Rechercher

L’Allemagne limoge son chef de la cyber-sécurité pour liens présumés avec la Russie

Plusieurs organes de presse s'étaient fait l'écho de l a proximité d'Arne Schönbohm avec une association elle-même soupçonnée de contacts avec des services de renseignement russes

Arne Schoenbohm, alors président de l'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information, (BSI) présentant le rapport sur l'état de la sécurité informatique en Allemagne, le 20 octobre 2020. (Crédit : Bernd Von Jutrczenka/Pool/AFP)
Arne Schoenbohm, alors président de l'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information, (BSI) présentant le rapport sur l'état de la sécurité informatique en Allemagne, le 20 octobre 2020. (Crédit : Bernd Von Jutrczenka/Pool/AFP)

Le chef de l’agence allemande de cybersécurité, Arne Schönbohm, a été démis de ses fonctions avec effet immédiat, a annoncé mardi un porte-parole du ministère de l’Intérieur, après des révélations de médias faisant état de ses liens avec la Russie.

Arne Schönbohm était sur la sellette depuis que plusieurs organes de presse s’étaient fait l’écho de sa proximité avec une association de conseil en cyber-sécurité, elle-même soupçonnée de contacts avec des services de renseignement russes.

« Les allégations bien connues et largement discutées dans les médias ont définitivement endommagé la confiance nécessaire du public en la neutralité et l’impartialité » du président de la plus importante autorité de cyber-sécurité d’Allemagne, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

« Cela est d’autant plus vrai dans la situation de crise actuelle concernant la guerre hybride russe », a-t-il ajouté.

Le ministère précise qu’un examen de ces allégations est en cours. « Dans l’attente de la conclusion de cet examen, la présomption d’innocence s’applique naturellement à la personne de M. Schönbohm », ajoute le ministère.

Ce limogeage intervient à un moment où l’Allemagne est sur le qui-vive face à d’éventuels actes de sabotage de Moscou. Après les fuites dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2 construits pour acheminer le gaz russe en Europe, ce pays a subi le 8 octobre dernier un sabotage ferroviaire de grande ampleur, pour lequel certains ont évoqué la piste russe dans le contexte de la guerre en Ukraine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...