Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

La Ville de Paris rejette les accusations sur des exhumations au cimetière de Pantin

Une vidéo largement diffusée accuse des agents de la ville de Paris d'exhumations sauvages et de vols de bijoux sur des dépouilles juives enterrées à Pantin

Des tombes juives dans le cimetière parisien de Pantin (section 88). (Crédit : Djampa / WikiCommons)
Des tombes juives dans le cimetière parisien de Pantin (section 88). (Crédit : Djampa / WikiCommons)

La vidéo, vue plus d’un million de fois, fait le buzz depuis ce lundi sur les réseaux sociaux. En un peu plus de deux minutes, Pierre Liscia, conseiller régional d’Île-de-France, vif opposant à la maire de Paris Anne Hidalgo et proche de Valérie Pécresse, explique que des exhumations sauvages et des vols de bijoux seraient pratiqués par des fossoyeurs employés par la Ville de Paris au cimetière de Pantin (Seine-Saint-Denis), et que les tombes juives seraient particulièrement visées. Il a ainsi annoncé saisir le procureur.

Pour appuyer ses dires, il présente le témoignage de Didier Decleve, gardien de cimetières et ancien fossoyeur, suspendu depuis juin 2022 selon Le Parisien.

Celui-ci explique que des ossements humains sont régulièrement retrouvés au cimetière de Pantin. Il affirme que, selon la « version officielle de la ville », ceux-ci remonteraient à la surface en raison des « mouvements des sols » ; la « vraie raison » serait elle que les fossoyeurs font des exhumations à la pelleteuse et non à la main, comme l’impose la loi, leur permettant d’aller plus vite et ainsi de toucher davantage de primes.

Ainsi, non seulement ils laisseraient des os derrière eux, en plus d’attenter à la dignité des morts. Aussi, lors des exhumations, certains fossoyeurs s’empareraient selon lui des bijoux et de l’or des morts avant de les revendre (un procès visant quatre hommes dont trois fossoyeurs avait eu lieu en 2018 sur ces faits au cimetière de Pantin, lors duquel ils avaient expliqué « suivre les pratiques qui existaient »).

« La mairie dit que ces pratiques sont définitivement finies, mais je peux vous assurer que non, ça continue », explique Didier Decleve. L’homme dit avoir tenté de prévenir sa hiérarchie, et qu’il a en retour subi « des pressions, des menaces ». « J’ai vraiment l’impression que la ville ne veut vraiment pas que ce scandale éclate, et je ne peux plus me taire », dit-il en conclusion de la vidéo.

En réponse, Paul Simondon, adjoint d’Anne Hidalgo, chargé des finances, du budget, de la finance verte et des affaires funéraires, a tourné à son tour une vidéo, publiée et partagée sur les réseaux sociaux de la Ville de Paris.

Celui-ci a dénoncé des accusations « honteuses » et « mensongères », visant à « chercher le buzz le plus sordide qu’il soit ».

Il a affirmé que les exhumations se faisaient bien à la main, sans pelleteuse, « comme dans tous les cimetières, dans le cadre d’une équipe de plusieurs agents professionnels qui travaillent avec respect bien sûr et sous le contrôle d’agents assermentés ».

« Les dépouilles retrouvées sont collectées bien sûr précieusement dans un reliquaire et transférées ensuite à l’ossuaire situé au cimetière de Thiais », a-t-il expliqué.

Paul Simondon ajoute que les images de la vidéo de Pierre Liscia montrant des pelleteuses au cimetière de Pantin datent de 2018 « dans un contexte qui n’est pas celui d’une exhumation ». Il dénonce ainsi une « pratique manipulatoire qui vise à insinuer une absence d’éthique professionnelle des agents de la Ville de Paris ».

Au sujet des vols de bijoux sur les dépouilles juives, il dénonce des « clichés antisémites à la base de violences et de persécutions depuis des siècles », qui voudraient que les Juifs possèdent de l’or et des fortunes. « Non, il n’y a pas de trésor dans les tombes, c’est scandaleux de le laisser penser », conclut-il, ajoutant travailler avec le Consistoire de Paris « dans le respect des convictions de chaque famille pour que les opérations d’inhumation et d’exhumation se fassent de la manière la plus digne et la plus respectueuse possible ». Il a annoncé le dépôt d’une plainte suite aux accusations relayées.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, a lui aussi dénoncé des « accusations scandaleuses, fausses et intolérables ».

Penelope Komites-Valadares, adjointe à la maire de
Paris, a elle réagi en tentant de discréditer Didier Decleve, rapportant qu’il avait publié du contenu en soutien à Dieudonné sur Facebook.

« Tout est faux dans ces accusations », a réagi Bernard Jomier, sénateur écologiste de Paris. « Vouloir un buzz sur le dos de défunts atteint un sommet d’ignominie, Pierre Liscia. Vous êtes indigne de vos fonctions d’élu et j’espère que Rachida Dati et Valérie Pécresse vont prendre leurs distances. »

Haïm Korsia, grand rabbin de France, a lui aussi démenti les accusations de Pierre Liscia et a par la suite partagé la vidéo de Paul Simondon.

« Après échange avec le directeur de cabinet d’Anne Hidalgo et deux entreprises funéraires juives, je peux vous confirmer que les exhumations des cercueils – quand elles doivent avoir lieu – ne se font qu’à la main, dans le respect de la dignité de nos défunts et en conformité avec la Halakha », a écrit le responsable religieux.

Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, a lui voulu « rassurer la communauté juive » à l’antenne de RCJ, expliquant que ses services n’ont « jamais eu de remontées de plaintes concernant les tombes juives sur des dépouillements ».

Le député Meyer Habib a lui affirmé avoir saisi le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Interrogé par BFM Paris Ile-de-France, Pierre Liscia s’est dit « surpris de la réaction de la ville de Paris qui nie tout en bloc dans la mesure où il y a plusieurs éléments qui corroborent la version » de Didier Decleve. D’autres agents municipaux ont ainsi témoigné.

En effet, dans un document datant de septembre dernier transmis par Pierre Liscia, un autre agent évoque lui aussi auprès de l’inspection générale des cimetière de Paris les faits dénoncés.

« J’ai peur en exhumation car on sort les ossements avec la pelleteuse et ce n’est pas conforme. J’ai des collègues qui parlent d’argent tout le temps. Moi, je propose que l’on fasse un forfait pour éviter ce système de prime », indique le document.

Invité ce mardi matin de Sud Radio, Pierre Liscia a réaffirmé ses accusations malgré les démentis de la ville de Paris ce lundi, rapportant les témoignages récoltés.

Déjà, en 2020, suite à des ossements trouvés à la surface et à un reportage de France 3, la mairie de Paris avait réfuté tout défaut d’entretien.

Le cimetière de Pantin, rattaché administrativement à Paris, est le plus grand de France. Il a été ouvert en 1886 et totalise près de 200 000 sépultures. Un million de personnes y ont été enterrées depuis sa création et 5 000 inhumations y ont lieu chaque année.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.