Rechercher

La police enquête sur les circonstances étranges du meurtre d’un homme de 23 ans

Selon la police, Amir Biadsa, 23 ans, de Jatt, est mort dans une explosion ; certaines sources affirment qu'il aurait d'abord été kidnappé

Illustration : Une ambulance du Magen David Adom dans le centre d'Israël, le 29 mars 2012. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Illustration : Une ambulance du Magen David Adom dans le centre d'Israël, le 29 mars 2012. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Une enquête pour le meurtre présumé d’une jeune homme dans la ville arabe de Baqa al-Gharbiye a été ouverte jeudi soir par la police.

Amir Biadsa, 23 ans, de la ville voisine de Jatt, a été transporté dans un état critique à l’entrée de la ville vers des médecins. Son décès a été déclaré sur les lieux.

La police a déclaré que sa mort avait apparemment été causée par un engin explosif. Mais le service d’urgence du Magen David Adom a d’abord déclaré qu’il avait été probablement impliqué dans un accident de voiture.

Certains médias ont rapporté qu’il avait été abattu, tandis que d’autres ont déclaré qu’il avait été enlevé par des inconnus qui lui auraient également coupé la main gauche, lui auraient tiré une balle dans la poitrine et l’auraient laissé sur le bord de la route.

Biadsa serait le 21e Arabe israélien à mourir dans des circonstances criminelles violentes cette année.

Les Arabes israéliens imputent le taux croissant de meurtres à la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à réprimer les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence, qui comprend des querelles familiales, des guerres de territoire et des violences contre les femmes.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité publique Omer Bar-Lev se sont engagés à réprimer la violence, ainsi que les armes illégales.

En février, la police a signalé une baisse de 37 % des fusillades dans les communautés arabes israéliennes depuis le début de cette année, alors que la police intensifiait ses activités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...