Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

La mère de la soldate sauvée à Gaza : « Nos prières vont aux otages et aux disparus »

Margalit Megidish, dont la fille Ori a été libérée lors d'une opération terrestre dans la bande de Gaza, a remercié, très émue, le Shin Bet, Tsahal et la Sécurité

Margalit Megidish, mère de la soldate de Tsahal Ori Megidish qui a été libérée des griffes du Hamas dans la bande de Gaza, parle à la presse devant son domicile à Kiryat Gat, le 31 octobre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Margalit Megidish, mère de la soldate de Tsahal Ori Megidish qui a été libérée des griffes du Hamas dans la bande de Gaza, parle à la presse devant son domicile à Kiryat Gat, le 31 octobre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La mère d’une soldate secourue dans la bande de Gaza a adressé mardi un message de remerciement aux forces de sécurité, ajoutant qu’elle priait pour tous ceux qui sont toujours portés disparus ou kidnappés.

Lundi, les forces de sécurité ont annoncé le sauvetage la nuit précédente de la soldate Ori Megidish, la première prisonnière capturée lors de l’assaut du groupe terroriste le 7 octobre à avoir été libérée par les troupes israéliennes.

« Cher peuple d’Israël, merci à tous pour vos prières et votre soutien », a déclaré Margalit Megidish dans un communiqué.

« Notre Ori est rentrée à la maison. Maintenant, nous prions pour les autres otages et disparus, et notre cœur est avec toutes les familles », a-t-elle ajouté.

« Merci à Dieu, au Shin Bet, à Tsahal et aux forces de sécurité, merci à tous », a déclaré Megidish, visiblement émue.

Ori Megidish était une soldate de l’unité d’observation, prise en otage par les terroristes du Hamas lors de l’assaut de la base de Nahal Oz il y a plus de trois semaines.

La soldate Ori Megidish, au centre, avec sa famille après avoir été secourue à Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Shin Bet)

L’agence de sécurité Shin Bet et l’armée israélienne ne révéleront probablement pas d’autres informations sur la façon dont la soldate Ori Megidish a été sauvée de la captivité du Hamas dans la bande de Gaza, afin de ne pas nuire aux opérations futures.

L’opération avait été planifiée plusieurs jours à l’avance et il est probable que le Hamas a fait preuve de résistance pendant l’opération. Cependant, aucun membre des forces de sécurité israéliennes n’a été blessé.

Megidish aurait été détenue seule, bien que d’autres membres de son unité aient été capturés par des terroristes du Hamas le 7 octobre. Au total, au moins 245 civils et soldats ont été enlevés ce jour-là, dont quatre femmes précédemment libérées par le Hamas.

Des célébrations ont eu lieu à Kiryat Gat, la ville natale de Megidish, à la suite de l’annonce de ce sauvetage. Des images vidéo tournées dans cette ville du sud du pays montrent sa famille faisant la fête à la maison et des sympathisants rassemblés à l’extérieur du bâtiment.

« Je voudrais transmettre un message aux otages et à leurs familles : nous, Tsahal et le Shin Bet, avons tous l’obligation morale de ramener tous les otages chez eux », a déclaré lundi soir le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari.

Il raconte qu’après avoir été secourue, Megidish a rencontré le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le chef du Shin Bet, Ronen Bar. Il a décrit cette rencontre comme « très émouvante ».

Hagari affirme que Megidish avait réussi à se souvenir de tout ce qu’elle avait vu dans la bande de Gaza, ce qui, selon lui, pourrait être utilisé lors d’opérations futures.

Des Israéliens fêtant la libération de la soldate Ori Megidish, retenue captive par le Hamas, devant chez elle à Kiryat Gat, le 30 octobre 2023. (Crédit : Liron Moldovan/Flash90)

Le retour de Megidish a été salué par les dirigeants israéliens, le ministre de la Défense Yoav Gallant déclarant que l’opération était « la preuve » qu’Israël peut sauver les otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes, tout en avertissant que l’opération terrestre en cours n’était « pas facile ».

Megidish fait partie des 245 otages au moins qui ont été conduits dans la bande de Gaza par le Hamas et les factions terroristes alliées lors de l’assaut choc contre le sud d’Israël il y a trois semaines, lorsque 2 500 terroristes ont franchi la frontière de Gaza dans le cadre d’une attaque sur plusieurs fronts, tuant plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils massacrés dans leurs maisons et lors d’une rave dans le désert.

Les otages, dont la plupart sont des civils, comprennent des femmes, des personnes âgées et des enfants, dont des bébés. On ignore combien d’entre eux sont encore en vie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.