Rechercher

L’AIPAC obtient des résultats mitigés malgré les fonds investis dans les primaires

Les candidats soutenus par l'AIPAC et la DMFI remportent des victoires décisives en Caroline du Nord, mais le progressiste Lee résiste, a priori, au centriste Irwin en Pennsylvanie

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Summer Lee, représentante de l'État, qui cherche à obtenir l'investiture du Parti démocrate pour le 12e district du Congrès américain en Pennsylvanie, parle à des partisans avant d'être soutenue par le sénateur Bernie Sanders, I-Vt, lors d'une étape de campagne à Pittsburgh, Pennsylvanie, le 12 mai 2022. (Crédit: AP/ Rebecca Droke)
Summer Lee, représentante de l'État, qui cherche à obtenir l'investiture du Parti démocrate pour le 12e district du Congrès américain en Pennsylvanie, parle à des partisans avant d'être soutenue par le sénateur Bernie Sanders, I-Vt, lors d'une étape de campagne à Pittsburgh, Pennsylvanie, le 12 mai 2022. (Crédit: AP/ Rebecca Droke)

Les groupes pro-israéliens ont remporté un certain nombre de victoires pour les candidats démocrates centristes qu’ils soutenaient lors des primaires de mardi soir aux États-Unis, bien que ces groupes semblent prêts à accuser une défaite majeure après avoir dépensé des sommes sans précédent pour battre un candidat démocrate progressiste.

Les courses à la Chambre des représentants en Caroline du Nord et en Pennsylvanie ont été considérées comme les premiers tests du nouveau comité d’action politique de l’AIPAC, qui a injecté des fonds dans des courses disputées entre des candidats progressistes, de plus en plus critiques à l’égard d’Israël, et des adversaires modérés, qui suivent une ligne plus traditionnelle de soutien à l’État juif.

Il est difficile de considérer les millions de dollars collectés – par le PAC United Democracy Project (UDP) de l’AIPAC, ainsi que par le plus petit PAC appartenant à la Majorité démocratique pour Israël (DMFI), légèrement plus à gauche – comme le facteur décisif dans l’une ou l’autre des courses. Cependant, nombreux sont ceux qui le présentent ainsi, ravivant ainsi le débat sur les lois relatives au financement des campagnes.

1er district de Caroline du Nord

Le démocrate centriste Don Davis a confortablement battu la progressiste Erica Smith par 64,2 % contre 31,1 %, avec 99 % des votes comptés dans la primaire démocrate. Davis a bénéficié d’un soutien de 2,4 millions de dollars de l’UDP et de 437 000 dollars du DMFI PAC.

Davis a grandement évité de s’exprimer publiquement sur le conflit israélo-palestinien. Les soutiens qu’il a reçus de groupes pro-israéliens semblent avoir plus à voir avec son adversaire, qui est soutenue par J Street et a fait plusieurs remarques critiques sur le traitement des Palestiniens par Israël, en plus d’avoir voté contre un projet de loi visant les boycotteurs d’Israël lorsqu’elle était au Sénat de l’État de Caroline du Nord.

Le sénateur d’État Don Davis, D-Greene, prête serment dans la chambre du Sénat alors que les législateurs se rassemblent pour le début de la session législative 2017 à l’Assemblée générale de Caroline du Nord à Raleigh, le 11 janvier 2017. (Crédit : AP Photo/Gerry Broome/File)

Après avoir supprimé un certain nombre de tweets qu’elle avait postés sur le conflit israélo-palestinien, Smith a été plus prudente sur la façon dont elle a formulé sa critique des PAC qui travaillent contre elle, évitant de les mentionner par leur nom ou même de mentionner Israël.

« En matière des ‘dessous de table’ du PAC qui inondent le NC01 de mensonges », a-t-elle tweeté la semaine dernière. « Vous pouvez peut-être m’incriminer avec vos mensonges amers et tordus, me rouler dans la poussière, mais tout comme la poussière, **nous** nous relèverons. »

Mais la campagne du progressiste, qui s’est vanté de ne pas avoir reçu d’argent du PAC, est restée bien en deçà.

Dans une déclaration félicitant Davis, la DMFI a déclaré : « Les habitants de Caroline du Nord, et le pays dans son ensemble, seront bien servis avec le sénateur Davis – un ancien combattant, un ancien éducateur et un pasteur – au Congrès, qui se bat pour nos priorités démocrates, incluant une relation forte entre les États-Unis et Israël. »

Le 4e district de Caroline du Nord

La sénatrice d’État Valerie Foushee, soutenue par l’AIPAC et le DMFI, a battu le commissaire du comté de Durham Nida Allam, qui était le premier musulman élu à une fonction publique en Caroline du Nord.

Avec 99 % des votes comptés, Foushee a obtenu 46,15 %, contre 36,92 % pour Allam et 7,37 % pour Clay Aiken, ancien finaliste de « American Idol ».

Fervente progressiste, Allam s’est faite particulièrement remarquée par son soutien aux droits des Palestiniens, déclarant en mai dernier, lors de la guerre de Gaza, que l’aide américaine à Israël « est utilisée pour opprimer le peuple palestinien ».

Foushee a réussi à un moment donné à obtenir le soutien du North Carolina Progressive Caucus, mais ce dernier a annoncé le mois dernier qu’il retirait son soutien en raison des dons qu’elle avait acceptés de l’AIPAC.

« Le soutien de l’AIPAC aux opposants et l’adhésion de la sénatrice Foushee à l’AIPAC sont contraires à nos valeurs », a déclaré le caucus dans un communiqué, faisant référence au soutien apporté par le lobby pro-israélien à des dizaines de Républicains qui ont voté en faveur de l’annulation de l’élection du président américain Joe Biden.

L’UDP de l’AIPAC a versé 2,1 millions de dollars au nom de Foushee et le DMFI PAC a complété cette somme par 290 000 dollars de son côté. Elle a également reçu le soutien du PAC féministe Emily’s List et du Congressional Black Caucus. Elle se dirige maintenant vers l’élection générale visant à remplacer le représentant David Price, qui prend sa retraite après 25 ans au Congrès.

Le 12e district de Pennsylvanie

Alors qu’elle ne menait que par 446 voix, avec 94 % des résultats, la représentante progressiste Summer Lee a déclaré sa victoire sur le centriste Steve Irwin, un avocat juif de Pittsburgh.

Irwin n’a pas encore concédé sa défaite, bien que les experts aient spéculé qu’il lui serait très difficile de surmonter l’avance de Lee.

Pendant des mois, Lee a été considéré comme le favori, avant que l’AIPAC ne commence à déverser des sommes d’argent sans précédent dans la course, en grande partie dans des publicités offensives contre le progressiste qui a bénéficié du soutien du sénateur Bernie Sanders et de la représentante Alexandria Ocasio-Cortez.

L’AIPAC a dépensé 2,7 millions de dollars pour le compte d’Irwin et la DMFI a injecté 403 000 dollars supplémentaires.

Steve Irwin, candidat démocrate pour le 12e district du Congrès de Pennsylvanie, parle à des partisans lors d’un événement de campagne, le 14 mai 2022, à Pittsburgh. (Crédit : AP Photo/Rebecca Droke)

Les groupes pro-israéliens ont dépeint Lee comme hostile aux relations entre les États-Unis et Israël. Si la socialiste démocrate a soutenu le droit d’Israël à exister et s’est abstenue de soutenir le mouvement BDS contre Israël, elle s’est élevée contre l’État juif à plusieurs reprises.

« Lorsque j’entends des [politiciens] américains utiliser le refrain ‘Israël a le droit de se défendre’ en réponse à des atrocités indéniables commises sur une population marginalisée, je ne peux m’empêcher de penser à la façon dont l’Occident a toujours justifié une force et un pouvoir aveugles et disproportionnés sur des personnes affaiblies et marginalisées », a-t-elle tweeté pendant la guerre de Gaza en mai dernier.

Le mois dernier, Lee a appelé l’AIPAC de nombreuses manières, sauf par son nom, en tweetant que « pendant deux semaines consécutives, j’ai été la cible de la campagne de haine la plus coûteuse de tous les candidats en lice, par un PAC qui sponsorise des Républicains favorables à l’insurrection ».

« Et ces Démocrates [de l’establishment] qui jurent qu’ils croient que les femmes noires ‘méritent un siège à la table’ sont restés silencieux », a-t-elle ajouté, déplorant les « attaques racistes à peine subtiles » à son encontre.

Si elle est élue, Lee, âgée de 34 ans, sera la première députée noire de Pennsylvanie.

Le sénateur Bernie Sanders (I-Vt), à gauche, soutient la représentante de l’État de Pennsylvanie Summer Lee, au centre, qui cherche à obtenir l’investiture du Parti démocrate pour le 12e district du Congrès américain de Pennsylvanie, lors d’un arrêt de campagne à Pittsburgh, le 12 mai 2022. (Crédit : AP Photo/Rebecca Droke)

Autres courses clés

Le lieutenant-gouverneur de Pennsylvanie, John Fetterman, a devancé le représentant Conor Lamb dans la primaire démocrate du Sénat de l’État, obtenant par la suite le soutien du président Biden et de la DMFI, alors qu’il vise à prendre le siège du sénateur républicain Pat Toomey qui prend sa retraite.

La DMFI n’a pas soutenu de candidat lors de la primaire, mais a déclaré par la suite que Fetterman « est un fier progressiste pro-israélien, et nous sommes convaincus qu’il a les qualifications, l’expérience et le caractère requis pour faire appel à tous les Pennsylvaniens afin de battre n’importe quel candidat extrême, antidémocratique et partisan de Trump que les Républicains désigneront ».

Mercredi après-midi, l’identité de l’adversaire de Fetterman n’était pas claire, les candidats républicains étant trop serrés pour qu’on puisse le départager. Le Dr. Mehmet Oz, soutenu par Trump, a obtenu 31,3 % des voix contre 31,1 % pour le gestionnaire de fonds spéculatifs Dave McCormick, avec 95 % des voix comptées. La loi de la Pennsylvanie exige un recomptage automatique lorsque les résultats sont inférieurs à 0,5 %.

En Caroline du Nord, le sénateur d’État Chuck Edwards a battu le représentant Madison Cawthorn, rongé par les scandales, dans la primaire républicaine du 11e district, plusieurs semaines après que l’establishment du GOP se soit retourné contre le législateur de première année, faisant une campagne acharnée pour le priver de réélection.

Morgan McGarvey, soutenu par l’AIPAC et la DMFI, a confortablement gagné sa bataille primaire démocrate pour remplacer le représentant juif John Yarmuth qui prend sa retraite.

Le lieutenant-gouverneur de Pennsylvanie, John Fetterman, qui se présente à l’investiture démocrate pour le Sénat américain pour la Pennsylvanie, salue ses partisans lors d’une étape de campagne, le 10 mai 2022, à Greensburg, en Pennsylvanie. (Crédit : AP Photo/ Keith Srakocic)

Bien qu’ils n’aient pas réussi à remporter les primaires de mardi, l’AIPAC et la DMFI ont publié des déclarations exprimant leur satisfaction quant aux résultats.

Ces campagnes gagnantes envoient un message clair : soutenir les relations entre les États-Unis et Israël est à la fois une bonne politique et un bon choix », a déclaré l’UDP.

Un porte-parole de l’AIPAC a souligné « l’impact significatif » que son PAC et son super PAC ont eu sur la courte période qui a suivi leur création en décembre dernier.

L’aile progressiste de l’AIPAC, J Street, a tiré la sonnette d’alarme contre les dépenses du lobby rival.

« Ce type de dépenses extérieures écrasantes – motivées par un programme de politique étrangère de droite et belliciste qui est complètement déconnecté de la plupart des électeurs démocrates – remet profondément en cause les fondements du système politique américain. La nouvelle stratégie politique de l’AIPAC constitue un test profond pour la santé de la démocratie américaine », a déclaré le président de J Street, Jeremy Ben-Ami.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...