La poussière et la pollution dans votre maison peuvent vous tuer ! – ministère israélien
Rechercher

La poussière et la pollution dans votre maison peuvent vous tuer ! – ministère israélien

Dans le rapport Environnement et santé, le gouvernement obtient de bons résultats sur la planification nationale, faibles sur l’application des lois, transport public durable

Peinture et entretien du bois. Un nouveau rapport sur l'environnement et la santé recommande des recherches sur la santé et pollution interne. (istockphoto/Getty Images)
Peinture et entretien du bois. Un nouveau rapport sur l'environnement et la santé recommande des recherches sur la santé et pollution interne. (istockphoto/Getty Images)

Le gouvernement doit se concentrer davantage sur la mise en œuvre de sa réglementation en matière de santé et de sécurité environnementale, a déclaré lundi un rapport, indiquant que la pollution en espace clos était un problème.

D’autres recherches sont nécessaires sur la pollution intérieure de l’air provenant de sources comme le plomb dans la peinture, les composés volatiles des produits de nettoyage et de beauté, les pesticides domestiques, les produits inflammables (ignifuges) et le gaz radioactif (radon), selon un rapport conjoint du ministère de la Santé et d’une ONG locale, le Fonds pour la Santé et l’Environnement.

Israël, un leader mondial dans la récupération de l’eau, doit déterminer s’il y a des résidus de médicaments et de cosmétiques dans les eaux usées recyclées pour l’irrigation agricole et quel effet ces résidus ont sur les récoltes, et éliminer les minéraux – en particulier l’iode et le magnésium – en eau de mer dessalée à boire.

Les auteurs ont constaté des améliorations depuis la publication du dernier rapport il y a trois ans, notamment l’augmentation de la volonté du gouvernement d’agir sur les questions de santé et d’environnement et de le faire de manière globale dans tous les ministères.

Usine de dessalement d’Israël à Ashkelon sur la côte méditerranéenne. (Edi Israël / Flash90)

La création d’un plan national pour la santé et l’environnement, les progrès dans l’élimination de la pollution par la fumée de tabac dans les écoles et l’élimination progressive de certains pesticides sont très appréciés.

Toutefois, le rapport recommande d’étudier plus en avant les effets polluants de nouveaux produits, tels que les cigarettes électroniques, et de divers produits chimiques utilisés à la maison, notamment les APFO (acides perfluorooctanoïques) présents dans des produits tels que les poêles anti-adhésives et les protecteurs de tissu. Les APFO (acides perfluorooctanoïques) utilisés dans les produits anti-taches, les mousses ignifuges et les produits de nettoyage; et les phénols, utilisés dans les produits cosmétiques tels que les crèmes solaires et les colorants capillaires, mais également dans les matériaux utilisés pour fabriquer des récipients en plastique pour aliments et eau et pour revêtir des boîtes de conserve et des canalisations d’eau.

Plus précisément, il appelle à une « recherche pionnière » sur la poussière domestique et la pollution interne dans les bâtiments scolaires.

Concernant l’utilisation des pesticides, le rapport a noté des améliorations, mais a indiqué que de nombreux échantillons de cultures telles que les pommes et les melons contiennent encore des résidus supérieurs à ce qui est permis.

Récolte des melons. (Chen Leopold / Flash 90)

Il a mis en garde contre une consommation excessive de poisson dans la zone autour d’Akko, sur la côte nord d’Israël, où de grandes quantités de mercure ont été trouvées.

Et il souligne que le suivi des interdictions de fumer dans les lieux publics et de la vente et de l’utilisation des pesticides est insuffisant.

Le rapport reproche au gouvernement de n’avoir fait aucun progrès vers le transport public durable depuis le rapport de 2014.

Concernant les défis pour l’avenir, le rapport invitait le ministère de l’Economie à accorder plus d’attention à la protection du public contre les matériaux tels que le plomb et à encourager le ministère de la Santé à élaborer des directives sur les produits chimiques inquiétants.

Il propose une recherche exhaustive et une législation sur les polluants alimentaires, les polluants à la maison et les pesticides.

Un échantillon représentatif de personnes devrait être testé tous les deux à trois ans pour les traces de polluants dans le sang, l’urine et le lait maternel et un programme national devrait être mis en place pour suivre tous les bébés, au moins pendant leurs 20 premières années. Le rapport concluait que des changements liés au nombre de spermatozoïdes et à l’élévation du syndrome des ovaires polykystiques chez les femmes ont été associés à la pollution.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...