Hadar Cohen, 19 ans, tuée dans l’attaque porte de Damas, a été enterrée
Rechercher

Hadar Cohen, 19 ans, tuée dans l’attaque porte de Damas, a été enterrée

Hadar Cohen, de Or Yehuda, avait été emmenée à l’hôpital après avoir été blessée par balle à la tête pendant l'attaque

Des centaines de personnes se sont rassemblées pour participer aux funérailles de Hadar Cohen jeudi après-midi, qui a été tuée hier au cours d’une attaque terroriste à l’extérieur de la Vieille Ville de Jérusalem.

La police a précisé que la jeune policière de 19 ans avait reçu une balle dans la tête mais qu’elle avait réussi à répliquer aux tirs avant de perdre conscience, aidant ainsi à contrecarrer une attaque qui aurait pu être bien pire.

Aux côtés de la famille et des amis de Cohen, le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, accompagné du chef de la police israélienne, Roni Alsheich, ont assisté à l’enterrement, au cimetière militaire de Yehud en dehors de Tel-Aviv et ont salué l’héroïsme de Cohen.

Était également présent, Ravit Mirilachvili, un collègue de Cohen de la police des frontières qui a été grièvement blessé dans l’attaque mais qui est sorti de l’hôpital pour assister à l’enterrement.

Le père de Cohen, Ofer, a fait l’éloge funéraire de sa fille. Il a déclaré : « Ma bien-aimée Hadar, ma chère fille qui m’était chère plus que qui que ce soit. Comment dois-je te dire au revoir maintenant ? ».

« Tout le monde dit que tu étais une héroïne, une véritable héroïne, qui a sauvé tant de gens avec ton corps et ton âme. Mais personne ne te connaît vraiment, mon Hadar, ta chaleur », a-t-il dit, après avoir récité le Kaddish sur la tombe de sa fille.

« Je suis fier de toi. Je suis fier de toi et je te salue », a-t-il conclu.

La sœur de Cohen, Mor, a révélé qu’elle a toujours considéré Hadar comme son modèle.

« Hier, tu as bloqué ces horribles terroristes avec ton propre corps », a déclaré Mor. « Combien de temps encore allons-nous supporter cette haine insensée ? Je t’aime, ma chère sœur. Tout le monde est tellement fier de toi ».

« Nous nous reverrons, et quand ça arrivera, je vais te faire un gros câlin, comme je ne t’ai jamais embrassé avant ».

« Notre héroïne, s’il te plaît veille sur nous d’en haut », a-t-elle dit en pleurant.

Les soldats portant le cercueil de Hadar Cohen, 19 ans, le 4 février, 2016, lors de ses funérailles dans la ville de Yehud (Crédit : AFP / JACK GUEZ)
Les soldats portant le cercueil de Hadar Cohen, 19 ans, le 4 février, 2016, lors de ses funérailles dans la ville de Yehud (Crédit : AFP / JACK GUEZ)

Le cousin de Hadar, Ofri, a souligné que Hadar avait toujours voulu se joindre à la police des frontières pour son service militaire et a noté qu’ « elle a sauvé ses amis en appuyant immédiatement la gâchette. Cela nous réconforte de savoir qu’elle est morte en héroïne ».

L’une des tantes de Hadar, Zehavit Cohen, l’a décrite comme une « jeune fille douce et étonnante ». Elle a évoquée une conversation qu’elle a eue avec sa nièce le jour où elle a été incorporée dans l’armée israélienne. « Je lui ai dit : ‘ne t’inquiète pas, tu es plus grande que la vie’ ».

« Elle est une héroïne et maintenant elle n’est plus là avec nous », a-t-elle ajouté.

Erdan a pour sa part déclaré que Cohen « inspirerait » [le respect] et était « un grand héros ». Saluant sa bravoure, le ministre de la Sécurité intérieure a fait remarquer que ses actions ont « très certainement sauvé la vie de tes amis ».

« Pour la famille Cohen, aucun mot ne pourra vous apporter du réconfort à l’heure actuelle », a déclaré Alsheich, le chef de la police israélienne. « Nous ne pouvons pas ramener Hadar mais nous sommes tous ici pour vous embrasser avec chaleur et amour ».

« Je vous salue au nom du peuple d’Israël », a-t-il ajouté.

Les collègues de Hadar Cohen de la police des frontières lors de ses funérailles à Yehud, le 4 février, 2016. Cohen a été tuée par des hommes armés palestiniens près de la porte de Damas à Jérusalem le 3 février (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Les collègues de Hadar Cohen de la police des frontières lors de ses funérailles à Yehud, le 4 février, 2016. Cohen a été tuée par des hommes armés palestiniens près de la porte de Damas à Jérusalem le 3 février (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Hadar Cohen, 19 ans, de Or Yehuda, avait été emmenée à l’hôpital Hadassah du mont Scopus, à Jérusalem, dans un état critique après avoir été blessée pendant l’attaque.

Le personnel de l’hôpital avait déclaré qu’elle avait été blessée par balle à la tête, et a été prononcée morte peu de temps après. « Nous avons réussi à la stabiliser pendant un moment, mais sa blessure à la tête était si sévère qu’elle n’a jamais eu une chance », a déclaré une porte-parole de l’hôpital.

Une autre policière était dans un état sérieux mais stable à l’hôpital, avec des blessures sur tout le corps, y compris à la tête, selon la porte-parole.

Les trois attaquants, identifiés comme Ahmed Abou Al-Roub, Mohammed Kameel et Ahmad Rajeh Ismail Zakarneh, tous originaires du nord de la Cisjordanie, sont arrivés sur les lieux armés de fusils Carl Gustav, apparemment de fabrication locale, des couteaux, et deux bombes artisanales, selon la police. La police avait initialement pensé qu’un troisième objet retrouvé sur les lieux était une bombe, mais les démineurs ont déterminé qu’il s’agissait d’un sac abandonné.

Une troisième victime, un Israélien de 20 ans, a été légèrement blessé et soigné sur place.

Hadar Cohen, 19 ans, l'une des victimes de l'attaque de la Vieille Ville le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)
Hadar Cohen, 19 ans, l’une des victimes de l’attaque de la Vieille Ville le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)

Cohen avait été incorporée dans la police des frontières il y a seulement deux mois, et était toujours en formation quand elle patrouillait dans la zone de la porte de Damas mercredi.

Cohen laisse derrière elle ses parents, un frère et une sœur.

Cohen faisait partie d’une équipe de trois membres qui a repéré les trois Palestiniens qui se comportaient de manière suspecte et a demandé à voir leurs papiers d’identité. Alors que l’un des attaquants tendait sa carte d’identité, les autres ont ouvert le feu et sorti des couteaux pour attaquer les policiers.

Selon la police, Cohen a réussi à répliquer avant d’être mortellement blessée, malgré avoir été surprise par les attaquants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...