Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

La plupart des pilotes réservistes de Tsahal ne voleront pas si la réforme est adoptée

Le chef d'état-major s'engage à assurer la légalité des missions de l'armée ; "Nous ne resterons pas les bras croisés" si la réforme est adoptée, dit l'unité Maglan à Gallant

Des pilotes de l'armée de l'Air israélienne lançant leurs casquettes en l'air lors d'une cérémonie de remise de diplômes sur la base aérienne de Hatzerim, le 28 décembre 2022. (Crédit : Haïm Zach/Bureau du Premier ministre)
Des pilotes de l'armée de l'Air israélienne lançant leurs casquettes en l'air lors d'une cérémonie de remise de diplômes sur la base aérienne de Hatzerim, le 28 décembre 2022. (Crédit : Haïm Zach/Bureau du Premier ministre)

Un groupe d’officiers de l’armée de l’air israélienne a averti le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, que la majorité de leurs confrères pilotes de la réserve active cesseraient de se présenter à leurs postes si le gouvernement adoptait ses propositions législatives visant à affaiblir radicalement le système judiciaire.

Reconnaissant que les protestations pourraient bien avoir un impact sur la capacité opérationnelle de l’armée, Halevi a organisé une série de réunions avec des officiers supérieurs de Tsahal, y compris ceux qui ont menacé de ne pas se présenter au service de réserve si la législation controversée était adoptée à la hâte et sans compromis. L’une de ces réunions a eu lieu mardi soir, en présence de 20 officiers représentant une grande variété d’unités de l’armée de l’air. Un résumé de la réunion a été divulgué à une poignée de médias israéliens mercredi.

Les pilotes se sont exprimés en leur nom propre, mais ont également cherché à expliquer à Halevi que leurs préoccupations concernant la refonte et leur refus de servir si elle est adoptée étaient largement partagées au sein de leurs unités, selon le résumé.

Halevi a commencé la conversation en mettant en avant le rôle essentiel des combattants de réserve pour les activités de Tsahal et en mettant en garde contre le danger que représentent les menaces continues des réservistes de ne pas se présenter au travail pour la capacité de l’armée à combattre les menaces extérieures auxquelles elle est confrontée, selon le résumé de la réunion.

Le chef de Tsahal s’est engagé à parler immédiatement aux représentants du gouvernement ainsi qu’aux médias de l’importance de parler avec respect des membres de la réserve militaire qui ont choisi de protester contre la réforme judiciaire, alors qu’une série de commentaires désobligeants ont été faits récemment à leur encontre. Le ministre des Communications Shlomo Karhi, du Likud, a par exemple déclaré lundi que les pilotes protestataires pouvaient « aller en enfer ».

Le chef d’état-major de Tsahal Herzi Halevi tient une réunion avec des soldats de réserve le 8 mars 2023. (Crédit : armée israélienne)

Les réservistes présents à la réunion ont souligné qu’ils étaient attachés au bien-être de l’armée de l’air et du pays, mais qu’ils estimaient que les efforts du gouvernement risquaient d’éroder l’État de l’intérieur, selon le résumé.

Mercredi soir, Halevi a publié un communiqué décrivant le refus de se présenter au service de réserve comme une « ligne rouge » qu’il n’accepterait pas. Toutefois, le chef militaire a ajouté qu’il « veillerait à ce que les tâches accomplies par Tsahal correspondent à ses valeurs et soient exécutées légalement ».

Ce dernier commentaire semblait faire référence aux préoccupations exprimées par les pilotes qui ont rencontré le chef de l’armée de l’air, Tomer Bar, la semaine dernière et lui ont dit qu’ils refuseraient d’exécuter des ordres illégaux, citant comme exemple une déclaration du ministre des Finances Bezalel Smotrich appelant le gouvernement à « anéantir » le village palestinien de Huwara. Smotrich s’est à nouveau excusé pour cette remarque mercredi et a assuré qu’il n’avait pas réalisé qu’elle serait interprétée comme un ordre par les officiers qui craignent qu’il n’y ait plus de contrôle sur le pouvoir du gouvernement si la réforme était adoptée.

Par ailleurs, plus de 400 réservistes de l’unité de reconnaissance Maglan de Tsahal ont signé une lettre ouverte à l’attention du ministre de la Défense Yoav Gallant, déclarant qu’ils « ne pourraient pas rester les bras croisés » si le gouvernement adoptait son projet de réforme du système judiciaire.

La législation du gouvernement représente une « déviation grossière des valeurs sur lesquelles nous avons été élevés, sur lesquelles l’État a été fondé et que nous nous portons volontaires pour protéger », écrivent les commandos, ajoutant qu’ils se sont battus pour un État qui protège l’intégralité des droits sociaux et politiques de tous ses citoyens.

« L’adoption de cette réforme juridique piétine certaines de ces valeurs et porte atteinte aux fondements démocratiques de l’État », ont-ils accusé, avertissant que « si les réformes judiciaires sont adoptées, nous, les soussignés, ne pourrons pas rester les bras croisés ».

Des réservistes bloquant la Route 1 pour protester contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, le 1er mars 2023. (Crédit : Brothers in Arms)

« Nous vous demandons d’agir immédiatement pour mettre fin aux mesures visant à affaiblir le système judiciaire et protéger l’État d’Israël », concluent les réservistes.

Les dirigeants de l’armée, du gouvernement et de l’opposition ont décrié les protestations des soldats, affirmant que l’armée devrait être séparée de la politique et avertissant que l’insubordination massive nuirait à la sécurité nationale. Les menaces se sont intensifiées dimanche lorsque 37 des 40 pilotes d’avions de chasse d’un escadron clé ont annoncé qu’ils refuseraient de participer à un exercice d’entraînement en raison de la révision et de l’augmentation de la violence des résidents d’implantation en Cisjordanie. Les pilotes ont déclaré mardi qu’ils se présenteraient à la base comme ordonné, mais uniquement pour des discussions et non pour un entraînement.

Dans une autre lettre adressée mercredi à Halevi, 43 réservistes d’une unité d’élite anonyme ont déclaré qu’ils « ne continueraient pas à se porter volontaires pour le service de réservistes » si la loi était adoptée sans dialogue ni compromis.

« L’État d’Israël ne sera pas une démocratie et ne sera pas l’État d’Israël pour lequel nous nous sommes battus » si la réforme est adoptée, ont écrit les réservistes, qui ont ajouté qu’ils « ne serviront pas dans une dictature ».

Ils ont déploré la « vague d’incitation sauvage, de délégitimation et de mépris de la moitié de la nation » qui s’oppose à la réforme judiciaire, affirmant que les membres de la coalition qui ont cherché à faire passer les manifestants pour des « anarchistes privilégiés » contribuaient à cette vague.

Près de 300 membres de l’unité de sécurité chargée de protéger les émissaires d’Israël à l’étranger ont également écrit une lettre demandant à la coalition de « mettre fin immédiatement au coup d’État gouvernemental actuel ».

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontre des officiers supérieurs réservistes à Tel Aviv le 7 mars 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

« Notre personnel a combattu des terroristes dans les aéroports de Paris, Rome, Vienne, Nicosie, etc. Notre personnel a empêché l’explosion en plein vol d’un avion d’El Al lorsque des explosifs ont été découverts à Londres et à Zurich. Nos hommes ont sauvé les représentants d’Israël au Caire et dans bien d’autres endroits », ont-ils déclaré.

Des réservistes de la marine, des services de renseignement, de l’armée de l’air et des forces terrestres de Tsahal ont rencontré Gallant et Halevi mardi pour discuter de la vague de protestations.

Un réserviste impliqué dans l’une des discussions a déclaré à la Treizième chaîne qu’il avait quitté la réunion en se sentant « choqué », se plaignant que Gallant « ne comprenait pas du tout ce qui se passait et parlait en slogans ».

À la suite de la discussion, le ministre de la Défense s’est engagé à « défendre tous les réservistes, y compris ceux qui pensent différemment de moi », mais leur a demandé d’éviter de refuser de remplir leurs fonctions.

Vendredi, les réservistes qui ont rencontré le chef de l’armée de l’air, Tomer Bar, lui auraient assuré qu’ils continueraient à effectuer leur service actif, mais ils ont exprimé la crainte que la conduite du nouveau gouvernement intransigeant et ses propositions judiciaires ne les exposent à des poursuites de la part d’organismes internationaux, tels que la Cour pénale internationale.

Israël s’oppose depuis longtemps à de telles poursuites, soulignant la force et l’indépendance de son propre système judiciaire, qui est chargé d’enquêter sur les cas d’actes répréhensibles commis par les forces israéliennes. Mais les détracteurs de la réforme juridique du gouvernement avertissent que les efforts visant à restreindre le pouvoir de la Haute Cour de justice priveront le pays de sa légitimité sur la scène internationale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.