La passion pour le surf réunit Palestiniens et Israéliens en France
Rechercher

La passion pour le surf réunit Palestiniens et Israéliens en France

L'association "Surfing 4 Peace" permet un échange autour du sport pour des jeunes gens originaires du bassin méditerranéen

Crédit : YouTube : Teaser SURFING 4 PEACE Summit 2015
Crédit : YouTube : Teaser SURFING 4 PEACE Summit 2015

Du 10 au 18 octobre dernier, l’association Surfing 4 Peace, organisait un événement près de Biarritz pour un échange sportif dont l’objectif est de favoriser le dialogue et la coexistence entre les différents pays du bassin méditerranéen.

C’est à Anglet dans les Pyrénées-Atlantiques que quinze passionnés de glisse se sont réunis. Les participants étaient originaires d’Afghanistan, d’Algérie, de France, d’Israël, d’Italie, du Maroc et de Gaza.

« Nous ne voulons plus de guerre » a déclaré Abou Moammed, originaire de Gaza et participant à l’événement, rapporte Le Monde.

« Nous voulons rencontrer nos voisins, » ajoute Talat, également originaire de Gaza.

Un Israélien, passionné de surf, explique que selon lui la paix viendra par les échanges autour des passions et des petites choses du quotidien semées « telle une petite graine ».

L’un des fondateurs de l’association qui existe depuis 2012, Samuel Jacquesson explique que grâce à « une passion commune, des jeunes de cultures très diverses, parfois opposées, peuvent échanger, partager et créer des liens. »

Il ajoute que de telles rencontres sont très difficiles à organiser aussi bien en Israël qu’à Gaza. La France apparait alors comme un terrain neutre où Israéliens et Palestiniens peuvent échanger autour d’une passion commune loin du conflit qui les séparent.

L’envie de liberté est omniprésente pour ces amoureux du surf « c’est vivre la vie maintenant et intensément » déclare Talat.

Un autre participant originaire d’Afghanistan cette fois-ci, explique que pour lui le surf est une manière de communier avec tous les surfeurs, c’est une activité qui permet de connecter les gens partout dans le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...