La mère demande à Dieu d’accorder une “longue vie” au garde poignardé par sa fille
Rechercher
"Ma fille a dit il y a quelques semaines qu’elle voulait mourir’, parce que la famille n’a pas d’argent. Je lui ai dit, 'ne sois pas déprimée'"

La mère demande à Dieu d’accorder une “longue vie” au garde poignardé par sa fille

Après l’attaque à Ramle par deux jeunes filles arabes de 13 ans, la mère s’excuse auprès du garde légèrement blessé et de tout Israël

Les services de premier secours sur les lieux de l'attaque au couteau à Ramle, le jeudi 4 février 2016. (Crédit : Magen David Adom)
Les services de premier secours sur les lieux de l'attaque au couteau à Ramle, le jeudi 4 février 2016. (Crédit : Magen David Adom)

La mère de l’une des deux jeunes filles arabes israéliennes de 13 ans qui ont poignardé et blessé légèrement jeudi un garde de sécurité a délivré vendredi des excuses passionnées pour les actes de sa fille, remerciant le garde de ne pas avoir ouvert le feu sur les filles, et déclaré qu’elle espérait que tout Israël trouverait bientôt la paix.

La femme, qui travaille pour la municipalité de Ramle, a déclaré qu’elle ne savait pas du tout que sa fille prévoyait une attaque terroriste, et ne savait pas où elle et une autre jeune fille de 13 ans avaient obtenu les longs couteaux de cuisine qu’elles ont utilisées.

Les deux filles, élèves de 4e dans la ville mixte judéo-arabe de Ramle, se sont approchées de l’entrée de la gare routière jeudi matin, où le garde leur a demandé de s’identifier. Elles ont sorti des couteaux de cuisine de leurs vêtements et l’ont poignardé à la jambe et à la main. Un soldat et un civil armé les ont rapidement arrêtées.

Elles ont été détenues et emmenées au quartier général de la police de Ramle pour être interrogées, et gardées pendant la nuit. Le garde a été emmené à l’hôpital voisin Assaf Harofe avec des blessures légères.

Les adolescentes ont déclaré à la police que l’attaque était une « revanche pour la situation à la mosquée Al-Aqsa », et était une protestation contre le « meurtre de Palestiniens » par Israël.

« Nous n’avons jamais pensé que nous nous retrouverions dans une situation comme celle-ci », a déclaré vendredi la mère, pendant un entretien avec la Deuxième chaîne où elle est restée anonyme. « Je ne peux pas y croire, honnêtement. »

La mère, qui élève six enfants seule depuis le départ de son mari pour Gaza il y a quelques années, a déclaré que sa fille « m’a dit il y a quelques semaines qu’elle voulait mourir », parce que la vie était si dure et que la famille n’avait pas d’argent. « Je lui ai dit : ‘ne sois pas déprimée, ne le prends pas trop à cœur’. »

Elle a déclaré que sa fille n’avait jamais parlé de blesser des juifs – « que Dieu l’en empêche » – et que ses enfants avaient été élevés pour penser à tous les Israéliens comme à une « famille » et qu’il n’y a « pas de différence ente les juifs et les arabes ».

En parlant du garde qui a arrêté les jeunes filles sans faire usage de son arme, elle a déclaré : « Que Dieu lui accorde une longue vie. Je m’excuse auprès de lui… Je suis désolée, [je m’excuse] auprès de lui, du maire et de tout le peuple d’Israël… Que Dieu accorde la paix à tout le peuple d’Israël. »

Des couteaux et le contenu du sac à dos utilisé par les deux adolescentes de 13 ans pendant l'attaque au couteau de Ramle, le 4 février 2016. (Crédit : autorisation de la police israélienne)
Des couteaux et le contenu du sac à dos utilisé par les deux adolescentes de 13 ans pendant l’attaque au couteau de Ramle, le 4 février 2016. (Crédit : autorisation de la police israélienne)

Cette attaque au couteau est l’une des plus récentes d’une série d’attaques – presque toutes menées par des Palestiniens, et une poignée par des Arabes israéliens – qui secoue le pays depuis le mois d’octobre, et qui a tué 31 Israéliens. Plusieurs des attaquants étaient de jeunes adolescents.

Mercredi, trois Palestiniens ont ouvert le feu sur un groupe de policiers devant la Vieille Ville de Jérusalem, tuant Hadar Cohen, 19 ans, et blessant sérieusement une autre policière.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...