Rechercher

L’AIPAC soutiendra Liz Cheney, qui avait critiqué certains soutiens du groupe

La précédente décision du groupe de l'exclure de la liste avait interrogé ; l 'AIPAC a rappelé faire son choix en fonction du positionnement des politiciens vis-à-vis d'Israël

La vice-présidente Liz Cheney, Représentante du Wyoming, au Capitole à Washington, DC, le 4 avril 2022. Cheney a recueilli près de 3 millions de dollars en contributions de campagne au cours des trois premiers mois de l’année de mi-mandat, a déclaré son responsable de campagne le 11 avril 2022. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite, Dossier)
La vice-présidente Liz Cheney, Représentante du Wyoming, au Capitole à Washington, DC, le 4 avril 2022. Cheney a recueilli près de 3 millions de dollars en contributions de campagne au cours des trois premiers mois de l’année de mi-mandat, a déclaré son responsable de campagne le 11 avril 2022. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite, Dossier)

WASHINGTON (JTA) – Le comité d’action politique de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) soutient Liz Cheney, la représentante républicaine du Wyoming qui avait critiqué le groupe qui, selon elle, s’était rendu coupable de soutenir ses collègues du GOP [Grand Old Party, dénomination du Parti Républicain aux États-Unis] qui s’étaient opposés à la confirmation de l’élection de Joe Biden à la présidence.

« Le PAC de l’AIPAC est fier de soutenir Liz Cheney », a déclaré le PAC vendredi sur Twitter. « Nous apprécions à sa juste valeur le soutien fort et inébranlable qu’elle a témoigné à l’égard de la relation américano-israélienne tout au long de sa carrière au sein de la fonction publique. »

L’AIPAC avait annoncé la semaine dernière soutenir des candidats des deux partis dans la plupart des élections qui se tiendront à l’échelle nationale. Et, au mois de novembre, auront lieu 326 des 435 élections à la Chambre et 34 élections sénatoriales.

Jusqu’à présent, le nom de Cheney ne figurait pas sur la liste. Son absence avait suscité bien des interrogations, car Cheney a été une personnalité pro-israélienne de premier plan depuis l’administration de George W. Bush, alors que son père était vice-président et qu’elle occupait un poste de haut-responsable sur les questions relatives au Moyen-Orient au sein du Département d’État.

Cheney est également rejetée par une grande partie des membres de son parti, en raison de son poste de coprésidente d’une commission d’enquête du Congrès chargée d’examiner l’insurrection du 6 janvier 2021 au Capitole qui avait été menée par des partisans de l’ex-président américain Donald Trump qui avaient cherché à perturber la confirmation de l’élection de Biden. (Trump soutient d’ailleurs son principal adversaire.)

Elle avait été parmi ceux qui avaient critiqué le PAC pour avoir inclus, dans la première liste des candidats auxquels le groupe apportait son soutien, des dizaines de Républicains qui avaient refusé de confirmer Biden dans le sillage de l’insurrection meurtrière encouragée par les affirmations fallacieuses de Trump, qui n’avait cessé d’affirmer qu’il avait remporté le scrutin.

« Ceux qui, parmi nous, qui n’ont jamais faibli dans leur soutien à Israël ou dans la lutte contre l’antisémitisme aux États-Unis et dans le monde veulent que les membres de l’AIPAC sachent que vous jouez un jeu politique dangereux », avait-t-elle écrit sur Twitter en mars.

Le PAC de l’AIPAC avait répondu à ses critiques – et à d’autres –, affirmant fonder ses soutiens sur la seule base du positionnement des candidats à l’égard d’Israël, avec l’esprit bipartisan dont l’AIPAC se prévaut depuis fort longtemps.

« Comme nous l’avons déjà indiqué, les décisions concernant les contributions que nous apportons par le biais de notre PAC font partie d’un processus permanent qui se poursuivra tout au long du cycle électoral de 2022 », a déclaré le porte-parole de l’AIPAC, Marshall Wittmann, dans un courriel.

« Nous apprécions à sa juste valeur le soutien fort et inébranlable de la représentante Cheney à la relation américano-israélienne, tout au long de sa carrière dans la fonction publique. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...