Rechercher

La police de Jaffa se prépare à des meurtres dans le milieu du crime organisé

Un homme du milieu a été tué sur le port samedi ; un responsable de la police a dit que la volonté des criminels d'abattre Abed Qazaz en plein jour est "très inquiétante"

Des agents de police près de la scène d'une fusillade sur le port de Jaffa, le 23 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)
Des agents de police près de la scène d'une fusillade sur le port de Jaffa, le 23 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Les policiers se prépareraient à d’autres assassinats dans le secteur de Tel Aviv après qu’un criminel condamné a été pourchassé et abattu, samedi après-midi, en plein jour sur le port de Jaffa.

Selon la Douzième chaîne, la police renforcerait ses effectifs aux abords de Jaffa. La chaîne n’a pas détaillé l’ampleur de ce déploiement de renforts.

Abed Qazaz, 40 ans, a été abattu après avoir été pris en chasse sur le parking du port par des hommes armés. Blessé, il s’est jeté à la mer. Il était inconscient quand il a été sorti de l’eau et il a finalement succombé à ses blessures.

Le port et la promenade adjacente sont prisés par les Israéliens et par les touristes qui sont des milliers à y flâner le week-end.

Quatorze coups de feu ont été tirés par les deux hommes armés qui ont pris Qazaz en chasse sur le parking, selon l’enquête initiale de la police.

Un agent de police a déclaré à la chaîne, sous couvert d’anonymat, que la volonté des criminels de commettre cette attaque dans de telles conditions – de nombreuses personnes auraient pu être blessées – montrait que le pouvoir de dissuasion des forces de l’ordre s’était érodé et que la situation, par conséquent, était « très inquiétante ».

Les personnels médicaux et des agents de police près de la scène d’une fusillade sur le port de Jaffa, le 23 octobre 2021 ; Insert : Abed Qazaz. (Magen David Adom; Autorisation)

Qazaz avait été libéré de prison il y a un an et demi après avoir été impliqué dans un incident où un agent de police avait été percuté par une voiture, selon le site Ynet.

Il avait aussi écopé d’une peine de six ans de prison dans le cadre d’un accord judiciaire impliquant le kidnapping et le meurtre d’un homme d’affaires qui lui faisait de l’ombre, en 2005.

Il était aussi connu comme étant un ancien proche du patron de la pègre Izat Hamad, qui avait été abattu au mois de juillet.

Les responsables de la police ont déclaré à la Douzième chaîne qu’ils avaient écarté l’hypothèse d’un acte de vengeance en représailles de l’assassinat de Hamad. Qazaz aurait été un rival.

« Quelqu’un a voulu toucher l’organisation d’Izat Hamad et l’a frappé. Après l’assassinat d’Izar, il semble y avoir eu une accalmie mais celui qui a fait cela attendait de tuer Qazaz en particulier », a noté un responsable de la police israélienne sous couvert d’anonymat, selon Ynet.

Depuis le début de l’année 12021, il y a eu 104 homicides dans les communautés arabes, selon l’ONG Abraham Initiatives. Environ 89 étaient des citoyens d’Israël et 15 étaient des Palestiniens originaires de Jérusalem-Est ou détenteurs d’un permis de résidence au sein de l’État juif.

Alors que l’année va s’achever dans deux mois, 2021 pourrait devenir l’année la plus sanglante connue par la communauté arabe depuis qu’une vague criminelle a commencé à s’abattre sur cette dernière, il y a plusieurs années.

Les responsables gouvernementaux attribuent la responsabilité de ces violences aux rackets des gangs puissants du crime organisé qui ont fait leur apparition suite à des décennies de négligence de la part de l’État israélien et à l’anarchie qui règne dans les villes et villages de la communauté.

De plus, samedi, un Arabe d’une vingtaine d’années a été blessé par balle dans la ville d’Ibillin, dans le nord d’Israël. Il a été évacué vers l’hôpital Rambam de Haïfa. Un autre homme a aussi été hospitalisé pour une crise d’anxiété. Il avait été témoin de l’incident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...