Lapid : Israël ne doit pas accueillir de réfugiés syriens
Rechercher

Lapid : Israël ne doit pas accueillir de réfugiés syriens

Pour le chef de Yesh Atid, les organisations de gauche espèrent absorber les Syriens pour créer un précédent applicable aux Palestiniens

Yair Lapid, président de Yesh Atid ,le 11 février 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Yair Lapid, président de Yesh Atid ,le 11 février 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le chef de Yesh Atid, Yair Lapid, a exprimé son opposition samedi à la possibilité qu’Israël absorbe des réfugiés de la guerre civile en Syrie. Il a souligné que l’Etat juif ne doit pas prendre des mesures qui pourraient à l’avenir légitimer l’application du droit au retour des Palestiniens.

« Israël, malheureusement, ne peut pas se permettre de s’impliquer dans la question de la crise des réfugiés, c’est une question européenne et nous n’avons aucune raison d’en faire partie, » a dit Lapid lors d’une manifestation culturelle à Beer Sheva, selon Haaretz.

« Je n’ouvrirai pas de porte pour discuter du droit au retour des Palestiniens », a-t-il poursuivi, ajoutant que la gauche israélienne tient à absorber les réfugiés en provenance de Syrie afin de créer un précédent qui pourrait ensuite être appliqué aux Palestiniens.

« Il y a une raison pour laquelle toutes les organisations de gauche soutiennent la question des réfugiés, car ensuite elles diront, ‘dans ce cas, vous permettez l’entrée à des non-Juifs’ », a déclaré le chef de Yesh Atid, cité par Haaretz.

« Israël s’est efforcé de ne pas être impliqué dans les événements en Syrie, et maintenant nous voudrions ouvrir une porte arrière qui nous mêlerait à cette guerre ? », a interrogé Lapid.

Samedi, le leader de l’opposition, Isaac Herzog, a déclaré qu’Israël avait le devoir d’accueillir des réfugiés en provenance de Syrie. « Je parlais avec le chef de l’opposition syrienne [en Europe], Kamel Labwani.

Il incombe à Israël d’accueillir des réfugiés de guerre et de faire pression pour la mise en place d’une conférence internationale d’urgence sur la question, a dit le président de l’Union sioniste, selon la Dixième chaîne.

« Les Juifs ne peuvent pas être apathiques lorsque des centaines de milliers de réfugiés sont à la recherche d’un refuge, » a-t-il poursuivi, se référant à la situation des Juifs d’Europe pendant l’Holocauste.

Le dirigeant syndical sioniste Isaac Herzog parle au cours d'une réunion du parti à la Knesset le 27 juillet, 2015. (Yonatan Sindel / Flash90)
Le dirigeant syndical sioniste Isaac Herzog parle au cours d’une réunion du parti à la Knesset le 27 juillet, 2015. (Yonatan Sindel / Flash90)

Le membre du parti de Lapid, le député Elazar Stern, a fait un appel similaire jeudi, appelant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à accueillir un nombre limité de Syriens fuyant les combats, lui demandant « de les sauver, mais aussi [de transmettre] un message à nos propres enfants ».

« Je vous demande de faire ce que [l’ancien Premier ministre Likud Menahem] Begin a fait et d’accueillir en Israël un nombre limité de réfugiés syriens, » a-t-il dit, se référant à la décision de Begin d’accorder la citoyenneté à 66 Vietnamiens qui fuyaient le régime communiste.

« Je pense que l’Etat d’Israël, en raison des leçons de l’Holocauste et de la complaisance du monde, ne peut rester indifférent. Je demande aux députés de la Knesset, au public et aux rabbins de me rejoindre dans cet appel. Je crois que les Juifs de la diaspora auraient également apprécié une telle démarche », a déclaré Stern.

Yaïr Lapid (à droite) et le nouveau le député Elazar Stern lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 18 janvier 2015. (Ben Kelmer / Flash90)
Yaïr Lapid (à droite) et le nouveau le député Elazar Stern lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 18 janvier 2015. (Ben Kelmer / Flash90)

Israël a déclaré en juin qu’il se préparait à un afflux de réfugiés sur les hauteurs du Golan, divisées entre Israël et la Syrie, après l’intensification des combats.

Les résidents druzes d’Israël ont fait appel au gouvernement pour les aider à protéger leurs frères qui vivent de l’autre côté de la frontière, où les combats entre les forces du régime et les rebelles étaient féroces.

Plus de quatre millions de personnes ont fui leurs maisons dans le pays déchiré par la guerre, la Turquie et le Liban prenant la part du lion. Des milliers de réfugiés syriens ont également envahi l’Europe au cours de quatre années de combats acharnés.

Un tollé mondial déclenché la semaine dernière suite à la diffusion de la photo du corps d’un enfant syrien, 3 ans, sur le rivage turc après s’être noyé avec son frère et sa mère en essayant d’atteindre l’île de Kos a incité les dirigeants européens à augmenter leur taux d’absorption de réfugiés.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...