La Syrie avertit Israël : Nous avons des « surprises » en cas de nouvelle attaque
Rechercher

La Syrie avertit Israël : Nous avons des « surprises » en cas de nouvelle attaque

Le gouvernement syrien a mis en garde Israël dans le cas où d'autres attaques seraient menées dans le pays faisant suite au raid israélien contre des cibles iraniennes en Syrie

Des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne, le 10 février 2018. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)
Des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne, le 10 février 2018. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)

Le gouvernement syrien met en garde Israël de « plus de surprises » s’il lance d’autres attaques dans le pays, à la suite des attaques aériennes de Tsahal contre le régime et les cibles iraniennes en Syrie après qu’un drone iranien a infiltré l’espace aérien israélien au cours du week-end.

« Soyez assuré que l’agresseur sera très surpris parce qu’il a pensé que cette guerre – cette guerre d’usure à laquelle la Syrie a été exposée pendant des années – l’avait rendue incapable de faire face aux attaques », a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères Ayman Sussan lors d’une conférence de presse à Damas selon Reuters.

« Si Dieu le veut, ils auront plus de surprises chaque fois qu’ils tenteront d’attaquer la Syrie », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman arrive à la réunion hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 31 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Plus tôt dans la journée de lundi, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a rompu le silence au sujet des affrontements aériens de ce week-end, déclarant qu’Israël « répondra à toute provocation » et « n’acceptera aucune restriction » de la Russie quant à son objectif de protéger les citoyens israéliens.

« Nous répondrons à toute provocation et défendrons nos intérêts cruciaux en matière de sécurité », a-t-il déclaré à l’hôtel de ville de Kiryat Shmona, lors d’une visite des entreprises de défense dans la région.

« Ce n’est pas le moment d’aboyer, c’est le moment de mordre », a-t-il dit. « Et nous mordons fort. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...