La police enquêterait sur les cadeaux d’un milliardaire israélo-britannique à Netanyahu
Rechercher

La police enquêterait sur les cadeaux d’un milliardaire israélo-britannique à Netanyahu

Les enquêteurs auraient étendu l’enquête sur Netanyahu pour corruption sur ses relations avec Poju Zabludowicz

L'homme d'affaires israélo-britannique Chaim 'Poju' Zabludowicz, à Jérusalem, en 2005. (Crédit : Flash90)
L'homme d'affaires israélo-britannique Chaim 'Poju' Zabludowicz, à Jérusalem, en 2005. (Crédit : Flash90)

La police israélienne enquête pour déterminer si le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reçu des cadeaux ou d’autres avantages d’un milliardaire israélien-britannique dans le cadre d’une enquête pour corruption qui pèse contre le Premier ministre, a signalé la Dixième chaîne jeudi.

Le reportage ajoute que Chaim « Poju » Zabludowicz, le chef d’entreprise, né en Finlande, d’investissement privé Tamares, s’ajoute à une liste croissante de milliardaires soupçonnés d’avoir donné à Netanyahu et à son épouse Sara des cadeaux valant des dizaines de milliers de shekels dans le cadre d’une enquête connue comme l’Affaire 1 000.

Les Netanyahu auraient reçu du champagne, des cigares et des bijoux du producteur hollywoodien milliardaire Arnon Milchan, ainsi que des repas et un hébergement pour leur fils Yair du milliardaire australien James Packer.

Zabludowicz a été précédemment mentionné dans des reportages de la Dixième chaîne rapportant des allégations qu’il aurait financé des voyages des Netanyahu.

Mais un porte-parole de Zabludowicz, qui a des intérêts commerciaux en Israël, a déclaré à la Dixième chaîne que le milliardaire n’a pas été interrogé par la police et ne sait pas si la police a demandé à le faire.

Benjamin Netanyahu, sa femme, Sara, et leurs deux fils, Yair et Avner, ont fait une randonnée dans le désert du Néguev pour Pessah (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Benjamin Netanyahu, sa femme, Sara, et leurs deux fils, Yair et Avner, ont fait une randonnée dans le désert du Néguev pour Pessah (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Des sources proches des Netanyahu ont indiqué à la Dixième chaîne que le reportage de jeudi était une autre tentative du journaliste Raviv Drucker, qui, à plusieurs reprises, s’est attiré les foudres du Premier ministre en raison des reportages jugés critiques envers Netanyahu.

Drucker veut simplement introduire un « nouveau nom, le mélanger avec les mots ‘cadeaux’, ‘richesse et le pouvoir’, ‘amis riches’ et bien sûr ‘Sara Netanyahu’, et le nom de la personne en service cette fois est Poju Zabludowicz », a déclaré la source.

Mercredi, le quotidien hébreu Haaretz a indiqué que Milchan avait donné à Sara Netanyahu un bijou valant 10 000 shekels pour son anniversaire l’an dernier et qu’il a seulement accepté d’acheter le cadeau après que le Premier ministre a insisté sur le fait qu’il n’y aurait aucun problème éthique.

Milchan avait hésité en raison du prix du cadeau d’anniversaire, craignant qu’il ne soit jugé inapproprié d’acheter un objet aussi cher pour Sara Netanyahu, ont déclaré à Haaretz des sources proches du producteur.

Les Netanyahu auraient instamment insisté sur le fait que les montants des dons reçus étaient bien inférieurs à ce qui a été rapporté, et que les cadeaux n’étaient pas remarquables étant donné que les Milchan sont leurs meilleurs amis.

Mardi, la Deuxième a rapporté que Netanyahu aurait essayé de prendre ses distances avec les cadeaux qu’ils avaient reçus comme le vin et les bijoux et a dit aux enquêteurs qu’il n’était pas au courant des bouteilles de champagne que Sara aurait reçues.

Netanyahu a déclaré à la police que lui et sa femme étaient des « personnes indépendantes » et qu’il n’était pas censé être au courant de toutes les actions de sa femme, dont, les livraisons régulières de champagne haut de gamme.

Benjamin Netanyahu et le producteur Arnon Milchan lors d'une conférence de presse, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)
Benjamin Netanyahu et le producteur Arnon Milchan lors d’une conférence de presse, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre s’est également défendu contre les affirmations selon lesquelles il aurait reçu des boîtes de cigares de Milchan pendant plusieurs années, qui vaudraient également plusieurs milliers de shekels.

Netanyahu a déclaré à la police qu’il n’a pas vérifié le prix de chaque cigare et qu’il ne connaît certainement pas la valeur totale des cigares qu’il a reçus au fil des années, a expliqué le reportage de la Deuxième chaîne. Il aurait également affirmé que pour certains cigares, il les a achetés avec son propre argent.

En plus de l’Affaire 1000, Netanyahu est également le suspect principal dans une enquête connue sous le nom de l’Affaire 2000. La police enquête pour déterminer si le Premier ministre aurait tenté de négocier illicite avec le propriétaire et l’éditeur du quotidien Yedioth Ahronoth, Arnon « Noni » Mozes, dans le cadre duquel il aurait fait passer une législation qui réduirait la distribution du concurrent du Yedioth, Israël Hayom, en échange d’une couverture moins critique à l’égard de Netanyahu dans le Yedioth.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...