La Palestine reconnue par un autre pays d’ici la fin du mois – Diplomate de l’AP
Rechercher

La Palestine reconnue par un autre pays d’ici la fin du mois – Diplomate de l’AP

Riyad al-Malki n'a pas nommé le pays en question. Les responsables à Ramallah gardent le silence sur cette information

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Malki (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Malki (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a déclaré avant de commencer un voyage officiel en Amérique latine qu’un nouveau pays serait amené à reconnaître « l’Etat de Palestine » à la fin du mois de juillet.

Ce haut-diplomate a tenu ces propos lors d’un entretien accordé à Palestine TV, chaîne officielle de l’Autorité palestinienne, à la fin de la semaine, mais il n’a pas nommé le pays qui serait prêt à reconnaître l’Etat palestinien.

« Nous reviendrons de cette visite avec la reconnaissance d’au moins un Etat », a-t-il dit, se référant à son voyage de plusieurs jours qui le mènera dans les pays d’Amérique latine.

Malki a précisé qu’il serait de retour en Cisjordanie à la fin du mois de juillet.

Malki s’est rendu en début de semaine au Venezuela et il se trouve actuellement en Equateur. Il a indiqué qu’il transiterait par Saint-Vincent-et-les-Grenadines, dans les Caraïbes, la semaine prochaine.

Plus de 135 pays ont jusqu’à présent reconnu un Etat palestinien mais un grand nombre des acteurs internationaux les plus importants et notamment les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne se sont abstenus de prendre une telle initiative.

Plusieurs hauts-responsables à Ramallah, parmi lesquels Malki, ont refusé des demandes de commentaires ou de répondre à nos questions.

A titre d’illustration : Un manifestant palestinien porte un drapeau national et une fronde lors d’une manifestation près de la clôture le long de la frontière avec Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 1er février 2019. (Saïd Khatib/AFP)

« Nous travaillons avec deux Etats. Nous espérons obtenir la reconnaissance de la Palestine de la part de ces deux Etats dans un avenir très proche », avait déclaré Malki à Palestine TV au mois d’avril sans pour autant nommer ces pays.

Interrogé, à ce moment-là, pour savoir s’il faisait référence à des Etats européens, Malki avait répondu que l’un d’eux se trouvait en Europe et que l’autre était situé en Amérique du nord.

Cela fait longtemps qu’Israël clame que reconnaître un Etat palestinien avant la conclusion d’un accord de paix durcira les positionnements des Palestiniens au cours des négociations, rendant plus difficile la mise en place d’une solution.

Au cours des dernières années, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a vivement recommandé à la communauté internationale et en particulier aux pays Européens de reconnaître la Palestine.

« Nous espérons que les Etats de l’Union européenne… reconnaîtront l’Etat de Palestine », avait dit Abbas, lors d’une conférence de presse organisée au mois de février.

Le président de l’AP avait également déclaré que la reconnaissance de leur Etat par la communauté internationale encouragerait les Palestiniens à conserver un espoir de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...