Rechercher

La première victime d’Elad aurait amené les terroristes en voiture dans la ville

Oren Ben Yiftah ignorait apparemment que les deux hommes étaient illégalement en Israël ou leur plan d'attentat ; la chasse à l'homme continue pour retrouver les coupables

  • Oren Ben Yiftah, 37 ans, qui a été tué dans l'attentat terroriste d'Elad, le 5 mai 2022? (Autorisation)
    Oren Ben Yiftah, 37 ans, qui a été tué dans l'attentat terroriste d'Elad, le 5 mai 2022? (Autorisation)
  • La voiture d'Oren Ben Yiftah, tué par deux terroristes palestiniens dans la ville d'Elad, le 5 mai 2022. (Autorisation)
    La voiture d'Oren Ben Yiftah, tué par deux terroristes palestiniens dans la ville d'Elad, le 5 mai 2022. (Autorisation)
  • IDes policiers israéliens fouillent une zone boisée près de l'endroit où trois personnes ont été tuées dans un attentat terroriste à Elad, le 6 mai 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    IDes policiers israéliens fouillent une zone boisée près de l'endroit où trois personnes ont été tuées dans un attentat terroriste à Elad, le 6 mai 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Sabhi abu Shakir à gauche, et As'ad Alrafa'ani sont les principaux suspects de l'attentat terroriste d'Elad du 5 mai 2022 (Credit: Police israélienne).
    Sabhi abu Shakir à gauche, et As'ad Alrafa'ani sont les principaux suspects de l'attentat terroriste d'Elad du 5 mai 2022 (Credit: Police israélienne).

Les terroristes palestiniens qui ont commis une attaque meurtrière au couteau et à la hache à Elad, jeudi soir, ont été transportés depuis la barrière de Cisjordanie jusqu’à cette ville israélienne par l’une de leurs trois victimes, ont indiqué vendredi des responsables de la sécurité.

Les deux attaquants, qui ont pris la fuite, restent introuvables malgré des déploiements massifs pour les retrouver.

C’est Oren Ben Yiftah, un résident de Lod âgé de 35 ans, qui a amené Asad Yousef Asad al-Rifai, 19 ans, et Subhi Emad Subhi Abu Shqeir, 20 ans, de la barrière de sécurité – d’où ils seraient entrés clandestinement en Israël – à Elad, ont expliqué les responsables.

A leur arrivée, a fait savoir une source d’une agence de sécurité sous couvert d’anonymat, les deux hommes ont attaqué Ben Yiftah et l’ont tué. Ils se sont dirigés ensuite vers la rue Ibn Gvirol où ils ont tué deux habitants de la ville, Yonatan Havakuk et Boaz Gol. Les trois victimes, des trentenaires ou des quadragénaires, laissent derrière elles 16 enfants au total.

Les deux attaquants auraient pris la fuite dans une voiture et la police estime qu’ils se trouvent encore en Israël.

L’information portant sur le fait que Ben Yiftah aurait aidé les deux jeunes terroristes est restée interdite à la publication jusqu’à vendredi soir, pour des raisons indéterminées. Un grand nombre d’autres détails restent sous embargo par décision de la justice.

Selon des informations parues dans les médias israéliens, Ben Yiftah ignorait que les deux hommes se trouvaient en Israël illégalement. Il les avait transportés à au moins dix reprises dans le passé alors qu’ils allaient travailler dans la ville ultra-orthodoxe et il n’avait aucunement connaissance de leur projet d’attentat.

La Douzième chaîne a fait savoir, samedi, que les deux tueurs avaient téléphoné jeudi à Ben Yiftah, lui disant qu’ils avaient besoin de se rendre à Elad pour le travail. Ils lui avaient expliqué qu’il y avait des travaux à réaliser en urgence à la synagogue située dans la rue Yehuda Hanassi. Arrivés aux abords de la synagogue, ils ont attaqué leur victime à l’aide d’une hache et d’un couteau, a expliqué la chaîne. Il a tenté de lutter, en vain. Il a été tué.

Même si c’est illégal, un certain nombre d’Israéliens gagnent un peu d’argent en transportant des Palestiniens venus de Cisjordanie qui doivent se rendre au sein de l’État juif pour une activité professionnelle, les amenant sur les sites où ils sont employés.

Lior Ben Yiftah, frère jumeau d’Oren Ben Yiftah, victime du terrorisme, pleure à ses funérailles à Lod, le 6 mai 2022. (Crédit : Flash90)

Les autorités pensent qu’al-Rifai et Abu Shqeir avaient travaillé à Elad dans le passé et qu’ils connaissaient bien le secteur.

Les suspects n’avaient aucun antécédent en terme d’activité terroriste et aucune affiliation avec des groupes reconnus, a noté la radio militaire.

Les brèches ouvertes dans la barrière de sécurité de Cisjordanie, qui sont utilisées par les travailleurs qui viennent au sein de l’État juif, ont aussi servi aux terroristes responsables d’un certain nombre d’attentats commis en Israël, ces dernières semaines. Les responsables de la Défense ont juré que ces brèches seraient réparées et que la barrière serait mieux gardée. Plusieurs attaquants étaient originaires du nord de la Cisjordanie, ce qui a amené l’armée à concentrer ses efforts dans la zone.

Vendredi, le commissaire de police Kobi Shabtai a ordonné aux forces de l’ordre de lancer une opération nationale contre les Palestiniens qui entrent illégalement en Israël depuis la Cisjordanie et contre les personnes qui les aident à le faire.

Plusieurs Palestiniens qui se trouvaient illégalement dans le pays ont été arrêtés vendredi, a fait savoir la police. Le père d’Abu Shqeir, aussi appelé Emad Subhi Abu Shqeir, a été placé en détention, appréhendé par les agents israéliens alors qu’il travaillait en Israël, selon le Bureau d’information des prisonniers palestiniens.

Des arrestations qui ont eu lieu alors que la police et Tsahal se déployaient massivement au sein de l’État juif comme en Cisjordanie pour retrouver les deux suspects, originaires du village de Rumana, au nord de Jénine.

Un agent de police sur les lieux d’une attaque terroriste dans la ville centrale d’Elad, le 5 mai 2022 (Credit: Jack Guez / AFP)

« Nous mettrons la main sur les terroristes et sur ceux qui leur ont apporté leur soutien et ils paieront le prix de leurs actes », a dit le Premier ministre Naftali Bennett après une rencontre avec de hauts-responsables de la sécurité, jeudi soir.

Selon les autorités, les terroristes ont fui à bord d’un véhicule. Elles ont néanmoins concentré leurs recherches autour d’Elad, croyant apparemment que les deux jeunes n’étaient pas retournés en Cisjordanie.

« Notre hypothèse de travail est qu’ils se trouvent aux environs d’Elad et des centaines d’agents des forces de sécurité sont actuellement là-bas et les recherchent », a commenté le commandant de district du centre de la police israélienne, Avi Bitton.

Elad, une ville d’environ 50 000 résidents ultra-orthodoxes, à l’est de Tel Aviv, se trouve à trois kilomètres de la Ligne verte qui sépare Israël et la Cisjordanie.

La police et les secours sur les lieux d’un attentat terroriste présumé à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

La police recherche aussi les deux hommes dans la ville voisine de Rosh Haayin, a indiqué la ville dans un communiqué.

« Les forces de police et de sécurité sont déployées dans toute la ville », selon un message de la municipalité.

Des recherches ont été lancées à Rantis, une ville palestinienne située de l’autre côté de la barrière de sécurité de Cisjordanie, et dans les zones industrielles du secteur. Les deux jeunes pourraient se cacher dans des entrepôts ou dans des usines, vides pendant le week-end, a signalé Haaretz.

Sabhi abu Shakir à gauche, et As’ad Alrafa’ani sont les principaux suspects de l’attentat terroriste d’Elad du 5 mai 2022 (Credit: Police israélienne).

Le père d’Al-Rifai a confié aux médias palestiniens qu’il n’avait pas vu son fils depuis deux jours et qu’il n’avait pas eu de ses nouvelles depuis quarante-huit heures.

« Tout ce que je sais, c’est que mon fils est allé travailler avec son ami Subhi à Ramallah. C’est tout, je ne sais rien de plus », a dit Yousef al-Rifai. « Personne ne nous a rien dit – ni les Juifs, ni l’Autorité palestinienne. »

Il a expliqué que son fils travaillait dans le secteur de la construction en Israël et qu’il donnait un coup de main occasionnel à Abu Shqeir, qui est électricien.

Suite à l’attentat, les responsables israéliens de la sécurité ont prolongé la fermeture des points de passage de Cisjordanie et de Gaza – une fermeture qui avait été mise en place mardi après-midi, avant Yom HaZikaron et Yom HaAtsmaout. Les postes devaient initialement rouvrir dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ces attentats terroristes de jeudi ont suivi plusieurs attaques commises en Israël et en Cisjordanie, ces dernières semaines, et les menaces répétées des groupes terroristes suite aux affrontements survenus sur le mont du Temple, à Jérusalem.

Selon des témoins, les deux terroristes ont agressé plusieurs personnes à la hache et au couteau dans un parc du centre de la ville et sur une route voisine, jeudi soir, dans cette localité largement ultra-orthodoxe.

Avec les trois victimes d’Elad, le nombre de personnes tuées dans des attentats terroristes, cette année, passe à 19 depuis le 22 mars.

Les trois Israéliens ont été enterrés vendredi soir lors de cérémonies distinctes.

Les victimes de l’attaque terroriste d’Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite ; Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah (Crédit: courtoisie)

« Il avait un cœur d’or, il ne faisait que de bonnes choses et il voulait aider les autres », a dit Lior Ben Yiftah, évoquant son frère jumeau, Oren, auprès du site Ynet.

Il a précisé qu’il avait vu son frère quelques heures avant l’attaque et qu’ils avaient fêté Yom HaAtsmaout ensemble, autour d’un barbecue.

En plus des trois victimes, sept personnes ont été blessées. Les responsables des hôpitaux où ils ont été pris en charge ont fait savoir, vendredi soir, que deux victimes qui étaient arrivées dans un état critique étaient dorénavant hors de danger.

Tentant de réprimer l’escalade de violence en cours, l’armée a renforcé ses activités en Cisjordanie en menant des raids qui ont entraîné des affrontements qui ont fait au moins 26 morts du côté palestinien. Si un grand nombre de morts participaient à ces échauffourées, d’autres semblent avoir été des civils qui se trouvaient là par hasard.

Aaron Boxerman a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...