L’AP place un village sous confinement après 3 nouveaux cas de coronavirus
Rechercher

L’AP place un village sous confinement après 3 nouveaux cas de coronavirus

Les forces de sécurité ont demandé aux habitants de Beit Sahour de rester chez eux sauf en cas d'absolue nécessité ; ces cas sont des patients qui ont violé la quarantaine

Un petit groupe de fidèles assiste à la messe dans une église orthodoxe de Beit Sahour, près de la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 8 mars 2020. (Crédit : Musa Al Shaer/AFP)
Un petit groupe de fidèles assiste à la messe dans une église orthodoxe de Beit Sahour, près de la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 8 mars 2020. (Crédit : Musa Al Shaer/AFP)

Le gouverneur de l’Autorité palestinienne (AP) à Bethléhem Kamel Hamid, a ordonné mardi le confinement partiel du village voisin de Beit Sahour, selon le site de l’AP Wafa, après la confirmation de 3 cas de coronavirus.

Dans une vidéo diffusée sur Palestine TV, la chaîne officielle de l’AP, on peut voir des policiers utiliser des hauts-parleurs pour dire aux résidents de rester chez eux, à moins que leur sortie ne soit absolument nécessaire.

Le porte-parole du l’AP Ibrahim Milhem, a déclaré que les trois personnes contaminées, deux femmes et un homme, étaient en quarantaine, mais que l’un d’eux ne s’est pas conformé aux restrictions.

Milhem a également déclaré que les enquêtes menées indiquaient qu’ils ont été contaminés à cause de la personne qui n’a pas respecté les conditions de sa quarantaine, sans donner plus de détails.

Les autorités palestiniennes ont déclaré mardi soir qu’au total, 44 personnes étaient infectées en Cisjordanie, dont 40 personnes dans la région de Bethléhem, et quatre dans d’autres villes. Cependant, l’état de 20 personnes s’améliore.

Peu après que les autorités sanitaires palestiniennes ont confirmé les premiers cas en Cisjordanie, le président de l’AP Mahmoud Abbas avait déclaré l’état d’urgence pour 30 jours.

Des policiers palestiniens participent à une formation à leur siège de Hébron, en Cisjordanie, le 30 janvier 2019. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Le Premier ministre de l’AP Mohammed Shtayyeh avait déclaré que personne n’était autorisé à entrer ou à quitter Bethléem, y compris Beit Sahour, sauf en cas d’urgence.

Beit Sahour est un village à majorité chrétienne, et abrite de nombreux lieux saints chrétiens.

Mardi, Shtayyeh a annoncé que les déplacements entre Israël et la Cisjordanie seraient suspendus dans trois jours, selon Wafa.

Il a également suggéré que les autorités palestiniennes et israéliennes avaient convenu que les Palestiniens qui travaillent en Israël prennent des mesures pour dormir dans l’Etat hébreu avant la fin de ces trois jours, indiquait le rapport de Wafa.

« Le gouvernement a décidé de donner 3 jours aux travailleurs palestiniens en Israël pour régler leurs affaires et trouver un endroit où dormir, sur leur lieu de travail, en coordination avec leurs employeurs », a déclaré Shtayyeh à la commission chargée de prévenir la propagation du coronavirus selon Wafa.

Shtayyeh s’est exprimé après que le bureau du ministre de la Défense Naftali Bennett a ordonné que seuls les travailleurs palestiniens de certains secteurs « essentiels » soient autorisés à entrer. Il s’agit notamment des soins de santé, de l’agriculture et de la construction, et pourrait inclure d’autres secteurs au cas par cas.

Un policier palestinien livre des fournitures à un hôtel dont le personnel a été testé positif au coronavirus à Bethléem, en Cisjordanie, le 6 mars 2020. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

Entre 60 et 70 000 Palestiniens ont pu entrer en Israël et passer un à deux mois sur son territoire, a déclaré au Times of Israël un responsable de la sécurité israélienne, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat.

Les travailleurs palestiniens âgés de plus de 50 ans ou ceux venant de Bethléem ne seront pas autorisés à entrer en Israël, a déclaré le responsable.

Des dizaines de milliers de Palestiniens travaillent régulièrement dans divers domaines en Israël, tels que la construction, l’agriculture et la santé, entre autres.

Ils contribuent mensuellement à hauteur de centaines de millions de shekels à l’économie palestinienne.

Assaf Adiv, le directeur exécutif de Wac Maan, un syndicat qui représente les travailleurs israéliens et palestiniens, a déclaré qu’un certain nombre de Palestiniens seraient logés dans des appartements inachevés, tandis que d’autres passeraient leurs nuits dans des logements loués ou des espaces vides dans des usines.

Shtayyeh a également appelé les Palestiniens qui travaillent dans les implantations de Cisjordanie à ne pas se rendre sur leur lieu de travail « par souci pour leur bien-être ainsi que celui de leur famille et de leur peuple », indique le rapport Wafa, ajoutant que de nombreux Israéliens résidents dans les implantations ont été diagnostiqués porteurs du virus.

Le responsable israélien de la sécurité a déclaré que les travailleurs palestiniens des « secteurs essentiels » seraient autorisés à se rendre sur leur lieu de travail dans les implantations et à rentrer chez eux le même jour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...