Erdan fustige le Conseil des droits de l’Homme qui a élu des pays critiqués
Rechercher

Erdan fustige le Conseil des droits de l’Homme qui a élu des pays critiqués

L'ambassadeur israélien à l'ONU n'a pas nommément identifié les nouveaux membres, mais a dénoncé l'attention "obsessionnelle" que l'organisme "antisémite" porte à Israël

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Gilad Erdan du Likud à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Gilad Erdan du Likud à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’ambassadeur israélien aux Nations unies, Gilad Erdan, a fustigé mardi l’organe international après que ses membres ont élu plusieurs pays largement critiqués pour leur bilan en matière de droits de l’homme au premier organe des Nations unies chargé de défendre les droits de l’homme.

La Chine, la Russie, Cuba et le Pakistan ont fait partie des 15 pays qui ont remporté des sièges lors d’un vote au scrutin secret organisé par l’Assemblée générale de 193 membres. L’Arabie Saoudite n’a pas réussi à se faire élire.

« Les élections d’aujourd’hui au Conseil des droits de l’homme prouvent une fois de plus que ce conseil n’a rien à voir avec la protection des droits de l’homme et tout à voir avec leur violation », a dénoncé M. Erdan dans une déclaration vidéo.

Le mois dernier, l’envoyé des Nations unies a publié une tribune libre dans le quotidien Israel Hayom, dans laquelle il affirmait que l’organisme international risquait de « perdre son droit à l’existence » en raison du traitement injuste qu’il réservait à l’État juif et prédisait qu’il pourrait être dissous d’ici la fin du siècle.

Les commentaires d’Erdan ne désignaient pas nommément de nouveaux membres du Conseil des droits de l’homme. Au contraire, l’ambassadeur a contesté le bilan du CDH au cours de la dernière décennie et demie.

« Depuis 2006, le conseil a adopté 90 résolutions condamnant Israël – plus que toutes les résolutions contre la Syrie, la Corée du Nord et l’Iran, réunies. L’attention obsessionnelle portée à Israël, ainsi que sa protection des régimes oppressifs et dictatoriaux, montre que le Conseil des droits de l’homme est en train de blanchir les crimes de ces pays », a-t-il déclaré.

« J’appelle toutes les démocraties qui sont encore membres du conseil à démissionner immédiatement de cet organe honteux et antisémite ».

Israël est le seul pays faisant l’objet d’un point dédié à l’ordre du jour du Conseil, ce qui signifie que la conduite de l’État juif est automatiquement discutée à chaque session.

Le système de vote controversé fait que les pays négocient et se mettent d’accord pour décider qui se présente, souvent sans rencontrer d’opposition.

Le président américain Donald Trump a retiré les Etats-unis du Conseil en 2018.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a mentionné le « parti pris » contre Israël dans une déclaration de mardi en réaction au vote.

Il a déclaré que « les États-Unis ont exhorté les États membres de l’ONU à prendre des mesures immédiates pour réformer le Conseil avant qu’il ne devienne irréparable. Malheureusement, ces appels sont restés lettre morte, et aujourd’hui, l’Assemblée générale des Nations unies a une fois de plus élu des pays ayant un bilan abominable en matière de droits de l’homme, notamment la Chine, la Russie et Cuba ».

Au début de cette année, les Nations unies ont publié une « liste noire » de 112 entreprises opérant dans les implantations israéliennes. Celle-ci a été divulguée en réponse à une résolution du CDH de 2016 demandant une « base de données pour toutes les entreprises engagées dans des activités spécifiques liées aux colonies israéliennes dans le territoire palestinien occupé ».

Vue de l’implantation israélienne d’Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Jack Guez / AFP)

Malgré les plans de réforme annoncés par l’Arabie saoudite, Human Rights Watch et d’autres se sont fortement opposés à sa candidature, affirmant que ce pays du Moyen-Orient continue de cibler les défenseurs des droits humains, les dissidents et les militants des droits des femmes, et qu’il a démontré qu’il n’avait guère à rendre compte des abus passés, notamment l’assassinat du chroniqueur du Washington Post et critique saoudien Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul il y a deux ans.

Selon les règles du Conseil des droits de l’homme, les sièges sont attribués aux régions afin d’assurer une représentation géographique.

À l’exception de la région Asie-Pacifique, l’élection de 15 membres au Conseil des droits de l’homme, qui en compte 47, a été décidée à l’avance, car tous les autres groupes régionaux avaient des listes non contestées.

Quatre pays ont remporté quatre sièges pour l’Afrique : la Côte d’Ivoire, le Malawi, le Gabon et le Sénégal. La Russie et l’Ukraine ont remporté les deux sièges d’Europe de l’Est. Dans le groupe de l’Amérique latine et des Caraïbes, le Mexique, Cuba et la Bolivie ont remporté les trois sièges vacants. Et la Grande-Bretagne et la France ont remporté les deux sièges du groupe Europe occidentale et autres.

L’Arabie Saoudite a échoué dans sa tentative de devenir membre du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies , alors que la Chine et la Russie ont été élues pour une durée de trois ans.

Les organisations de défense des droits de l’Homme ont salué le coup porté à Riyad et à ses tentatives d’améliorer son image vis-à-vis de la communauté internationale.

« Le Conseil des droits de l’Homme a aujourd’hui envoyé une réprimande spectaculaire à l’Arabie Saoudite de Mohammed ben Salmane » a écrit sur Twitter Bruno Stagno, directeur exécutif adjoint de l’ONG Human Rights Watch (HRW), en référence au prince héritier du pays.

« Le seul pays à ne pas être élu, fui par une majorité des membres de l’ONU. Le royaume récolte ce qu’il mérite pour ses graves violations des droits de l’Homme et pour ses crimes de guerre à l’étranger », a-t-il ajouté.

Quinze sièges étaient en jeu dans ce conseil qui compte 47 membres, critiqué par les organisations de défense des droits de l’Homme et par les Etats-Unis, car on y trouve des pays accusés de violer ces mêmes droits.

Toutefois, seuls quatre des 15 sièges ont été disputés — tous dans l’Asie et le Pacifique.

La Chine a obtenu 139 voix lors du vote à bulletin secret, une chute spectaculaire au regard des 180 votes recueillis la dernière fois qu’elle avait été élue en 2016.

« Cela montre que de plus en plus d’Etats sont perturbés par le bilan désastreux de la Chine en terme de respect des droits », a écrit sur Twitter Louis Charbonneau, responsable de HRW aux Nations unies.

Le Pakistan et l’Ouzbékistan ont été élus avec 169 voix et le Népal avec 150 votes.

L’Arabie Saoudite est le seul pays à s’être présenté à cette élection et à n’avoir pas été élu, recueillant seulement 90 votes.

« A moins que l’Arabie Saoudite n’entreprenne de grandes réformes pour relâcher ses prisonniers politiques, mettre fin à sa terrible guerre au Yémen et permettre à ses citoyens une réelle participation politique, elle restera un paria planétaire » a dit Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de Democracy for the Arab World Now.

L’organisation qu’elle représente — fondée par le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué par les agents de son pays au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul il y a deux ans — a salué ce résultat.La Russie et Cuba font partie des 11 pays élus sans opposition. Les 193 membres de l’ONU ont pu voter dans toutes les régions.

« L’échec de l’Arabie saoudite à gagner un siège au Conseil des droits de l’homme est un rappel bienvenu de la nécessité d’une plus grande concurrence dans les élections de l’ONU », a réagi le directeur de Human Rights Watch à l’ONU, Louis Charbonneau, après l’annonce des résultats.

« S’il y avait eu d’autres candidats, la Chine, Cuba et la Russie auraient peut-être perdu aussi », a-t-il indiqué. « Mais l’ajout de ces pays non méritants n’empêchera pas le Conseil de faire la lumière sur les abus et de parler en faveur des victimes. En fait, en siégeant au Conseil, ces auteurs d’abus seront directement sous les feux de la rampe ».

Louis Charbonneau a précédemment critiqué les États membres de l’ONU, y compris les pays occidentaux, en déclarant « Ils ne veulent pas de concurrence… Il s’agit essentiellement d’accords conclus en coulisses entre les groupes régionaux. »

La semaine dernière, une coalition de groupes de défense des droits humains d’Europe, des États-Unis et du Canada a appelé les États membres de l’ONU à s’opposer à l’élection de la Chine, de la Russie, de l’Arabie Saoudite, de Cuba, du Pakistan et de l’Ouzbékistan, estimant que leur bilan en matière de droits humains les rendait « non qualifiés ».

« Élire ces dictatures comme juges de l’ONU sur les droits de l’homme, c’est comme faire entrer une bande de pyromanes dans les rangs des pompiers », a accusé Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch.

The UN Human Rights Council (photo credit: CC-BY US Mission Geneva, Flickr)
Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, à Genève (Crédit : UN/Jean-Marc Ferré)

L’organisation de défense des droits de l’homme basée à Genève a publié un rapport conjoint de 30 pages avec la Fondation des droits de l’homme et le Centre Raoul Wallenberg pour les droits de l’homme, évaluant les candidats aux sièges du Conseil. Le rapport indique que la Bolivie, la Côte d’Ivoire, le Népal, le Malawi, le Mexique, le Sénégal et l’Ukraine – tous vainqueurs – ont des références « douteuses » en raison de problèmes liés aux droits de l’homme et aux votes des Nations unies qui doivent être améliorés. Seuls le Royaume-Uni et la France ont été jugés « qualifiés ».

Human Rights Watch a souligné l’appel sans précédent lancé le 26 juin par 50 experts de l’ONU en faveur de « mesures décisives pour protéger les libertés fondamentales en Chine », mettant en garde contre les violations massives des droits de l’homme à Hong Kong et au Tibet et contre les Ouïgours dans la province chinoise du Xinjiang, ainsi que contre les attaques contre les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes, les avocats et les critiques du gouvernement. Leur appel a été repris par plus de 400 groupes de la société civile de plus de 60 pays.

Parmi les quatre pays qui ont remporté des sièges dans le groupe Asie-Pacifique, la Chine est celui qui a obtenu le moins de voix.

Vladimir Safronkov, représentant de la Russie, appose son veto à une résolution condamnant l’utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie au Conseil de sécurité des Nations unies, à New York, le 12 avril 2017. (Crédit : Kena Betancur/AFP)

Le groupe de défense des droits a déclaré que les opérations militaires de la Russie avec le gouvernement syrien « ont délibérément ou sans discernement tué des civils et détruit des hôpitaux et d’autres infrastructures civiles protégées en violation du droit humanitaire international », et a noté le veto de la Russie aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie, y compris le blocage du renvoi de Damas devant la Cour pénale internationale.

Le Conseil des droits de l’homme peut mettre en lumière les abus et dispose d’observateurs spéciaux qui surveillent certains pays et certaines questions. Il examine également périodiquement les droits humains dans chaque pays membre des Nations unies.

Créé en 2006 pour remplacer une commission discréditée en raison du mauvais bilan de certains membres en matière de droits, le nouveau conseil a rapidement fait l’objet de critiques similaires, notamment le fait que les auteurs d’abus de droits cherchaient à obtenir des sièges pour se protéger et protéger leurs alliés.

Son porte-parole, Rolando Gomez, a déclaré que lorsque les membres nouvellement élus occuperont leur siège en janvier, 119 des 193 États membres des Nations unies auront siégé au Conseil, ce qui reflète sa diversité et lui confère « une légitimité lorsqu’il s’agit de s’exprimer sur les violations des droits de l’homme dans tous les pays ».

« Aucun pays n’a un bilan parfait en matière de droits de l’homme », a déclaré M. Gomez, et « aucun État n’est à l’abri d’un examen minutieux de son bilan en matière de droits de l’homme, qu’il soit membre ou non ».

« Si un État pense qu’il peut dissimuler les violations des droits de l’homme qu’il a pu commettre, ou échapper aux critiques en siégeant au Conseil des droits de l’homme, il se trompe lourdement », a-t-il affirmé.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...