle dans leurs calculs politiques, l’adversaire capable de tout renverser d’un seul coup si ses exigences ne sont pas satisfaites – au diable les retombées économiques.

C’est une stratégie classique de « retenez-moi ». Et pour être convaincant, il faut parfois être en mesure de concrétiser la menace.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...