La mimouna, une fête juive marocaine devenue quasi-nationale
Rechercher

La mimouna, une fête juive marocaine devenue quasi-nationale

Pour marquer le dernier jour de Pessah, les Juifs originaires du Maroc organisent un grand festin entre voisins. Les Israéliens ont adopté la tradition

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara fêtent la Mimouna à Hadera, le 17 avril 2017. (Crédit : Ido Erez/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara fêtent la Mimouna à Hadera, le 17 avril 2017. (Crédit : Ido Erez/Pool/Flash90)

Durant les huit jours de la Pâque juive – Pessah – les Juifs se privent de tous produits issus de la fermentation de cinq céréales citées dans la Torah (le Hametz), et se nourrissent en guise de pain, de matsa, une galette de farine non levée. Tout cela, en souvenir de leur sortie précipitée d’Egypte et de leur accession à la liberté.

Ainsi pour fêter le retour des aliments interdits (le pain entre autres) les Juifs originaires du Maroc ont instauré la mimouna, une fête conviviale où les patisseries, notamment la crêpe marocaine appelée mofleta sont à l’honneur.

Et cette fête est en passe de devenir une fête nationale en Israël.

« Une tradition remontant aux temps les plus anciens veut que le premier levain de retour dans une maison juive soit offert par des amis musulmans, rappelle Francetvinfo. Anciennement placé sur un plateau couvert de fleurs, le levain offert était accompagné de poissons, de lait, de beurre frais et d’un gros bouquet de menthe. L’arrivée de ce plateau dans la maison donnait lieu a de grandes festivités ».

« Sur la table de fête traditionnelle, continue le site d’information, on retrouve des poissons, symbole d’abondance, un bol contenant de la farine sur laquelle reposent cinq œufs frais, cinq fèves fraîches (encore dans leur cosse), des épis de blé qui symbolisent le renouveau sous le sceau du [chiffre] 5 de la chance, du miel, un pain de sucre et une infinité de gâteaux pour la douceur, du leben (petit lait fermenté) symbole de blancheur et de fermentation et bien sûr une grosse boule de levain dans laquelle était posé un Louis d’or pour la chance ».

La tradition veut enfin que les maisons soient ouvertes et que les voisins passent de maison en maison pour déguster les spécialités de la maison.

Beaucoup de fêtes de mimouna sont organisées dans tout Israël, des centaines de petites fêtes au parc Sacher de Jérusalem, qui rassemblent à elles seules environ 100 000 personnes, à celles qui sont organisées dans les maisons, les restaurants, les bars et les centres communautaires.

De nombreuses personnalités politiques tiennent ainsi à apparaître et inondent les réseaux sociaux de selfies pris autour de tables chargées de crêpes, de miel, de patisseries et de thé à la menthe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...