La seule séquence connue avec Raoul Wallenberg découverte par hasard
Rechercher

La seule séquence connue avec Raoul Wallenberg découverte par hasard

Un chercheur a reconnu le héros de la Shoah suédois qui avait sauvé des dizaines de milliers de Juifs dans un film d'archives anonyme diffusé à la télévision

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Raoul Wallenberg, à droite, avec des juifs à l'ambassade de Suède à Budapest, date non précisée. (Crédit : autorisation de Yad Vashem)
Raoul Wallenberg, à droite, avec des juifs à l'ambassade de Suède à Budapest, date non précisée. (Crédit : autorisation de Yad Vashem)

Une séquence vidéo a été récemment découverte qui permet de voir le héros suédois de l’Holocauste Raoul Wallenberg — l’homme qui allait sauver des dizaines de milliers de Juifs – donnant des instructions à des recrues de l’armée sur un champ de tirs C’est le seul film connu où apparaîtrait cet homme, désigné « Juste parmi les nations ».

Ce film d’archives a été tout d’abord diffusé il y a un mois au cours d’un programme culturel sur la chaîne de télévision publique suédoise SVT, mais cela ne fait qu’une semaine qu’un chercheur a réalisé que l’instructeur supervisant le travail des militaires était effectivement Wallenberg.

C’est la seule vidéo connue de Wallenberg qui, en tant que diplomate en Hongrie, aurait aidé au moins 20 000 Juifs à échapper à l’Holocauste. Il serait mort durant sa captivité aux mains des Soviétiques même si la date de son décès comme le lieu où se reposerait sa dépouille restent inconnus.

Dans ce clip de 25 secondes, Wallenberg est aperçu dans un endroit situé au centre de Stockholm, durant ce qui serait, selon les chercheurs, l’été ou l’automne 1940. Wallenberg, qui aurait été âgé de 29 ans à l’époque, porte un uniforme de l’armée alors qu’il apprend à tirer à ses recrues sur des cibles dans le sous-sol d’un immeuble.

Selon les médias suédois, le film montre un exercice de la garde nationale suédoise, une force de réserve créée en 1940.

Gellert Kovacs, un spécialiste de Wallenberg, a tout d’abord vu la diffusion initiale de la séquence à la télévision et a tout de suite pensé reconnaître Wallenberg. Il a retrouvé la vidéo en ligne et après l’avoir visionnée avec attention, il a conclu que l’homme apparaissant sur les images était, en effet, le célèbre diplomate.

« J’en suis maintenant 100 % sûr – c’est Raoul Wallenberg, » a dit Kovacs à SVT. Il a contacté une autre chercheuse, Susanna Berger, qui a elle aussi apporté sa confirmation.

La soeur de Wallenberg, Nina Lagergren, 96 ans, a indiqué à SVT qu’il « n’y a aucun doute sur le fait » qu’il s’agissait de son frère, en raison de la manière de bouger et de se tenir de l’individu sur les images.

« C’est une expérience pleine d’émotion. C’est magique », a commenté Lagergren, qui n’a jamais revu son frère après 1940, lorsqu’il a disparu après avoir été capturé par l’armée soviétique.

Wallenberg, né en 1912, avait aidé des Juifs à s’échapper de l’Allemagne alors occupée par les nazis en leur donnant des passeports suédois.

Jeune architecte et homme d’affaires, Wallenberg était volontairement parti en Hongrie en 1944 en tant qu’envoyé spécial pour aider les Américains à sauver des Juifs de l’extermination entre les mains de l’Allemagne nazie.

En janvier 1945, alors que les Soviétiques s’étaient engagés dans une bataille longue et sanglante contre les Allemands à Budapest, le diplomate âgé de 32 ans avait été appelé au quartier-général des Russes à Debrecen pour y subir un interrogatoire en raison de soupçons d’espionnage. Personne ne l’avait jamais revu.

Les Soviétiques avaient nié tout d’abord que Wallenberg se trouve sous leur garde, mais, en 1957, ils ont annoncé que l’homme était mort d’une attaque cardiaque en prison, le 17 juillet 1947. Son destin est resté un mystère pendant des décennies. En 2016, 71 ans après sa disparition, les autorités suédoises ont officiellement déclaré sa mort.

De nombreux pays possèdent des monuments commémorant ses actions pendant la guerre – notamment Israël, qui l’a désigné comme étant un « Juste parmi les nations », le plus grand honneur consenti à l’égard des non-Juifs qui ont risqué leurs vies pour sauver des Juifs pendant la Shoah.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...