Rechercher

L’agent pénitentiaire qui aurait « prostitué » des soldates à des terroristes licencié

Selon les premières allégations, en 2018, l'agent de Gilboa avait "prostitué" des soldates à des détenus palestiniens ; l'affaire avait été classée pour manque de preuves

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un gardien de prison dans une tour de surveillance à la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Flash90)
Un gardien de prison dans une tour de surveillance à la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, a approuvé mardi le licenciement d’un agent pénitentiaire à la suite d’allégations selon lesquelles il aurait, il y a quelques années, « prostitué » des gardiennes de la prison de Gilboa à des détenus terroristes palestiniens afin d’obtenir des concessions de la part des prisonniers.

En 2018, une première allégation avait été faite par des femmes soldats selon laquelle elles avaient été forcées d’avoir des contacts rapprochés avec des prisonniers en guise de marchandage sexuel, suite auxquels les soldates avaient été harcelées et agressées, mais l’affaire a été classée en raison d’un manque de preuves.

En décembre, les procureurs de l’État ont ordonné à la police de rouvrir l’enquête et la chef de l’administration pénitentiaire israélienne (IPS), Katy Perry, a ordonné le début d’une procédure visant à renvoyer l’agent de renseignement de la prison, Rani Basha, qui avait été impliqué dans l’affaire.

« Vu les circonstances de l’affaire, la nature des actes que l’agent a admis, et les [preuves] existantes contre lui au niveau pénal, je voudrais approuver votre décision de licencier Basha, en raison d’une violation grave de ses devoirs en tant que gardien de prison, et en raison de son inaptitude à poursuivre ses fonctions dans l’organisation », a écrit Barlev – qui supervise l’IPS – dans une lettre à Perry, publiée par le site d’information Ynet.

Il ajoute que la décision a été prise en partie « pour éviter que la confiance du public ne soit sérieusement endommagée ».

Basha est en congé depuis novembre de l’année dernière, suite aux révélations explosives de Freddy Ben Shitrit, le directeur de la prison dans le nord d’Israël, concernant les allégations, qui ont convaincu les procureurs de l’État d’ordonner à la police de rouvrir l’enquête.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...