Israël pense que l’infiltration du drone russe était un accident (media)
Rechercher

Israël pense que l’infiltration du drone russe était un accident (media)

Une enquête interne montre que Jérusalem a parlé sept fois aux responsables de l’armée de l’air russe après l’entrée d’un drone dans son espace aérien

Un drone, en juin 2010. Illustration. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)
Un drone, en juin 2010. Illustration. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)

Une enquête interne de l’armée de l’air israélienne a conclu qu’un drone entré dans l’espace aérien israélien le mois dernier a probablement traversé la frontière à cause d’une « erreur humaine », a annoncé lundi le quotidien Haaretz.

Le drone était entré depuis la Syrie dans l’espace aérien israélien le 17 juillet. L’armée israélienne avait tenté d’abattre trois fois l’objet, mais avait échoué.

Le drone appartenait à la Russie, et pas au Hezbollah, comme cela avait initialement été suspecté, a annoncé dimanche Haaretz.

Lundi, le quotidien a annoncé qu’Israël avait parlé sept fois aux opérateurs de l’armée de l’air russe immédiatement après l’incident. Les Russes avaient initialement nié avoir envoyé leur drone, avant de finalement avouer qu’il leur appartenait.

Un missile Patriot (Crédit : autorisation de l'armée de l'air israélienne)
Un missile Patriot (Crédit : autorisation de l’armée de l’air israélienne)

Le drone a été lancé depuis une base contrôlée par la Russie près de Damas. Après sa traversée de la frontière, les responsables israéliens ont très rapidement appelé leurs homologues russes sur la ligne établie entre les deux pays pour se coordonner sur la Syrie. Mais pendant sept appels téléphoniques passés en 20 minutes, les Russes ont maintenu ne pas avoir envoyé de drone en territoire israélien. Après qu’Israël a montré qu’il ne s’agissait pas d’un drone israélien, ordre a été donné de l’abattre.

Israël pense à présent que l’incident était le résultat d’une « erreur humaine », comme l’a souligné la Russie, selon l’article.

Les services militaires israéliens avaient initialement présumé que le Hezbollah, groupe terroriste libanais, était responsable de cette infiltration.

L’unité de défense aérienne de l’armée a tiré deux missiles Patriot sol – air sur le drone, et un missile air – air a également été tiré par un avion de combat israélien.

Les lancements de missiles avaient déclenché les alarmes anti-raid aérien dans le nord d’Israël. Aucune roquette n’avait cependant été tirée en territoire israélien.

Anes al-Naqqash, combattant libanais lié au Hezbollah, avait affirmé à ce moment que le drone avait bien été envoyé par le groupe, et qu’il venait de commencer à photographier des manœuvres militaires dans le Golan quand il avait reçu des tirs et fait demi-tour.

Les forces de sécurité examinent les débris de missiles Patriot tirés contre un drone entré dans l'espace aérien israélien depuis la Syrie, le 17 juillet 2016. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)
Les forces de sécurité examinent les débris de missiles Patriot tirés contre un drone entré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie, le 17 juillet 2016. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

En novembre, Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, avait annoncé qu’un avion russe était entré dans l’espace aérien israélien, mais que le sujet avait été « immédiatement réglé via les canaux de communication » entre les deux pays.

En mars, le roi Abdallah II de Jordanie avait déclaré au Congrès américain que des avions israéliens et jordaniens avaient affronté ensemble des avions russes en janvier sur le sud de la Syrie, et les avaient empêché de traverser leur frontière commune.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...