L’armée arrête le frère du tireur et révoque les permis de travail de sa famille
Rechercher

L’armée arrête le frère du tireur et révoque les permis de travail de sa famille

Des affrontements ont éclaté à Deheisheh et Qabatiya ; l’armée a arrêté en tout 10 Palestiniens cette nuit

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens pendant une opération à Qabatiya, près de Jénine, le 1er novembre 2016, après une attaque à main armée contre des soldats israéliens la veille près de Ramallah. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Des soldats israéliens pendant une opération à Qabatiya, près de Jénine, le 1er novembre 2016, après une attaque à main armée contre des soldats israéliens la veille près de Ramallah. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Le frère d’un policier de l’Autorité palestinienne (AP) qui a tiré sur un groupe de soldats israéliens lundi, en blessant trois d’entre eux à un checkpoint proche de Ramallah, a été arrêté dans le nord de la Cisjordanie pendant des opérations qui ont eu lieu tôt mardi matin, a annoncé l’armée.

De plus, les soldats israéliens ont révoqué les permis de travail détenus par les membres de la famille du tireur, Muhammad Turkman, dans la maison familiale de Qabatiya, au sud de Jénine, a annoncé mardi matin l’armée israélienne.

Lundi soir, Turkman s’est approché du checkpoint Focus, près de Ramallah, et a ouvert le feu avec un fusil d’assaut AK-47 sur les troupes qui y étaient stationnées. Un soldat a été grièvement blessé dans l’attaque, mais son état de santé s’est depuis amélioré, et deux autres ont été légèrement blessés par des éclats, selon les autorités médicales.

A Qabatiya, le village de Turkman, de petits affrontements ont éclaté entre les habitants et les forces israéliennes pendant l’opération d’arrestation mardi matin du frère de l’homme armé, qui a été identifié par un média officiel de l’AP comme Muhannad Turkman, 23 ans.

Des photographies de la scène, publiées sur les réseaux sociaux, ont montré des pierres et des parpaings dispersés le long de la route dans le village palestinien, ainsi que des flammes faisant rage au milieu d’une rue.

Selon une porte-parole de l’armée, des cocktails Molotov ont été jetés sur les soldats, mais elle a précisé que ce type d’affrontement n’était « pas extraordinaire ».

Il n’y a pas eu de blessés sérieux rapportés chez les Israéliens ou les Palestiniens.

Un accrochage plus important a éclaté lundi soir dans le camp de réfugiés de Deheisheh, près de Bethléem, entre les habitants et un contingent commun de la police des frontières et de l’armée israélienne. Une trentaine de Palestiniens ont jeté des pierres et des engins explosifs artisanaux sur les troupes, a annoncé l’armée.

Les forces israéliennes ont répondu par des mesures de dispersion d’émeute non létales, notamment par des grenades aveuglantes, a annoncé un porte-parole de l’armée israélienne.

Il n’y a pas eu non plus de blessés graves rapportés.

Dans le village de Deir Ballut, en Cisjordanie, à l’est de Petah Tikva, des soldats israéliens ont arrêté un Palestinien suspecté d’avoir vandalisé et endommagé la barrière de sécurité séparant Israël de la Cisjordanie, a annoncé l’armée.

Pendant une opération à Talfit, au sud est de Naplouse, les forces israéliennes ont arrêté trois membres présumés du groupe terroriste Hamas, a annoncé l’armée.

Cinq autres Palestiniens, l’un de Dura, près de Hébron, et quatre venus de Tubas, dans le nord est de la Cisjordanie, ont été arrêtés pour avoir jeté des pierres et participé à des manifestations violentes, selon l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...