Rechercher

La ministre de l’Immigration ira en Ukraine pour encourager les initiatives d’Alyah

Pnina Tamano-Shata sera la seconde ministre à se rendre dans le pays depuis l'invasion de l'Ukraine et elle ira aussi à l'hôpital de campagne installé à l'Ouest du pays

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La ministre israélienne de l'Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, rendent visite aux immigrants juifs fuyant les zones de guerre en Ukraine, au bureau d’Immigration et d’Intégration israélien, à l’aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Tomer Neuberg/Flash90)
La ministre israélienne de l'Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, rendent visite aux immigrants juifs fuyant les zones de guerre en Ukraine, au bureau d’Immigration et d’Intégration israélien, à l’aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Tomer Neuberg/Flash90)

La ministre de l’Immigration et de l’Intégration Pnina Tamano-Shata partira jeudi soir en Ukraine pour y rencontrer les responsables israéliens chargés du traitement des demandes d’immigration des réfugiés ukrainiens, a annoncé son bureau.

Tamano-Shata sera la deuxième ministre israélienne à aller en Ukraine depuis l’invasion du pays par la Russie, à la fin du mois février, après le déplacement du ministre de la Santé Nitzan Horowitz qui est allé voir, la semaine dernière, l’hôpital de campagne israélien qui a été installé à l’Ouest de l’Ukraine.

La ministre passera la majorité de son temps dans les villes situées à la frontière entre la Pologne et le pays en guerre, où un nombre massif de réfugiés ont trouvé refuge. Pendant sa visite, elle rencontrera un certain nombre de responsables d’organisations juives et israéliennes, notamment de l’Agence juive, qui traite les demandes d’immigration ; du groupe United Israel Appeal, qui a financé de nombreux vols transportant des immigrants vers Israël ; et de Nativ, une organisation gouvernementale qui réexamine l’éligibilité à l’Alyah des immigrants potentiels.

Au début de la semaine, Tamano-Shata avait indiqué lors d’une conférence de presse que l’objectif de son voyage était d’encourager l’immigration et de s’attaquer au problème croissant des réfugiés ukrainiens qui se trouvent coincés dans des logements temporaires dans les villes qui jouxtent la frontière.

« Il y a un certain ralentissement dans les arrivées des nouveaux immigrants. Nous examinerons comment prendre en charge ce problème », avait-elle déclaré dans une conférence de presse à l’aéroport Ben Gurion, lundi.

Tamano-Shata avait également paru lancer une pique au ministère des Finances, déplorant le fait que le budget nécessaire pour aider les plus de dix mille immigrants arrivés ces dernières semaines au sein de l’État juif n’avait pas encore été mis à disposition.

« Il y a cette impression que le ministère a une main liée dans le dos et les financements nécessaires ne sont pas encore arrivés », avait-elle dit.

Au cours de son voyage, Tamano-Shata rencontrera un certain nombre de réfugiés ukrainiens qui attendent de pouvoir immigrer en Israël. Elle devrait également se rendre à l’hôpital de campagne installé par Israël dans l’Ouest de l’Ukraine.

Le drapeau ukrainien flotte devant une école reconvertie en hôpital de campagne israélien, à Mostyska, dans l’ouest de l’Ukraine, le 24 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Nariman El-Mofty)

« C’est une situation d’urgence compliquée qui exige de nous que nous garantissions qu’à chaque étape de leur voyage vers leur nouveau foyer, les immigrants bénéficient d’un traitement sensible, chaleureux et rapide de la part des nôtres qui, sur le terrain, travaillent dans des conditions difficiles en temps de guerre », avait dit Tamano-Shata avant d’embarquer dans son avion.

Des milliers d’Ukrainiens ont immigré en Israël depuis le lancement par la Russie de son offensive, en date du 24 février. Des dizaines, voire des centaines de personnes arrivent ainsi au sein de l’État juif tous les jours. Des immigrants en provenance de Russie et de Biélorussie sont également venus dans le pays ces dernières semaines, à un chiffre supérieur à la normale. Ce sont des dizaines de milliers d’immigrants de plus, issus de l’ex-Union soviétique, qui devraient arriver dans les prochaines semaines, selon les responsables israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...