Rechercher

L’activiste agressé par un soldat à Hébron dit avoir été assigné à résidence

Il a indiqué avoir été banni de la ville de Cisjordanie ; trois membres de Breaking the Silence sont soupçonnés d'avoir attaqué un responsable public

Un soldat israélien frappe un activiste de gauche à Hébron, en Cisjordanie, le 25 novembre 2022. (Crédit : Breaking the Silence)
Un soldat israélien frappe un activiste de gauche à Hébron, en Cisjordanie, le 25 novembre 2022. (Crédit : Breaking the Silence)

Un activiste de gauche qui a été agressé par un soldat israélien à Hébron, une ville de Cisjordanie, dans la journée de vendredi serait banni de la localité pour une période de quatorze jours et il aurait été assigné à résidence pendant cinq jours.

Les trois activistes du groupe d’extrême-gauche Breaking the Silence auraient été interrogés par la police à plusieurs reprises depuis vendredi pour leur implication dans une altercation violente avec les soldats qui étaient stationnés dans cette ville en proie à de vives tensions, a fait savoir le quotidien Haaretz.

L’article publié dimanche par le journal a indiqué que deux des activistes – notamment celui qui a été frappé par un militaire – sont soupçonnés d’avoir attaqué un responsable public et d’avoir eu des comportements susceptibles de troubler l’ordre public. L’activiste qui a été battu aurait tenté d’échapper à son arrestation, affirme la police.

Un troisième activiste qui était présent pendant l’incident a aussi été banni de la ville pour une période de deux semaines, sans faire pour autant l’objet d’une assignation à résidence. Les téléphones portables des membres du groupe auraient été confisqués par les forces de l’ordre.

Sur des images partagées par Breaking the Silence, une ONG d’extrême gauche qui recueille des témoignages majoritairement anonymes d’anciens soldats sur des violations présumées faites aux droits de l’Homme contre les Palestiniens et qui médiatise ensuite ces témoignages, un soldat jette violemment un activiste au sol et le frappe au visage.

L’activiste souffre d’une fracture à la tête en résultat, a indiqué Haaretz.

La police accuse les activistes d’avoir violé une ordonnance militaire en étant entrés dans un territoire placé sous le contrôle des Palestiniens, a fait savoir Gonen Ben Itzhak, un avocat représentant l’homme qui a été frappé.

Ce dernier a déclaré qu’il s’était rendu dans cette ville majoritairement palestinienne avec un groupe d’activistes et qu’il n’avait pas connaissance des restrictions imposées. Breaking the Silence a indiqué, pour sa part, que ses membres étaient venus à Hébron pour y rencontrer des familles palestiniennes locales.

Ben Itzhak a précisé que son client niait avoir agressé le soldat. Riham Nassra, l’avocate des deux autres activistes, a affirmé que la police tentait d’incriminer ces derniers malgré les éléments clairs qui montrent que ce sont les militaires qui s’en sont initialement pris à eux.

« Malgré des vidéos qui révèlent clairement qui a été l’agresseur et qui a été la victime, les deux activistes ont été interrogés de manière approfondie. La police a ajouté de nouvelles accusations avec l’intention évidente de faire passer les victimes pour les coupables et de ternir l’image d’un combat non-violent. L’un de ces hommes a été bousculé à plusieurs occasions et il a été assigné à résidence dans la foulée, » a expliqué Nassra.

« Apparemment, l’état d’esprit du ministre désigné se fait déjà ressentir sur le terrain », a-t-elle ajouté, se référant à la nomination prochaine du député d’extrême-droite Itamar Ben Gvir au poste de ministre de la Sécurité nationale.

Dans une autre vidéo, un militaire de la même unité fait face à un activiste et vante le député extrémiste de droite, Itamar Ben Gvir.

« Ben Gvir va enfin régler les choses ici », estime le militaire. « C’est comme ça, vous avez perdu… fini la rigolade », raille-t-il.

Pour leur part, les avocats représentant les soldats ont appelé les autorités judiciaires à entamer des poursuites contre les activistes.

« L’image dépeinte n’est que partielle et elle est manipulatrice. Le soldat essayait d’arrêter un citoyen après que ce dernier et d’autres sont intervenus dans l’exercice de leur mission, insultant et attaquant les militaires », a dit l’avocat Adi Keidar.

Suite à l’incident survenu vendredi, l’armée israélienne a annoncé que deux soldats impliqués dans l’incident, qui appartiennent à la brigade d’infanterie Givati, avaient été suspendus. Le militaire qui apparaît en train de frapper l’activiste dans la vidéo a écopé d’une suspension de vingt-huit jours. Il est difficile de dire combien de temps l’autre soldat a été suspendu.

Photo d’illustration : Des soldats israéliens se préparent pendant des affrontements avec des Palestiniens dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 12 mai 2021. (Crédit : Wissam Hashlamoun/Flash90)

« Ce sont des faits très graves », a commenté le général Israel Ziv, ancien responsable de l’administration des Opérations de l’armée. « Une fois que vous enfilez l’uniforme, vous devenez une entité officielle, soumise à l’autorité et il est attendu de vous que vous fassiez votre devoir sur la base des ordres donnés non sur la base de votre jugement personnel », a-t-il expliqué au micro de la station de radio Kan, dimanche.

Également interrogé par Kan, le père du soldat qui a frappé l’activiste a estimé que son fils était « un héros ».

« Tous les soldats qui étaient présents pendant l’incident sont des héros », a-t-il dit. « Cela fait plus de six mois que nous voyons leurs activités à Hébron, que nous sommes témoins de leurs efforts. Malheureusement, des anarchistes ont décidé de venir les importuner alors qu’ils effectuaient l’œuvre de Dieu… Ils sont venus les harceler mais cela, on ne le voit pas dans les vidéos ».

Emanuel Fabian et Tobias Siegal ont contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.