La reprise de l’approvisionnement en vaccins en Israël va accélérer la campagne
Rechercher

La reprise de l’approvisionnement en vaccins en Israël va accélérer la campagne

Des centaines de milliers de vaccins arriveront dès dimanche ; le personnel médical et les personnes âgés recevront leur seconde dose ; le bilan meurtrier du virus augmente

Un homme se fait vacciner dans un centre de la caisse Meuhedet à Jérusalem, le 7 janvier 2021. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme se fait vacciner dans un centre de la caisse Meuhedet à Jérusalem, le 7 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël va commencer à administrer les secondes doses du vaccin contre le coronavirus dimanche, trois semaines précisément après avoir lancé la campagne d’immunisation dans le pays et alors que la troisième vague de coronavirus continue à s’abattre lourdement sur le pays.

Plus de 300 personnes sont décédées des suites de la maladie depuis le 1er janvier 2021.

Un nouvel accord conclu avec Pfizer va permettre l’arrivée de milliers de nouvelles doses au sein de l’Etat juif dès dimanche. Un million de doses devraient entrer en Israël lors de livraisons hebdomadaires d’ores et déjà au programme et d’envergure similaire aux précédentes, et dix millions sont attendues dans le pays au mois de mars.

De plus, jeudi, le pays a aussi reçu plus de 100 000 vaccins de Moderna. Une autre livraison est prévue en début de semaine.

1,7 million de personnes sur une population de 9,29 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin contre la COVID-19. Le ministère de la Santé a accordé la priorité aux groupes les plus vulnérables et aux personnes âgées de plus de 60 ans. Plus de 70 % des Israéliens des plus de 60 ans ont déjà reçu la première dose.

Selon Our World In Data de l’université d’Oxford, Israël avait vacciné au 7 janvier 19,55 %.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu reçoit sa seconde dose de vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 9 janvier 2021. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est devenu le premier Israélien à recevoir sa deuxième dose de vaccin, samedi. Il a expliqué que tous les citoyens pourraient pleinement être immunisés d’ici deux mois.

Le ministre de la Santé, Yuli Eldestein, a reçu sa seconde dose après lui.

La livraison de vaccins en Israël devait initialement avoir lieu en février seulement. Les autorités avaient, ces derniers jours, ralenti le rythme de la campagne de vaccination en raison d’une éventuelle pénurie afin de s’assurer que celles et ceux qui avaient reçu leur première dose pourraient bien se faire injecter la deuxième trois semaines après la première, comme le protocole l’exige.

Mais jeudi Netanyahu a annoncé que Pfizer avait accepté d’envoyer des millions de doses supplémentaires à l’Etat juif, qui sert de « pays modèle » au géant pharmaceutique – en échange de données statistiques sur l’efficacité du vaccin. Netanyahu a ajouté que l’arrivée de ces doses permettrait à Israël d’être le premier pays dans le monde à sortir de la crise sanitaire entraînée par le coronavirus.

Les responsables de la Santé comptent commencer à inoculer à d’autres citoyens la première dose dès mercredi, a noté la Douzième chaîne. Ils espèrent commencer à pouvoir immuniser les personnels enseignants dans quelques jours et à pouvoir s’occuper de l’ensemble des Israéliens âgés de plus de 50 ans très bientôt. Selon la chaîne, les responsables estiment que si les approvisionnements ont bien lieu à la date prévue, la vaccination devrait être ouverte à la population dans son intégralité d’ici deux ou trois semaines.

L’Etat juif aurait été contacté par au moins quatre pays ces derniers jours, dont Chypre et le Danemark, qui ont demandé s’ils pourraient disposer d’une partie des stocks de vaccins du pays. Les autorités israéliennes auraient répondu qu’elles réfléchiraient à la question mais qu’elles ne céderaient pas les précieuses doses à d’autres avant que toute la population locale ne soit vaccinée, selon la Douzième chaîne.

Un employé de Teva au centre logistique de Teva Pharmaceuticals à Shoham, où sont stockés les vaccins contre le coronavirus qui sont ensuite distribués dans tout le pays, le 7 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Au même moment, l’Etat juif doit affronter une nouvelle vague d’infections à la COVID-19 qui, selon les autorités sanitaires, pourrait bien être la pire à s’être abattue sur le pays. Le pays est entré, vendredi, dans un confinement strict, fermant toutes les écoles et les entreprises non-essentielles et donnant pour instruction au public de ne pas s’aventurer à l’extérieur des habitations, sauf pour un certain nombre de besoins essentiels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...